DR

Ce samedi sur le petit écran, Hugh Grant joue les faux gangsters séducteurs, Jacques Audiard flirte avec les ténèbres et Ryan Reynolds part à la recherche de sa fille disparue.

Mickey les yeux bleus de Kelly Makin

Lorsque Michael, commissaire-priseur, demande la main de Gina, sa petite amie, celle-ci refuse. Il commence à comprendre la raison du refus de Gina lorsqu'il fait la connaissance de son père, Frank : un homme sympathique, accessoirement membre influent de la redoutable famille mafieuse des Graziosi. Michael promet de se tenir à l'écart du milieu, et Gina accepte de l'épouser. Pour faire plaisir à un mystérieux oncle de Gina, Michael met en vente une série de toiles de son fils, Johnny. Quelques temps plus tard, le FBI prévient Michael qu'il a en fait été utilisé pour blanchir l'argent de l'organisation. Michael tente de dissimuler l'affaire à Gina, mais la vérité éclate lorsque Johnny lui rend visite inopinément et se fait tuer. Michael, complice involontaire du meurtre, n'a d'autre choix que d'appeler Frank pour l'aider à faire disparaître le corps. Le cœur brisé, Gina rompt définitivement. Michael doit alors reconquérir le cœur de la femme qu'il aime avec tous les tueurs de New York à ses trousses. Aidé de Frank, il se fait passer pour le fameux gangster de Chicago "Mickey les yeux bleus"...

Love story sous fond de mafia et de gangsters à l'ancienne, Mickey les yeux bleus est une nouvelle démonstration du pouvoir d'attraction de Hugh Grant dans le domaine de la comédie romantique. Cette fois-ci, le playboy britannique se frotte au milieu du crime organisé avec son casting rempli de "tronches" mené par James Caan. Malgré le flop du film en salles à sa sortie, Mickey les yeux bleus a indirectement laissé une trace dans l'histoire des films et séries de mafieux puisque près d'une dizaine d'acteurs du film ont au fil des années suivantes pris part à l'aventure des Soprano, la série culte de David Simon.

Mickey les yeux bleus est diffusé ce soir à 20h40 sur RTL9.

De battre mon cœur s'est arrêté de Jacques Audiard

A 28 ans, Tom suit les traces de son père dans l'immobilier véreux alors qu'il se rêvait concertiste. Un agent qui lui propose de passer une audition le pousse à croire qu'il a peut-être un avenir dans ce métier. Sans cesser ses activités, il travaille d'arrache-pied avec sa répétitrice, chinoise et brillante pianiste.

Déjà remarqué pour ses trois premiers films, Regarde les hommes tomber, Un héros très discret et Sur mes lèvres, Jacques Audiard a confirmé tout son talent avec De battre mon cœur s'est arrêté. Ce remake du Mélodie pour un tueur de James Toback lui permit d'entrer dans le cercle fermé des plus grands réalisateurs français. Plébiscité par l'ensemble de la critique française, le film dépassa le million d'entrées et rafla un nombre impressionnant de récompenses. BAFTA du meilleur film non anglophone, le film décrocha dix nominations aux Césars 2006, repartant avec huit prix, parmi lesquels les prestigieux Césars du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur second rôle masculin pour Niels Arestrup ou encore du meilleur espoir féminin pour Linh Dan Pham. Emballé, Première s'enthousiasmait à l'époque pour le résultat : "Jacques Audiard filme son histoire en plans-séquences, caméra à l'épaule, dans le mouvement, la fluidité, la liberté [...] "De battre mon coeur s'est arrêté" [...] vaut aussi par et pour Romain Duris, d'une densité totale [...], éblouissant, dont la profondeur de l'engagement sidère".

De battre mon cœur s'est arrêté est diffusé ce soir à 20h45 sur Ciné+ Premier.

Captives d'Atom Egoyan

Huit ans après la disparition de Cassandra, quelques indices troublant semblent indiquer qu'elle est toujours vivante. La police, ses parents et Cassandra elle-même, vont essayer d'élucider le mystère de sa disparition.

Quelques mois après le succès du Prisoners de Denis Villeneuve, un autre cinéaste canadien s'emparait d'un sujet assez proche en la personne d'Atom Egoyan. Le réalisateur de De beaux lendemains confie ici à Ryan Reynolds le rôle d'un père prêt à tout pour retrouver sa fillette disparue. Présenté en compétition au festival de Cannes, le film avait rencontré un accueil très frais et assez immérité comme le soulignait Première : "Renouant avec la veine de De beaux lendemains (la disparition d’enfants) et Le Voyage de Felicia (un ogre rôde), Atom retourne dans ses terres de glace pour parler de son sujet préféré, le voyeurisme, encore réinventé ici dans sa dégueulasserie, en assumant à la fois un scénario complexe d’une intelligence rare et un vrai plaisir de série B parfaitement compatible (le pédophile a vraiment une tête de pédophile et la méchante femme porte des perruques dignes d’un mauvais De Palma)". Alors que Deadpool cartonne actuellement en salles, Captives permet de redécouvrir une autre facette de l'acteur Ryan Reynolds.

Captives est diffusé ce soir à 20h50 sur Canal+ Cinéma.

A lire aussi sur Première