DR

Pour L'Instant d'avant d'Arte, l'actrice revient sur ces quelques secondes en suspension... et sur la nervosité d'Abdellatif Kechiche.

Elle est désormais une habituée des sélections cannoises, et ce 69ème Festival ne fera pas exception à la règle. Léa Seydoux montera cette année les marches du Palais des Festivals avec Juste la fin du monde, le dernier film de Xavier Dolan où elle côtoie Gaspard Ulliel, Marion Cotillard, Vincent Cassel et Nathalie Baye. En compétition officielle, le film essaiera de décrocher la très convoitée Palme d'Or, la deuxième dans laquelle jouerait l'actrice s'il venait à être primé.

La première, c'était évidemment pour La vie d'Adèle en 2013, pour lequel le jury présidé par Steven Spielberg avait adressé une exceptionnelle triple Palme à Abdellatif Kechiche, mais aussi à ses deux actrices principales : Adèle Exarchopoulos, et donc Léa Seydoux. Un moment à part pour la comédienne (et une polémique à la clé) qui est revenue sur cette consécration pour la pastille d'Arte intitulée L'instant d'avant.

Gaspard Ulliel, Vincent Cassel et Léa Seydoux se disputent à table dans le premier extrait de Juste la fin du monde

Qu'est-ce qui passe par la tête d'un réalisateur ou d'un acteur qui s'apprêté à être primé à Cannes ? Telle est la question à laquelle essaie de répondre l'émission, ici avec Léa Seydoux qui confie quelques anecdotes sur la cérémonie de clôture d'il y a trois ans : "À l'époque, je pensais que ce serait peut-être le Prix d'interprétation. Les autres prix se succèdent jusqu'au Grand Prix du Jury, et là, on sait qu'on a la Palme. Je me retourne vers Abdellatif, je lui serre le bras, et on lui dit : 'On a la Palme, on a la Palme !'. Et là, il me regarde et me dit : 'Tais-toi, tais-toi !', et il est devenu rouge écarlate. Ça m'a coupé dans mon élan, ça m'a déstabilisée".

Une saute de concentration qui avait conduit à un petit moment de flottement au moment de l'annonce de la Palme d'Or commune : "Au début, j'ai pas compris qu'on faisait aussi partie du Prix, et qu'on avait le prix au même titre qu'Abdellatif. […] Et là, la scène est devenue floue, on savait plus trop où on était. On était allées très loin dans les scènes sexuelles, et j'avais un peu peur de la réaction des gens".

Toujours est-il que tout s'est bien passé puisque La vie d'Adèle, archi favori des observateurs cannois, a été fortement applaudi dans la salle. Un sentiment que Léa Seydoux espérera sans doute revivre cette année avec Juste la fin du monde, qui sortira par la suite dans les salles obscures le 21 septembre prochain.

Prochainement au Cinéma