Avant Ben Stiller, le remake de Walter Mitty a intéressé Jim Carrey, Steven Spielberg, Scarlett Johansson, Owen Wilson...

Walter Mitty

Cette comédie dramatique très attachante revient sur le petit écran.

La vie rêvée de Walter Mitty , qui sera diffusé ce soir sur M6, porte bien son titre. Le film suit un homme ordinaire qui s'évade de son quotidien plutôt morne grâce à son imagination débordante. Il devient ainsi astronaute, explorateur... Du moins dans sa tête ! Jusqu'au jour où une difficulté rencontrée au travail l'oblige à s'engager pour de vrai dans un long périple.

La nouvelle originelle, publiée par James Thurber en 1939, a été adaptée au cinéma en 1947, puis en série d'animation en 1975. La Paramount a ensuite tenté d'en tirer une version moderne au début des années 2000, tour à tour avec Steven Spielberg, Jim Carrey, Scarlett Johansson... mais a perdu les droits du remake. La 20th Century Fox a repris le projet à son compte, ce coup-ci avec Mike MyersSacha Baron Cohen ou encore Gore Verbinski. The Hollywood Reporter revient sur ces différentes versions. Pour ne pas trop se perdre dans les dates et les changements d'équipes, voici un résumé chronologique de la folle aventure de Walter Mitty à Hollywood.

Walter Mitty confirme que Ben Stiller était un peu plus qu’un entertainer azimuté

1939 : La nouvelle La vie secrète de Walter Mitty, écrite par James Thurber, donne son titre à un recueil. Pas seulement de nouvelles d'ailleurs, mais aussi de fables, de dessins originaux...

1947 : Norman Z. McLeod réalise la première adaptation de La vie secrète de Walter Mitty, avec Danny Kaye dans le rôle principale et Boris Karloff en psychanalyste.

1975 : Walter Mitty devient Waldo Kitty dans la série d'animation éponyme. Le héros rêveur est devenu un chat et connait 13 aventures de 30 minutes pour la chaîne NBC (en France, elle a été diffusée deux ans plus tard dans l'émission pour enfants Les Visiteurs du Mercredi, sur TF1).

1994 : Jim Carrey, alors en pleine gloire, suite aux bonnes surprises successives de Dumb & Dumber et The Mask, est approché pour un remake. S'engage alors une bataille de studios autour des droits du film original. C'est New Line qui les aura, en 1995, grâce à Samuel Goldwyn Jr, le fils du producteur du long-métrage de 1947.

Juillet 1997 : Un premier script de Babaloo Mander et Lowell Ganz (Portrait craché d'une famille modèle) est proposé. Ron Howard entre en négociations pour le réaliser et Brian Grazer pour le financer. Mais les deux hommes vont l'abandonner pour une autre comédie, En direct sur ED TV, qui sortira en 1999.

Mai 1999 : Le duo étant parti, New Line propose à Chuck Russell de retoucher l'intrigue et de la mettre en scène. Carrey est toujours captivé par cette histoire, mais l'équipe ne parvient pas à se mettre d'accord sur le scénario, jugé trop peu contemporain. Le tournage, annoncé en 2000, ne cesse d'être reporté.

Novembre 2002 : New Line perd les droits d'adaptation de Walter Mitty, qui reviennent à Goldwyn.

2003 : La Paramount rachète les droits. John Goldwyn, le vice président du groupe à l'époque, est le petit fils de Samuel, le producteur original. Lors d'une discussion entre Steven Spielberg, Jim Carrey et lui (à propos des Orphelins Baudelaire, qu'ils voudraient adapter ensemble), que le comédien parle de son envie de jouer dans un remake de Walter Mitty. Devant l'emballement de Carrey, Steven Spielberg lui dit : « Si tu en es la star, je veux bien le mettre en scène. ». En mai, il propose de cofinancer le film, via sa société Dreamworks.

2005 : Deux ans plus tard, pourtant, Spielberg et Carrey ne sont plus du tout rattachés au projet. Et la Paramount doit trouver rapidement leurs remplaçants, sans quoi elle perdra les droits du remake. La date du 12 décembre est fixée comme début officiel du tournage et durant des mois, la production caste des comédiens. Owen Wilson et Scarlett Johansson passent notamment des auditions.

Octobre 2005 : Wilson, par ailleurs grand ami de Ben Stiller dans la vie, quitte le projet à cause d'un « différent créatif ».

Novembre 2005 : Il ne reste plus qu'un mois avant que les droits de Walter Mitty n'appartiennent plus à la Paramount. Les patrons du studio prennent les devants et cherchent des repreneurs. La 20th Century Fox fera la meilleure offre.

20 décembre 2005 : Sans surprise, la Paramount perd les droits de La Vie Secrète de Walter Mitty.

Mai 2007 : On entend de nouveau parler du projet, lorsque Mike Myers est évoqué dans un rôle secondaire (celui du psy ?). Mark Waters (Lolita malgré moi) est censé le mettre en scène, à partir d'un scénario de Richard LaGravenese (Sur la route de Madison, L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux...). Jay Kogen, dont l'histoire du court-métrage Nobody's Perfect, avec Hank Azaria, a connu un certain succès auprès des critiques, est appelé en renfort.

Avril 2010 : Le nom de Sacha Baron Cohen a éclipsé celui de Myers, mais le remake n'avance pas. Ben Stiller a lui aussi été approché pour le rôle principal, mais il l'a refusé. Il expliquera plus tard qu'à l'époque, le script transformait l'histoire de Mitty en comédie musicale. Il ne voit pas l'intérêt de faire chanter le héros, et petit à petit, la production non plus. Steve Conrad (A la poursuite du bonheur) est alors engagé en tant que nouveau scénariste officiel. C'est cette embauche qui va tout changer. Exit les chansons, place à la poésie : Walter Mitty change complètement de style. « Son ton était très différent de tout ce que j'avais vu passer jusqu'ici », explique Stiller.

Eté 2010 : Gore Verbinski, le réalisateur de la trilogie Pirates des Caraïbes, aimerait bien mettre en scène Walter Mitty. Vu le carton de ces blockbusters, le réalisateur a la cote et le projet reprend du poil de la bête.

Septembre 2010 : Verbinski laisse tomber Mitty pour Lone Ranger. La Fox mise alors sur Ben Stiller, emballé par ce remake depuis qu'il a découvert son nouveau scénario. Deux ans avant, il avait connu le succès avec sa comédie Tonnerre Sous Les Tropiques. Walter Mitty lui permettrait de renouer avec la réalisation sans se répéter. Il ne filmera pas ici de la pure comédie et se démarquera de la nouvelle originale et du premier film en faisant en sorte que toutes les aventures du héros rêveur ne se passent pas que dans sa tête. « C'était un vrai pari pour la Fox, analyse le réalisateur, car mon film n'entre dans aucune catégorie. On s'est lancé dans une histoire non conventionnelle. Ce qui me plaisait, par exemple, ce n'est pas que Walter s'imagine dans la peau d'un autre, mais dans une version 'plus réussie' de lui-même. On peut s'identifier à cela. »

2012 : Ben Stiller filme Walter Mitty entre New York et l'Islande. Il tient aussi le rôle principal du film, face à Kristen Wiig, Adam Scott et Sean Penn, entre autres, ce qui rassure évidemment le studio : Ben est très populaire, notamment suite aux cartons des deux opus de La Nuit au Musée (plus de 900 millions de dollars de recettes en tout). La Fox lui offre un budget très conséquent pour mettre en scène son long-métrage poétique : 90 millions de dollars. Il peut du coup tourner au maximum dans des décors naturels (en Islande, les prises de vue seront d'ailleurs arrêtées deux jours à cause d'une tempête) et rendre les rêves de Walter Mitty grandioses. « Et sa vie aussi, d'ailleurs, souligne le monteur Greg Hayden. On avait un peu peur que le public soit absorbé par les rêveries du personnage et ne s'intéresse pas trop à la vraie vie de Walter, mais quand on a fait les premiers tests, le public a très bien réagi. C'est même l'inverse qui s'est passé : c'est la vie réelle du personnage qui est devenue la plus intéressante. »

25 décembre 2013 : La Vie Rêvée de Walter Mitty sort aux Etats-Unis.

1er janvier 2013 : Date de sortie française du film, qui a reçu d'excellentes critiques.

Le film ne récolta finalement que 188 millions de dollars de recettes à l'international et finit juste sous la barre du million d'entrées en France. Un semi-échec pour un film pourtant plein de qualités, comme l'écrivait Première à sa sortie en salles : "Walter « Stiller » Mitty veut donc révéler le (super)héros en lui et se donnera les moyens nécessaires pour y parvenir. Et même ceux qui ne le sont pas : s’il est visuellement ébouriffant, le film flirte parfois avec le formalisme un peu vain d’un clip de Spike Jonze. Mais ce qui aurait pu n’être qu’un exercice de style devient une ode mélancolique à la volonté humaine et à l’imagination. L’idée géniale du script est d’avoir fait de Mitty un employé de Life, magazine prestigieux et condamné à disparaître. Parcourir la planète pour retrouver une photo est donc un acte chevaleresque mais inutile – la couverture qu’elle illustrera sera la dernière. Mitty peut bien gagner toutes les batailles, la guerre est déjà perdue. Moins self-conscious, l’outrance de Stiller transforme ainsi La Vie secrète... en grand film pop, aussi émouvant et tordant que ce pilote d’hélico islandais complètement bourré qui reprend a cappella un tube de Human League dans l’une des meilleures scènes du film".

L'histoire de La vie rêvée de Walter Mitty : Walter Mitty est un homme ordinaire, enfermé dans son quotidien, qui n’ose s’évader qu’à travers des rêves à la fois drôles et extravagants. Mais confronté à une difficulté dans sa vie professionnelle, Walter doit trouver le courage de passer à l'action dans le monde réel. Il embarque alors dans un périple incroyable, pour vivre une aventure bien plus riche que tout ce qu'il aurait pu imaginer jusqu’ici. Et qui devrait changer sa vie à jamais.

Bande-annonce :

 


PROCHAINEMENT AU CINÉMA

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Les Aventures De Pinocchio
Menina
The Florida Project