DR
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP
ARP

Fruitvale Station : la révélation des nouvelles stars de Creed

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Fruitvale Station

Alors que Creed, le spin-off de la franchise Rocky sous forme de prequel de l'histoire d'Apollo Creed, est attendu pour le 13 janvier prochain dans les salles obscures, Ciné+ Club propose de redécouvrir ce soir Fruitvale Station, petite sensation du circuit indépendant réalisée par Ryan Coogler, qui se chargera de mettre en scène Creed.Chronique politique explosive sur fond de tensions raciales dans un pays gangréné par les bavures policières depuis des années, Fruitvale Station a servi de détonateur à la carrière de Coogler, mais aussi de son interprète principal, Michael B. Jordan, qui enfilera prochainement les gants d'Apollo Creed pour reformer un duo qui s'annonce particulièrement prolifique. Avant de découvrir leur prochaine collaboration, forcément très attendue, retour sur un film qui a déjoué toutes les attentes et révélé de nouveaux talents du cinéma américain.Un fait divers politique et sensibleFruitvale Station renvoie à un fait divers douloureux qui avait déchiré l'Amérique en 2009, à savoir la mort d'un jeune homme de 22 ans, Oscar Grant, tué par des agents de la police des transports de la Baie de San Francisco le 1er janvier 2009. Hautement médiatisée, la mort d'Oscar Grant avait qui plus est été filmée par plusieurs passants effarés qui ont assisté à la scène. À la même époque, Ryan Coogler est étudiant en cinéma à l'université de San Francisco. Il habite à quelques kilomètres de la station Fruitvale où a eu lieu le drame et a le même âge qu'Oscar Grant.Il décide alors de dédier son premier long-métrage à l'histoire d'Oscar Grant, en prenant le parti pris de raconter la dernière journée du jeune homme, afin de permettre au public de connaître davantage le jeune homme. Il se rapproche alors de John Burris, l'avocat de la famille Grant avec laquelle il se lie d'amitié. Son scénario bouclé, il parvient à convaincre l'acteur Forest Whitaker de produire le film avec sa société de production, qui cherchait alors de nouveaux réalisateurs à lancer. Le projet attire par ailleurs de nombreux investisseurs, dont Kathryn Stockett, l'auteure du livre La couleur des sentiments, qui permet notamment à Octavia Spencer (oscarisée pour son rôle dans le film de Tate Taylor), de s'engager sur le film.Au cours du tournage, qui se déroule au mois de juillet 2012, l'accent est mis sur la fidélité des faits, notamment en obtenant l'autorisation de tourner au sein même de la station Fruitvale, sur la plateforme même où Oscar Grant est mort trois ans et demi plus tôt. De plus, alors qu'il y était opposé au départ, Ryan Coogler décide d'incorporer dans le film dans images des vidéos amateur prises le jour même du drame, une des décisions esthétiques choc du film. Voulant plonger au cœur d'un sujet d'actualité brûlante, le film ignore encore que l'actualité, justement, va le rattraper.La sortie du film en salles le 12 juillet 2013 aux États-Unis prend place dans un contexte social extrêmement tendu. Le lendemain même, l'affaire de la mort du jeune Trayvon Martin prend une tournure hautement polémique lorsque George Zimmerman, qui a abattu le jeune homme de 17 ans alors que celui-ci était désarmé, est acquitté par le jury chargé de son procès. L'émergence du mouvement activiste Black Lives Matter autour des autres cas de bavures qui ont suivi (Michael Brown, Eric Garner, Tamir Rice, Freddie Gray...) ont souligné les disparités raciales face à la loi et l'ordre, créant un contexte de revendication dans lequel Fruitvale Station s'est imposé comme une œuvre nécessaire et militante.Un triomphe public et critiqueMais Fruitvale Station n'a pas attendu ce moment pour impressionner et choquer aussi bien le public que les audiences. Dès sa présentation en avant-première au festival de Sundance en janvier 2013, le film s'impose comme l'uppercut de la sélection. Le film remporte le Grand Prix du jury dans la catégorie des films dramatiques, la plus haute récompense décernée à Sundance, ainsi que le prix du public. Le film crée le buzz instantanément et devient l'objet d'une concurrence féroce pour l'acquisition de ses droits d'exploitation en salles, finalement attribués à la Weinstein Company.Les Weinstein décident dès lors d'emmener le film à Cannes, où il fait à son tour forte impression. Présenté dans la section Un certain regard, il repart à nouveau avec un prix, celui du Meilleur premier film de la sélection. Accompagné d'un bouche-à-oreille dithyrambique, Fruitvale Station sera un grand succès à son échelle. Financé par un budget minuscule de 900.000 dollars, il en rapportera plus de 17 millions dans le monde, essentiellement aux États-Unis. Le film est même le troisième succès de l'année 2013 en ce qui concerne les sorties limitées, c'est-à-dire les films sortant sur un nombre restreint de salles, derrière Spring Breakers et The Place beyond the Pines.Fruitvale Station a remporté en tout plus d'une trentaine de récompenses diverses, bien qu'il échoua dans la course à la nomination aux Oscars. Il n'empêche que le film a su propulser la carrière de son jeune réalisateur débutant ainsi que de son acteur principal, qui connaissait là un deuxième succès surprise après celui de Chronicle de Josh Trank, lançant définitivement la carrière au cinéma de celui qui jusqu'ici s'était surtout illustré sur le petit écran, dans The Wire ou Friday Night Lights. À charge maintenant pour Creed de confirmer les promesses.L'histoire de Fruitvale Station : Au matin du 1er janvier 2009, Oscar Grant, 22 ans, croise des agents de police dans la station de métro Fruitvale, à Oakland. Confondant son Taser avec son pistolet, l’un d’eux lui tire dans le dos. Le film raconte la dernière journée de la victime. Fruitvale Station est diffusé ce soir à 22h20 sur Ciné+ Club.

Prochainement au Cinéma