DR

Trois films très différents sont proposés en contre-programmation de la finale de l'Euro 2016.

La Traversée de Paris de Claude Autant-Lara 
A Paris, sous l'occupation allemande. Martin, chauffeur de taxi au chômage, s'est reconverti dans le marché noir. Avec Grandgil, rencontré par hasard dans un café, il tente en pleine nuit la traversée de Paris avec deux valises remplies de viande fraîche. Mais les deux compères devront faire face à une multitude d'embûches avant d'atteindre la rue Lepic et de remettre la marchandise à un boucher impatient... Sorti en 1956, La Traversée de Paris marque la première rencontre à l'écran de deux figures du septième art : Bourvil et Jean Gabin. Un duo de haut vol qui fait le sel de ce long-métrage colorisé en 1994. Portrait au vitriol d'une société parfois impitoyable avec ses citoyens, La Traversée de Paris, qui choqua à sa sortie, est l'un des meilleurs films de Claude Autant-Lara. En compétition à la Mostra de Venise 1956, il a raflé la même année le Prix du meilleur film décerné par le syndicat français de la critique.

La Traversée de Paris sera diffusé le dimanche 10 juillet à 20h50 sur TMC  

Le Capital de Costa-Gavras 

On a connu le réalisateur de Z et d’Amen plus percutant. Malgré son sujet engagé, Le Capital tombe souvent à plat, surtout si on le compare aux films récents sur le même sujet plus décapants comme Le Loup de Wall Street, The Big Short ou le chef-d’œuvre du genre, Margin CallLe Capital vaut tout de même le coup d’œil pour sa star, Gad Elmaleh, à des années-lumière de ses rôles comiques habituels. 

« Tel un ragoût, Le Capital mélange des ingrédients variés pour remettre au goût du jour la vieille recette de l’indignation vertueuse. Sur le thème consensuel du capitaliste, le script, qui adapte le roman d’un ancien haut fonctionnaire de l’économie, dénonce le système bancaire contemporain. Pour éviter d’entrer dans les détails techniques comme le faisait très bien le récent Margin Call, Costa-Gavras réduit la finance à un grand jeu de Monopoly qui voit s’affronter Gad Elmaleh (très bien) et ceux qui pensaient le piéger. Il en résulte un certain suspense, renforcé par un ton épisodiquement satirique, mais ces efforts sont torpillés par les interventions embarrassantes de personnages qui rappellent que « l’argent pourrit tout » ou que « le milieu de la finance, c’est comme la Mafia ». Jusqu’au bouquet final, au cours duquel Gad Elmaleh annonce à des banquiers ravis qu’ils vont pouvoir continuer à « prendre aux pauvres pour donner aux riches ». Sans rire... ».

Le Capital sera diffusé le dimanche 10 juillet à 21h sur France 2

Pédale douce de Gabriel Aghion

Gros succès au cinéma il y a 20 ans, Pédale Douce (coécrit par le réalisateur, Pierre Palmade et Patrick Timsit) suit les nuits festives de divers protagonistes dans le restaurant gay Chez Eva. Fanny Ardant a reçu le César de la meilleure actrice en 1997 pour cette comédie. Patrick TimsitJacques Gamblin et Michèle Laroque étaient eux aussi nommés, mais ils n’ont pas reçu de statuette.

Pédale douce sera diffusé le dimanche 10 juillet à 21h sur D8