DR

Révélée par Faubourg 36, diffusé ce soir sur France 3, la belle Nora Arnezeder s'est depuis fait un chemin jusqu'aux États-Unis grâce au film de Christophe Barratier.

Quatre ans après son premier long-métrage, Les choristes, accueilli avec le succès que l'on connaît (phénomène de société, il avait réuni huit millions et demi de spectateurs en salles), Christophe Barratier restait dans le domaine de la carte postale d'antan aux accents musicaux avec Faubourg 36, sorti en salles en 2008. Mais cette fois-ci, plus question de pensionnat et de chorales d'élèves, mais plutôt une plongée dans le Paris de la fin des années 30, du Front populaires et des cabarets de music-hall.

À travers l'histoire utopique de trois artistes prenant de force le contrôle du théâtre dont ils étaient les employés pour monter leur propre spectacle, Barratier réunit trois poids lourds du cinéma populaire français : Gérard Jugnot, Kad Merad et Clovis Cornillac. À leurs côtés, le film peut se targuer d'une distribution prestigieuse (Pierre Richard, Bernard-Pierre Donnadieu, François Morel...), d'où émerge une jeune révélation : Nora Arnezeder, qui incarne Douce, l'actrice principale du spectacle que montent les trois compères.

Le rôle d'une révélation

Encore inconnue du grand public, Nora Arnezeder est à peine majeure lorsqu'elle rejoint l'aventure du Faubourg 36. Née d'un père autrichien et d'une mère d'origine égyptienne, la jeune Nora grandit comme une globe-trotteuse entre son Paris natal, Aix-en-Provence, où elle s'installe dès l'âge de deux ans, et Bali, où elle passe une partie de son adolescence. Un goût pour le voyage qui se retrouvera dans sa filmographie, oscillant des deux côtés de l'Atlantique.

Très tôt, la jeune femme choisit de suivre ses deux passions : le chant et la comédie en suivant les cours de l'Académie internationale de danse et de théâtre puis du court Florent, où elle décroche ses premiers petits rôles à la télévision (on la voit dans Commissaire Valence puis R. I. S. Police scientifique) et au cinéma, faisant sa première apparition Les deux mondes en 2007. elle tape alors dans l'oeil de Christophe Barratier, qui fait d'elle l'étoile montante de son film.

Un rôle qui va changer le cours de la carrière de la jeune femme, qui se définit autant comme chanteuse que comme comédienne. À l'époque, dans l'interview qu'elle accorde en 2008 à l'émission Bord Cadre de Canal+, son partenaire à l'écran Gérard Jugnot ne manque de louer le double talent de la jeune femme : "Nora est comédienne, mais elle est profondément chanteuse. C'est comme les comiques : il y a la vis comica, elle a la vis cantata. Christophe s'est longtemps interrogé pour savoir s'il allait prendre une actrice qu'il allait doubler. Et quand on l'a vue, on s'est tous dit qu'elle était formidable. C'est injuste".

Faubourg 36 attire plus de 1,3 millions de spectateurs en salle qui découvrent le grain de voix de la jeune femme et son ravissant visage. Elle devient à l'époque la nouvelle égérie de Guerlain avant de reprendre en 2013 l'un des rôles les plus iconiques de la féminité au cinéma : celui la marquise des Anges, Angélique, dans le film d'Ariel Zeitoun.

Un succès entre la France et l'Amérique

Mais la France ne sera pas la seule à tomber sous le charme de la belle Nora grâce à Faubourg 36. Retitré Paris 36 outre-Atlantique, le film bénéficie d'un coup de projecteur inattendu. Le comité de sélection des Oscars tombe en effet sous le charme de la bande-son du film composée par Reinhardt Wagner, et plus particulièrement d'une chanson, Loin de Paname. Dans une industrie hollywoodienne qui a offert un Oscar à Marion Cotillard deux ans plus tôt pour son interprétation d'Édith Piaf, le charme rétro de la chanson opère et vaut à Wagner et au parolier Frank Thomas une nomination à l'Oscar de la meilleure chanson originale.

Hollywood découvre alors et s'éprend à son tour de l'actrice, qui décroche en 2012 ses premiers rôles américains : on peut la voir dans le drame intimiste The Words (inédit en France) aux côtés de Bradley Cooper et Zoe Saldana, dans Sécurité rapprochée en compagnie de Denzel Washington et Ryan Reynolds, et surtout dans le slasher franco-américain Maniac, remake du classique horrifique de 1980, face à Elijah Wood.

Alternant entre les plateaux de tournage en France et aux États-Unis, les podiums et la scène (elle joue en 2012 sur les planches une adaptation française de Whatever Works de Woody Allen), la jeune femme s'est aujourd'hui orientée avec succès vers la télévision aux États-Unis. En 2014, on pouvait la remarquer dans un rôle récurrent dans la première saison de Mozart in the Jungle, la série d'Amazon récemment vainqueur du Golden Globe de la meilleure série comique ou musicale. Et depuis cet été, elle incarne le rôle féminin principal de Zoo sur CBS, que les spectateurs français ont pu découvrir sur TF1. La série, qui a connu de bonnes audiences à ses débuts, a été renouvelée pour une saison 2 que l'on pourra suivre l'été prochain. Et toujours en compagnie de Nora, bien évidemment.

L'histoire de Faubourg 36 : Dans un faubourg populaire du nord de Paris en 1936, l'élection printanière du gouvernement de Front Populaire fait naître les plus folles espérances et favorise la montée des extrêmes. C'est là que trois ouvriers du spectacle au chômage décident d'occuper de force le music-hall qui les employait il y a quelques mois encore, pour y monter un "spectacle à succès". Le lieu sera le théâtre de la plus éphémère des belles entreprises.

Faubourg 36 est diffusé ce soir à 20h55 sur France 3.

A lire aussi sur Première