DR

Sur le plateau de Seth Meyers, l'acteur britannique s'est confié sur le pouvoir de Kilgrave, grand méchant de la première saison de la nouveauté Netflix.

Depuis vendredi dernier, Jessica Jones a permis à David Tennant d'ajouter un nouveau rôle marquant à sa filmographie : celui de Kilgrave, l'ex "petit ami" de Jessica Jones (Krysten Ritter) qui possède le pouvoir de contrôler ses victimes par l'esprit. Et si un pouvoir surpuissant peut s'avérer très attirant, il peut aussi devenir particulièrement dangereux, comme en témoignent les nombreuses atrocités auxquelles se prêtent Kilgrave tout au long de la première saison de la nouvelle série Marvel.

Invité dans l'émission de Seth Meyers, l'ancien Docteur, également remarqué dans Broadchurch, a livré ses impressions sur le nouveau super-vilain de l'univers Marvel et sur ce pouvoir très particulier.

Au départ, on peut se dire : qui ne voudrait pas que le monde consente à tout ce que vous faîtes ? Mais au fond, c'est au moins autant une malédiction que c'est une bénédiction. Comment peut-on vivre comme ça ? Comment savoir si les gens font quelque chose parce qu'ils le veulent vraiment ? Comment discuter avec les gens ? Comment construire un cadre moral autour de ça ?

Cette question est d'ailleurs au centre de Jessica Jones, puisque Kilgrave se met en tête de reconquérir son ancienne petite amie, malgré les actes traumatisants que celle-ci a pu subir de sa part par le passé. D'où la difficulté pour David Tennant d'essayer de trouver une humanité à un personnage foncièrement pervers et manipulateur.

Il ne pense pas qu'il est méchant. Aucun méchant ne pense véritablement en être un. Tout cela remonte à son enfance. Il n'a aucun repère pour savoir ce qui est bien ou mal. C'est pour ça que, bien qu'il fasse des choses clairement répréhensibles, il ne comprend pas cela. Il est prisonnier de la malédiction de son propre pouvoir.

Vêtu pour l'occasion d'un costume violet, comme un clin d'oeil au comics d'origine (Kilgrave y a la peau violette et se fait surnommer l'Homme pourpre), David Tennant évoque également ce petit écart pris vis-à-vis de la fidélité au matériau d'origine de la série : "Au début, j'ai pensé que ce serait marrant. Mais je pense qu'au bout de deux semaines, j'en aurais eu marre et j'aurais dit : 'Assez, assez ! Il est quatre heures du matin, je suis déjà dans la caravane au maquillage et des gens m'attaquent avec leurs sprays de peinture !' Je pense que je m'en serais vite lassé".

Jessica Jones : noir c’est noir et c'est très bien

En France, Jessica Jones est disponible sur Netflix.