DR

Fritz Lang et Alfred Hitchcock donnent une leçon de mise en scène ce soir.

Arte propose deux grands classiques à partir de 20h55. Dénonçant tous les deux en toile de fond les crimes commis durant la Seconde Guerre Mondiale, Le Diabolique Docteur Mabuse et La Cinquième colonne valent le détour.

Le Diabolique Docteur Mabuse de Fritz Lang
"Une série de crimes rappelle étrangement ceux commis trente ans plus tôt par le fameux docteur Mabuse. Seule certitude, toutes les victimes ont séjourné à l'hôtel Luxor. La police enquête. Faux aveugle, Mabuse dispose en réalité de mille yeux."
Pour sa dernière mise en scène, en 1960, le réalisateur de Metropolis et de M le Maudit retrouve le personnage du Docteur Mabuse, qu’il avait commencé à filmer dès 1922. "Les premiers Mabuse annonçaient de manière presque divinatoire l’arrivée de Hitler au pouvoir et les méthodes des Nazis, explique la chaîne. Le dernier Mabuse, ou plutôt son disciple, est un prophète de la société de surveillance dans un monde déshumanisé peuplé d’automates et de zombies."

La Cinquième colonne d’Alfred Hitchcock
"Employé dans une usine d'aviation, Barry (Robert Cummings) est accusé à tort d'avoir saboté l'atelier dans lequel il travaille. Arrêté, il réussit à échapper à la police et part à la recherche du véritable coupable en compagnie de Patricia (Priscilla Lane), un mannequin réputé." 

Souvent considéré comme un Hitchcock mineur (en partie à cause du réalisateur lui-même, qui a avoué avoir regretté ses choix de casting), La Cinquième colonne, sorti en 1949, est pourtant bien plus qu’un brouillon de La Mort aux trousses, grand succès du cinéaste dix ans plus tard. « Alfred Hitchcock (comme Fritz Lang) a signé quelques grands films d’espionnage dans les années 40, informe Arte, en résonnance directe avec la guerre en Europe ou le soutien à l’interventionniste américain pour lutter contre l’Allemagne hitlérienne. Cinquième Colonne est aussi et avant tout un récit hitchcockien par excellence, avec un faux coupable en cavale, bien décidé à prouver son innocence et à démasquer les vrais criminels. » 

Deux enquêtes à ne pas manquer, si vous aimez les histoires bien ficelées et les mises en scène inventives.

A lire aussi sur Première