DR

Ce soir, Jim Carrey fait les quatre cents coups dans la peau d'un homme en vert, Abderrahmane Sissako raconte la résistance à la barbarie terroriste et les deux héros des studios Aardman partent sur les traces d'une créature mystérieuse.

The Mask de Chuck Russell

Stanley Ipkiss est un employé de banque à Edge City qui vit seul avec son chien. Un jour, Tina, une superbe jeune femme, entre dans la banque pour ouvrir un compte. Sous le charme, Stanley tombe follement amoureux d'elle mais il ne sait pas qu'elle est en réalité une espionne qui travaille pour Dorian, son amant. Stanley trouve un masque doté de pouvoirs magiques; dès qu'il le met sur son visage, il devient The Mask, un personnage fantasque de BD délivré de ses frustrations.

Sorti dans les salles obscures en 1994, The Mask est un incroyable délire burlesque et cartoon adapté des aventures du personnage de comics créé par John Arcudi, Doug Mahnke et Mike Richardson. Dans un rôle qui semble avoir été créé pour son expressivité comique, Jim Carrey fait de son Mask un vrai personnage de Tex Avery en chair et en os, grâce à son incroyable élasticité physique et ses mimiques inimitables. Finissant sa course parmi les plus gros succès de l'année 1994, The Mask rapporta plus de 350 millions de dollars de recettes à l'échelle mondiale et la France ne fut pas épargnée par le phénomène puisque le film attira 3,8 millions de spectateurs en salles. Quant à Jim Carrey, sa performance fut si mémorable qu'elle lui valut une nomination au Golden Globe du meilleur acteur.

The Mask est diffusé ce soir à 20h50 sur Gulli.

Timbuktu d'Abderrahmane Sissako

Non loin de Tombouctou tombée sous le joug des extrémistes religieux, Kidane mène une vie simple et paisible dans les dunes, entouré de sa femme Satima, sa fille Toya et de Issan, son petit berger âgé de 12 ans. En ville, les habitants subissent, impuissants, le régime de terreur des djihadistes qui ont pris en otage leur foi. Fini la musique et les rires, les cigarettes et même le football… Les femmes sont devenues des ombres qui tentent de résister avec dignité. Des tribunaux improvisés rendent chaque jour leurs sentences absurdes et tragiques. Kidane et les siens semblent un temps épargnés par le chaos de Tombouctou. Mais leur destin bascule le jour où Kidane tue accidentellement Amadou le pêcheur qui s'en est pris à GPS, sa vache préférée. Il doit alors faire face aux nouvelles lois de ces occupants venus d’ailleurs…

Présenté en compétition au Festival de Cannes en 2014 dont il faisait l'ouverture des films en compétition, Timbuktu avait en grande partie impressionné les critiques sur la Croisette avant de repartir pourtant bredouille. Remis sous le feu des projecteurs un mois après sa sortie suiteà l'actualité douloureuse des attentats de Charlie Hebdo, le film d'Abderrahmane Sissako ressortit grand vainqueur des César avec sept récompenses dont celles du meilleur film et du meilleur réalisateur. Lors de sa sortie, Première écrivait au sujet de ce beau film de résistance : "Au lieu de se focaliser sur le sort des otages occidentaux (comme c’est souvent le cas dans nos médias) ou de montrer la violence de façon spectaculaire et manichéenne comme dans tout film "coup-de-poing" qui se respecte, Sissako utilise son arme personnelle : un gant de velours. Chez le réalisateur de Bamako, la brutalité se double en effet de poésie, le montage parallèle faisant coexister danse et lapidation".

Timbuktu est diffusé ce soir à 21h sur Canal+.

Wallace et Gromit : le mystère du lapin-garou de Nick Park et Steve Box

À quelques jours du grand concours annuel de légumes, Wallace et son fidèle Gromit doivent mettre hors d’état de nuire un lapin-garou géant qui s’attaque aux sacro-saints potagers de leur ville. Pour faire face à ce péril inédit, l’organisatrice du concours, Lady Tottington, se tourne en effet vers nos deux "spécialistes" qui ont inventé une machine à éradiquer les lapins.

Véritables orfèvres de l'animation en pâte à modeler, les studios Aardman offraient en 2005 leur premier long-métrage à ses deux personnages emblématiques, Wallace et Gromit. Aventure pétaradante et ultra-référencée, Le mystère du lapin-garou demanda cinq ans de préparation avant d'aboutir à un résultat final qui suscita un accueil unanimement dithyrambique à sa sortie en salles. Vif succès populaire à sa sortie (près de 200 millions de dollars de recettes et 2,3 millions d'entrées en France), Wallace et Gromit : le mystère du lapin-garou remporta l'Oscar du meilleur film d'animation, le troisième pour les deux personnages d'Aardman après ceux décrochés en 1994 et 1996 pour Un mauvais pantalon et Rasé de près dans la catégorie court-métrage.

Wallace et Gromit : le mystère du lapin-garou est diffusé ce soir à 20h50 sur Numéro 23.

A lire aussi sur Première