William Friedkin
Avis: 
Date de naissance: 
28 août 1935 (âge : 81 ans)
Nationalité: 
Américain
Sexe: 
Homme

Biographie: 

Il commence à travailler à l'âge de seize ans au service du courrier d'une station de télévision. Un an plus tard, il est metteur en scène, dirigeant en direct des émissions d'intérêt local, avant de se voir confier la réalisation de dramatiques et de musicals.pagebreakEn dix ans, de 1954 à 1963, il réalise ainsi près de 200 émissions, dramatiques, mais aussi documentaires, notamment dans les programmes pédagogiques. Il n'a que 27 ans lorsqu'il réalise son premier film pour le grand écran (Good Times, 1967), support des chansons de Sonny et Cher. Il adapte ensuite trois succès de la scène : l'Anniversaire d'Harold Pinter ; The Night They Raided Minsky's et les Garçons de la bande, version cinématographique d'une pièce sur les homosexuels, présentée « off-Broadway ».pagebreakMais c'est le triomphe international de The French Connection qui fait de lui, en 1971, un réalisateur vedette, obtenant l'Oscar de la mise en scène. Il réalise ensuite un autre énorme succès, avec un gros budget, cette fois : l'Exorciste, film qui propulse un genre marginal au statut de superproduction. Friedkin fait alors figure de surdoué maîtrisant tous les aspects de la technique et du récit cinématographiques ; il paraît capable de s'approprier n'importe quel sujet et, éventuellement, de développer des thèmes plus personnels. Or, curieusement, il reste silencieux jusqu'en 1977, année où il produit et réalise le Convoi de la peur, un remake du Salaire de la peur d'Henri-Georges Clouzot. Les déficiences du scénario laissent une impression d'hésitation, d'inachevé et le filmi refuse des gros effets qui avaient garanti le succès de l'Exorciste. Échec financier aux États-Unis comme en Europe, cette uvre hybride dégage pourtant un ton original : alors qu'on attendait un film à suspense, Friedkin réalise un film d'atmosphère qui, dans ses meilleurs moments, touche au fantastique.pagebreakDans Têtes vides cherchent coffre plein, il revient à l'exercice de style sur un canevas de comédie policière mais le métier masque l'absence de sujet. Très ambitieux, la Chasse (1980) balançait habilement entre l'extériorisation (l'argument est celui d'une enquête sur des crimes dans les milieux homosexuels sadomasochistes) et l'intériorisation (la mutation psychologique du policier chargé de l'enquête, auquel Al Pacino prête toute l'ambiguïté nécessaire). Mais le film déclenche la vindicte des milieux homosexuels militants et sa carrière souffre de la mauvaise réputation qui lui est faite.pagebreakFriedkin semblera au cours des années 80 rechercher frénétiquement des sujets sulfureux et violents mais cette fascination nihiliste s'enlise souvent dans les effets « coup de poing » et la dramatisation intempestive. Ainsi, le Sang du châtiment et la Nurse essaient vainement de renouer avec le succès de l'Exorciste. En revanche, Police fédérale, Los Angeles est un excellent policier. Le plus modeste Blue Chips atteste d'un métier toujours solide, mais Jade, dont le début est brillant, sombre dans l'imitation de Basic Instinct de P. Verhoeven et L'Enfer du devoir se débat dans une moralité ambigüe.pagebreakEn 2011, le Festival de Venise sélectionne son film Killer Joe pour faire partie de la compétition officielle.

Films réalisés par William Friedkin

Commentaires sur William Friedkin

Les plus vues