DR

À l'affiche des films de ce vendredi : Jia Zhang-Ke plonge dans la brutalité de la Chine corrompue, Cédric Klapisch poursuit le portait des jeunes adultes de L'auberge espagnole et Pixar fait rutiler les mécaniques de Flash McQueen.

A Touch of Sin de Jia Zhang-Ke

Dahai, mineur exaspéré par la corruption des dirigeants de son village, décide de passer à l’action. San’er, un travailleur migrant, découvre les infinies possibilités offertes par son arme à feu. Xiao Yu, hôtesse d’accueil dans un sauna, est poussée à bout par le harcèlement d’un riche client. Xiao Hui passe d’un travail à un autre dans des conditions de plus en plus dégradantes. Quatre personnages, quatre provinces, un seul et même reflet de la Chine contemporaine : celui d’une société au développement économique brutal peu à peu gangrenée par la violence.

Pour son dixième long-métrage, le cinéaste chinois Jia Zhang-Ke dresse quatre portraits, tous inspirés d'histoires vraies, de la Chine contemporaine dans tout ce qu'elle peut avoir de plus violente. Un véritable tour de force et un film au vitriol qui impressionna les festivaliers cannois lors de sa présentation en 2013. Première faisait à l'époque partie des comblés : "Dans cette version orientale de A History of Violence adaptée à l’échelle d’un territoire gigantesque et hétérogène, le réalisateur filme une suite d’explosions de violence ainsi que des personnages écartelés entre hébétude, consternation et révolte primitive. Un grand eastern". Reparti de la Croisette avec le prix du scénario, A Touch of Sin subit à sa sortie en Chine les foudres de la censures face à un son sujet aussi sensible.

A Touch of Sin est diffusé ce soir à 20h45 sur Ciné+ Club.

Les poupées russes de Cédric Klapisch

A 30 ans, Xavier a réalisé son rêve d'enfance, il est devenu écrivain, mais il semble quand même un peu perdu. Son compte en banque est toujours dans le rouge. Il a également des réticences à se fixer avec une fille et enchaîne les aventures amoureuses. Xavier est contraint de continuer son travail à Londres, puis à Saint-Pétersbourg. Ces nouveaux voyages lui permettront peut-être de réconcilier le travail, l'amour et l'écriture.

Quatre ans après L'auberge espagnole, Cédric Klapisch retrouve les ex-colocataires barcelonais alors qu'ils entrent tous peu à peu dans la trentaine, avec leur nouvelle vie d'adulte, leurs nouvelles responsabilités et leur quête de l'âme sœur. Retrouvant pour l'occasion Romain Duris, Audrey Tautou, Kelly Reilly et Cécile de France, Cédric Klapisch signait une suite sous le signe de la mélancolie qui a su conserver son public. Avec près de trois millions d'entrées en salles en France ; Les poupées russes ont marqué le retour réussi d'une bande qui se retrouvera une dernière fois avec Casse-tête chinois en 2013. Pour sa prestation, Cécile de France décrocha le César de la meilleure actrice dans un second rôle.

Les poupées russes est diffusé ce soir à 20h45 sur Ciné+ Émotion.

Cars de John Lasseter et Joe Ranft

Flash McQueen, une splendide voiture de course toute neuve promise au succès, se croit déjà "arrivé". Parti pour participer à la prestigieuse Piston Cup, il atterrit par accident dans la petite ville tranquille de Radiator Springs, sur la Route 66. McQueen va apprendre à connaître Sally (une élégante Porsche 2002), Doc Hudson (une Hudson Hornet 1951 au passé mystérieux), et Mater (une dépanneuse rouillée mais à qui on peut faire confiance). Ils vont l'aider à découvrir qu'il y a des choses plus importantes que les trophées, la gloire et les sponsors...

Lorsque Cars sort en salles en 2006, il a la dure tâche de succéder aux Indestructibles, énorme succès public et souvent considéré comme l'un des tous meilleurs Pixar du studio. Après une production marquée par le décès de Joe Ranft dans un accident de voiture en août 2005 (le film lui est dédié), Cars surprit à sa sortie en jouant la carte du contre-pied, qui laissa certains fans sur le carreau, comme l'expliquait Première à la sortie du film : "Encadré par deux séquences de course spectaculaires, le récit privilégie les états d'âme, l'humour et la mélancolie. Concentré d'humanité sur fond d'excellence technique (anthropomorphisme concluant, réalisme inouï des décors), Cars fait mieux qu'innover: il carbure à l'émotion". Très bien placé dans le top des meilleurs Pixar de Première, le film remporta le Golden Globe du meilleur film d'animation et attira près de deux millions de spectateurs en salles.

Cars est diffusé ce soir à 20h50 sur Canal+ Family.

Prochainement au Cinéma

A lire aussi sur Première