DR

Plus grand succès pour un film japonais dans le monde, le voyage de Chihiro synthétise comme souvent un grand nombre d'influences de la vie personnelle de son créateur, Hayao Miyazaki.

Ce soir, Hayao Miyazaki nous entraîne dans un nouveau périple à travers son imaginaire débridé avec Le voyage de Chihiro, sorti en salles en 2002. Comme souvent, le sens de la poésie visuelle du réalisateur japonais débouche sur une féérie de tous les plans, qui a conquis cette fois-ci un public encore plus large que d'habitude, permettant au cinéaste de se faire connaître d'un nouveau public à travers le monde entier.

Le voyage de Chihiro fut un immense succès commercial dans son archipel d'origine (près de 25 millions d'entrées!), restant encore aujourd'hui le plus grand succès de l'histoire du cinéma japonais. Le film, grâce au soutien de Disney et de John Lasseter, admirateur de longue date de Miyazaki, devint même le premier véritable succès de ce dernier aux États-Unis, au point de décrocher l'Oscar du meilleur film d'animation en 2003. Un succès planétaire pour un film qui porte plus que jamais la patte Miyazaki, avec toujours une forte connotation autobiographique. Alors que le film est rediffusé ce soir sur Chérie 25, retour sur quelques-unes des influences personnelles les plus marquantes du chef-d'oeuvre d'Hayao Miyazaki.

Les origines de Chihiro

Comme souvent chez Hayao Miyazaki, Le voyage de Chihiro se construit en partie dans le passé du cinéaste. Reste que la jeune héroïne du film, quant à elle, n'a pas d'origine proprement définie. Ce qui ne veut pas dire que son apparence et son caractère relèvent du pur hasard. Après avoir pour l'essentiel de ses précédentes réalisations orienté ses créations à destination d'un public enfantin ou adolescent, cette fois-ci Miyazaki s'attache à un genre encore plus précis : le shojo, à savoir les mangas écrits principalement pour les jeunes adolescentes.

Plus particulièrement, Miyazaki crée le personnage en rapport avec un de ses souvenirs d'enfance. Dans sa jeunesse, le mangaka passait ses vacances dans un chalet de montagne en compagnie de cinq jeunes filles de son âge, des amies de sa famille. L'intrigue du Voyage de Chihiro fut écrite en souvenir de ce qu'elles avaient l'habitude de lire à cette époque. Comme il le déclarait dans une interview datant de 2002 : "J'avais l'impression que ce pays n'offrait que des romances et des histoires de cœur aux petites filles de dix ans. Et en regardant mes jeunes amies, je sentais que ce n'était pas ce qu'elles avaient de plus cher dans leurs cœurs, ce dont elles voulaient. Et donc je me suis demandé si je pouvais faire un film dans lequel elles pourraient être les héroïnes".

Les souvenirs de Miyazaki

Chihiro n'est pas le seul élément du film à surgir du passé de Miyazaki. Une séquence en particulier revêt un aspect autobiographique marqué : celle des bains de Yubaba et de l'esprit putride de la rivière polluée. Dans un des plans précédant la révélation de l'esprit, on peut voir Chihiro tirer le guidon d'un vélo de la crasse qui pollue les eaux. Dans le making-of du film, Miyazaki explique que cette scène renvoie à un épisode de sa jeunesse : "J'ai travaillé une fois au nettoyage d'une rivière, la rivière à côté de chez moi. Et une fois, je suis vraiment tombé sur une bicyclette. Elle était coincée au fond. On s'est mis à dix pour enrouler une corde autour du cadre et la tirer lentement de la boue. On a nettoyé totalement la rivière, et les poissons sont revenus. C'est pour ça que j'ai eu l'idée d'ajouter cette scène".

Plus proche de nous, certains éléments du film renvoient aussi au passé non seulement de Miyazaki mais des studios Ghibli dans leur ensemble. Le Voyage de Chihiro recycle en effet quelques éléments qui n'avaient à l'origine pas été développés pour ce film en particulier. Le personnage de Yubaba notamment, est en fait la reprise d'un projet abandonné du studio, une adaptation d'un livre pour enfants, Kirino Mukouno Fushigina Machi, signé Sachiko Kashiwaba (qui a tout de même en partie inspiré Le voyage de Chihiro). Il en va de même pour le thème de clôture du film, Itsumo Nando Demo, composé par Yumi Kimura. Le morceau fut à l'époque écrit pour un autre projet développé par Miyazaki, intitulé Rin and the Chimney Painter, un projet assez similaire dans l'esprit mais plus contemporain et dont l'héroïne était plus âgée. Le projet ne fut pas retenu et le thème fut récupéré pour Le voyage de Chihiro.

Jiufen et le musée d'Edo-Tokyo

Entre tradition et spiritualité, les décors du Voyage de Chihiro, particulièrement dans l'univers imaginaire que visite la petite fille ont une place cruciale dans l'identité visuelle du film. Chacun d'entre eux renvoie à une tradition architecturale ancienne, particulièrement au cours de l'ère Meiji à la fin du XIXème siècle. Pour imaginer le monde des esprits, Miyazaki s'inspire notamment du musée d'architecture en plein air d'Edo-Tokyo, qu'il visite à de nombreuses reprises pendant la production du film. "C'est un monde qui ressemble davantage au musée d'Edo-Tokyo qu'à notre monde moderne. J'ai toujours été fasciné par le style pseudo-occidental des bâtiments que l'on peut y trouver. Là-bas je me sens nostalgique, surtout quand je m'y promène seul le soir, juste avant que la nuit tombe, que le soleil se couche et que les larmes m'emplissent les yeux", déclarait Miyazaki dans une interview à Animage en 2001.

Mais la principale influence du monde des esprits ne vient pas du Japon, mais de Taiwan, et plus particulièrement de la petite ville de Jiufen. Le vieux centre de cette cité montagneuse se retrouve représenté avec une ressemblance troublante dans le monde des esprits, entre ses ruelles étroites et escarpées, ses rues ornées de centaines de lanternes et ses bâtiments colorés. Lieu emblématique de ce monde des esprits, l'établissement des bains de Yuababa reprend notamment en partie les ornements de la Maison du Thé de Jiufen. Suite au succès international du film, la ville a vu un important afflux de touriste et organise depuis des circuits pour les visiteurs.

L'histoire du Voyage de Chihiro : Une fillette de dix ans se perd avec ses parents dans un univers parallèle, peuplé de divinités et de créatures surnaturelles. Elle devra se battre, pour sauver ses parents transformés en cochons et regagner le monde réel.

Le voyage de Chihiro est diffusé ce soir à 20h55 sur Chérie 25.

A lire aussi sur Première