DR

Rôle charnière de la carrière de Marion Cotillard, La Môme marqua autant sa consécration en France que son entrée dans la cour des grands à Hollywood.

Alors qu'Édith Piaf aurait fêté ce samedi son centième anniversaire, France 3 propose de redécouvrir ce soir le plus célèbre biopic consacré à celle qui reste aujourd'hui la chanteuse française la plus connue à travers le monde. Sorti en salles en 2007, La Môme d'Olivier Dahan revient sur la vie, l'accession à la gloire mais aussi les fêlures d'une grande dame de la chanson française mais également d'une femme complexe dans ses relations.

Pour l'incarner, Dahan se tourne immédiatement vers Marion Cotillard, qui après des années passées à se faire connaître dans le cinéma populaire (après avoir été révélée par Taxi), a remporté deux ans plus tôt le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Un long dimanche de fiançailles. Un choix à l'époque qui tombait sous le sens pour Olivier Dahan, qui déclarait à ce sujet au Journal de Montréal : "Malgré qu’elle soit plus grande et bien plus jolie, Marion a des yeux qui me faisaient penser à ceux de Piaf quand elle était très jeune. Mais au-delà de cela, j’avais vu Marion jouer dans quelques films et son travail m’avait impressionné. J’avais vu en elle un côté tragédienne que je cherchais pour le rôle". Cotillard est finalement retenue pour le rôle alors que TF1, qui distribue le film, lui préférait à l'époque Audrey Tautou.

Après une production compliquée notamment en raison d'un budget resserré par rapport aux prévisions initiales, La Môme connaît un succès certain en France, porté par un accueil critique des plus favorables. Réunissant plus de 5,2 millions d'entrées, le film est un triomphe et les critiques élogieuses se multiplient pour souligner la capacité qu'a eu Marion Cotillard à disparaître derrière son personnage. Deux ans le film de Jean-Pierre Jeunet, l'actrice fera rebelote aux César en décrochant le César de la meilleure actrice. Un destin déjà en soi fabuleux, mais la France fut loin d'être la seule à s'enthousiasmer devant La Môme.

Le coup de cœur de l'Amérique

Le film passe très tôt sous les radars du côté de Hollywood, principalement en raison de son sujet. Au sommet de sa popularité, Édith Piaf était connue jusqu'aux États-Unis où ses concerts au Carnegie Hall de New York faisaient salle comble. De plus, le nom de Marion Cotillard n'est pas totalement inconnu des cinéphiles américains, qui avaient déjà pu la voir dans Big Fish de Tim Burton ou Une grande année de Ridley Scott. Avant même sa présentation en avant-première à la Berlinale en février 2007, c'est le petit studio Picturehouse qui décroche les droits d'exploitation du film aux États-Unis.

Si en France, la presse salue le film d'Olivier Dahan dans son ensemble, aux États-Unis, c'est la prestation de Marion Cotillard qui est principalement mise en lumière. À sa sortie en salles, le film, retitré La Vie en Rose du nom de l'une de ses plus célèbres chansons, trouve son écho auprès du public américain. Le film devient ainsi le troisième plus gros succès pour un film français distribué aux États-Unis depuis 1980 en récoltant plus de dix millions de dollars de recettes (seuls Le fabuleux destin d'Amélie Poulain et Le pacte des loups avaient fait mieux à l'époque).

Un grand chelem historique

Les récompenses vont finalement commencer à pleuvoir de partout pour récompenser l'interprétation de Marion Cotillard. Elle décroche coup sur coup le Golden Globe, puis le BAFTA de la meilleure actrice. Le 24 février 2008, elle bat ses concurrentes Cate Blanchett (Elizabeth, l'âge d'or), Julie Christie (Loin d'elle), Laura Linney (La famille Savage) et Ellen Page (Juno) pour devenir la première actrice de l'histoire (et la seule encore à ce jour) à cumuler Golden Globe, BAFTA, Oscar et César de la meilleure actrice.

C'est donc grâce à un film français que Marion Cotillard entre dans le cœur du cinéma hollywoodien. L'actrice ne s'arrête dès lors plus de tourner de l'autre côté de l'Atlantique (sans pour autant délaisser complètement le cinéma français). Et pas avec n'importe qui puisque depuis la belle aventure de La Môme, on a pu la voir chez Michael Mann (Public Enemies), Rob Marshall (Nine), Woody Allen (Minuit à Paris), Steven Soderbergh (Contagion) et James Gray (The Immigrant), sans oublier sa double apparition chez Christopher Nolan dans Inception et The Dark Knight Rises.

Autant dire un CV hollywoodien déjà bien rempli, auquel il faut rajouter une brève apparition dans la bataille des journalistes All-Star de Légendes vivantes, la suite de Présentateur vedette d'Adam McKay. Et en 2016, on la retrouvera au casting de l'adaptation d'Assassin's Creed de Justin Kurzel (pour lequel on a déjà pu la voir au cinéma dans MacBeth), à nouveau aux côtés de Michael Fassbender. Tout cela avec une deuxième nomination aux Oscars à son compteur cette année grâce au Deux jours, une nuit des frères Dardenne. Autant dire que non, décidément, Marion Cotillard ne regrette rien...

L'histoire de La Môme : De son enfance à la gloire, de ses victoires à ses blessures, de Belleville à New York, l'exceptionnel parcours d'Edith Piaf. A travers un destin plus incroyable qu'un roman, découvrez l'âme d'une artiste et le coeur d'une femme. Intime, intense, fragile et indestructible, dévouée à son art jusqu'au sacrifice, voici la plus immortelle des chanteuses...

La Môme est diffusé ce soir à 20h55 sur France 3.

A lire aussi sur Première

Nora Arnezeder : du Faubourg 36 à Hollywood

Révélée par Faubourg 36, diffusé ce soir sur France 3, la belle Nora Arnezeder s'est depuis fait un chemin jusqu'aux États-Unis grâce au film de Christophe Barratier.