DR

Passez votre dimanche soir avec Romain Duris, Jean Reno et Natalie Portman ou Michel Bouquet.
 

De battre mon cœur s’est arrêté de Jacques Audiard 

A 28 ans, Tom suit les traces de son père dans l'immobilier véreux alors qu'il se rêvait concertiste. Un agent qui lui propose de passer une audition le pousse à croire qu'il a peut-être un avenir dans ce métier. Sans cesser ses activités, il travaille d'arrache-pied avec sa répétitrice, chinoise et brillante pianiste.

Déjà remarqué pour ses trois premiers films, Regarde les hommes tomber, Un héros très discret et Sur mes lèvresJacques Audiard a confirmé tout son talent avec De battre mon cœur s'est arrêté. Ce remake du Mélodie pour un tueur de James Toback lui permit d'entrer dans le cercle fermé des plus grands réalisateurs français. Plébiscité par l'ensemble de la critique française, le film dépassa le million d'entrées et rafla un nombre impressionnant de récompenses. BAFTA du meilleur film non anglophone, le film décrocha dix nominations aux Césars 2006, repartant avec huit prix, parmi lesquels les prestigieux César du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur second rôle masculin pour Niels Arestrup ou encore du meilleur espoir féminin pour Linh Dan Pham. Emballé, Première s'enthousiasmait à l'époque pour le résultat : "Jacques Audiard filme son histoire en plans-séquences, caméra à l'épaule, dans le mouvement, la fluidité, la liberté [...] "De battre mon coeur s'est arrêté" [...] vaut aussi par et pour Romain Duris, d'une densité totale [...], éblouissant, dont la profondeur de l'engagement sidère".

De battre mon cœur s’est arrêté sera diffusé le dimanche 26 juin à 22h40 sur Numéro 23

Léon de Luc Besson

Alors que Luc Besson vient de terminer le tournage de Valérian, NT1 rediffuse l’un de ses films les plus populaires. Après Nikita, sorti en 1989, le réalisateur voulait développer le personnage de Victor le nettoyeur, et le résultat est ce formidable Léon, dans les salles en 1994, porté par un Jean Reno au sommet, les cadors Gary Oldman et Danny Aiello, et bien sûr, la révélation d'une jeune actrice de 12 ans, une lolita charmante affublée d'un court carré noir à la Anna Karina, qui allait s'imposer au fil du temps comme l'une des plus grandes stars hollywoodiennes : Natalie Portman. Un excellent souvenir pour l’actrice, qui répète depuis quelque temps qu’elle rêve de rejouer sous la direction de Besson. S’il lui donne un jour une suite, c’est promis, elle rempilera.

L'histoire : New York, 1994, dans le quartier de "Little Italy". Léon, tueur professionnel, est un sous-marin indétectable et inapprochable. Tandis que Stansfield, flic de la brigade des stups, massacre toute sa famille, la petite Mathilda, 12 ans, se réfugie chez son voisin, Léon. Mathilda, bien décidée à venger la mort de son petit frère, demande à Léon de lui apprendre son métier de tueur. Peu à peu elle parvient à apprivoiser le tueur et à lui redonner goût à la vie. Mathilda, partie tuer Stansfield, est faite prisonnière. Peu après, Léon réussit à la délivrer mais Stansfield les retrouve.

Léon sera diffusé le dimanche 26 juin à 20h55 sur NT1

Renoir de Gilles Bourdos 

Jean-Pierre Marielle avait un temps été évoqué pour incarner le peintre Auguste Renoir, mais c’est finalement à Michel Bouquet que Gilles Bourdos a offert le rôle. Son interprétation est évidemment à la hauteur et à ses côtés, Christa Théret et Vincent Rottiers, sont eux aussi excellents. Proposé par la France à l’académie des Oscars en 2014, ce portrait intime de l’artiste en fin de vie n’a finalement pas été sélectionné. Malgré sa distribution juste et ses belles images, il n’a pas réussi à convaincre le public, attirant tout juste 500 000 spectateurs dans les salles françaises. Cette séance de rattrapage ce soir sur France 3 lui permettra peut-être de se rattraper ?

« 1915. Le crépuscule d’un génie, la naissance d’un autre. D’un côté, Auguste Renoir, peintre ravagé par le deuil de son épouse, les terrifiants stigmates de l’âge et l’assèchement de sa fièvre créatrice ; de l’autre, son fils Jean, soldat blessé à la guerre qui se demande quoi faire de sa jeunesse. L’irruption d’une jeune femme va raviver l’inspiration du père et insuffler un désir de cinéma chez le fils. Hélas, le bouleversant passage de flambeau attendu est un peu altéré par une élégance bucolique charmeuse mais assez vaine. »

Renoir sera diffusé le dimanche 26 juin à 20h55 sur France 2