Les films à la télé du jeudi 31 décembre : La chèvre, Le marginal et Monstres et Cie

Les films à la télé du jeudi 31 décembre : La chèvre, Le marginal et Monstres et Cie

Pour ce dernier jour de l'année 2015, le cinéma populaire est à l'honneur, et ce des deux côtés de l'Atlantique avec le tandem Pierre Richard/Gérard Depardieu, un classique de Belmondo et l'un des nombreux chef-d'oeuvres de Pixar.

La chèvre de Francis Veber

La fille du Grand PDG Bens est tellement malchanceuse qu'elle se fait enlever alors qu'elle est en vacances au Mexique. Pour la retrouver, son père engage le détective privé Campana qu'il associe à un gaffeur invétéré dans l'espoir qu'il le rapproche de sa fille...

Premier volet de la trilogie à succès de Francis Veber, La chèvre réunit pour la première fois à l'écran l'un des tandems devenus les plus célèbres de la comédie française : Pierre Richard et Gérard Depardieu, qui avaient à l'époque remplacé Lino Ventura et Jacques Villeret, choix d'origine de Veber. Bien lui en a pris puisque le duo est à l'époque entré dans les mémoires de plus de 7 millions de Français en salles, marquant le plus gros succès de l'année 1981 en France. Le début d'une grande histoire marquée par deux autres triomphes publics, Les compères en 1983, puis Les fugitifs en 1986.

La chèvre est diffusé cet après-midi à 15h45 sur France 2.

Le marginal de Jacques Deray

Le commissaire Jordan est envoyé à Marseille pour diriger la brigade des stupéfiants. Surnommé "le marginal" pour ses méthodes peu orthodoxes, il s'est juré de faire "tomber" Sauveur Meccaci, un des maîtres du trafic de drogue mais ce dernier semble intouchable. Menant son enquête dans les lieux mal famés, il se lie avec Livia, prostituée et fait le tour de ses vieilles connaissances, Francis et Tonton qui le mènent jusqu'à Alfred dit "Freedy" le chimiste, ancien complice de Meccaci.

Treize ans après Borsalino, Jean-Paul Belmondo retrouvait Jacques Deray dans ce qui sera un succès populaire colossal supplémentaire de l'incontournable Bébel. Hommage débridé et non dissimulé à Steve McQueen et particulièrement à Bullitt, auquel Le Marginal emprunte la mythique Ford Mustang, Le Marginal réunit à sa sortie en salle cinq millions de spectateurs, offrant à Belmondo le quatrième meilleur résultat au box-office de sa riche filmographie. Le tout façonné par les répliques de Michel Audiard et une bande-son signée Ennio Morricone. Pourtant, sans le vouloir, Le Marginal marque le dernier acte de l'âge d'or de Bébel, ses films suivants amorçant un déclin progressif en termes d'entrées en salles.

Le marginal est diffusé cet après-midi à 14h sur France 3.

Monstres et Cie de Pete Docter

Méfiez-vous des portes de placards, on ne sait jamais quel monstre s'y cache. A Monstropolis, Sulli est une terreur d'élite. Chaque semaine, il figure en haut du tableau pour ses performances. Sa mission: récolter un maximum de cris d'enfants pour fournir la ville en énergie. Il est secondé dans sa tâche par Bob Razowski, petit monstre à œil unique. Un jour, c'est l'accident: une petite fille parvient à s'infiltrer dans leur univers. Panique chez les monstres: toucher un enfant peut s'avérer mortel. Une course contre la montre s'engage pour renvoyer la petite chez les humains.

Sorti suite à Toy Story 2 en 2001, Monstres et Cie est pourtant un concept que Pixar convoite de longue date, né des réunions de travail de John Lasseter, Pete Docter, Andrew Stanton et Joe Ranft pendant la production du premier Toy Story en 1994. Buddy movie jouant sur le renversement de la peur du "monstre dans le placard", Monstres et Cie est l'un des Pixar les plus emblématiques de l'esprit du studio, comme l'expliquait Première dans son top des meilleurs films du studio : "Film high concept (que se passe-t-il derrière la porte du placard ?), satire sociale (même chez les monstres, on n’échappe pas à l’éthique du travail Weberienne), mélo terrassant (l’amitié entre une petite fille et ses peurs)… Monstres et compagnie est un peu tout cela, mais c’est d’abord une comédie suprême (Bob Razowski ou le personnage le plus drôle de la galaxie Pixar) et un film d’équilibriste. Par la grâce d'une porte qui s'ouvre, on a envie de rire, comme chez Lubitsch, et envie de pleurer, comme chez Chaplin". Nommé à l'Oscar du meilleur film d'animation (il fut battu par le premier Shrek), Monstres et Cie permit de découvrir la patte de Pete Docter, aux manettes cette année d'un certain Vice-Versa...

Monstres et Cie est diffusé cet après-midi à 15h45 sur M6.

Commentaires

Prochainement au Cinéma

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Un gout de miel
Knock
Notre pain quotidien