Nom de naissance Angelopoulos
Genre Homme
Profession(s) Réalisateur, Scénariste
Avis

Biographie

Theodoros Angelopoulos, plus connu sous le nom de Theo Angelopoulos, est un réalisateur grec né le 27 avril 1935 à Athènes et décédé au Pirée le 24 janvier 2012. Il est célèbre pour ses films Alexandre le Grand, Le Voyage des Comédiens, Le Regard d'Ulysse et L'éternité et un jour.Après des études de droit puis un bref passage à Paris, il suit en 1962 les cours de l'IDHEC. De 1964 à 1967, il est critique cinématographique au quotidien Allagi. Un long métrage entrepris en 1965 avec le groupe de musiciens pop Formix Story ne pourra jamais être achevé. Quand Angelopoulos parvient en 1970 à persuader un jeune producteur (George Papalios) de financer son premier film, il n'a encore réalisé qu'un seul court métrage  : l'Émission (1968).La Reconstitution provoquera une certaine surprise en remportant en 1970 le grand prix de Salonique. À travers l'intrigue pseudo-policière du récit un émigré, à son retour d'Allemagne, est assassiné dans un village retiré de l'Épire par sa femme et l'amant de celle-ci, on remarque un style et une démarche idéologique dont l'originalité tranche sur le conformisme du cinéma grec de l'époque. Le fait divers retient moins l'attention du metteur en scène que l'enquête qu'il déclenche, ainsi que ses implications sociologiques individuelles et collectives.Un regard sur la GrèceSes trois œuvres successives  : Jours de 36 (1972), le Voyage des comédiens (1975) et les Chasseurs (1977) apparaissent comme une vaste trilogie sur l'histoire de la Grèce contemporaine. S'appuyant sur une forme de pensée à la fois dialectique et didactique héritée de Brecht, Angelopoulos fouille la mémoire collective de ses compatriotes afin d'en extraire une leçon politique et sociale. Il nie les procédés courants du récit filmique, se refuse à ce que le spectateur s'identifie à un quelconque héros ou épouse inconditionnellement une thèse préalablement établie. Il privilégie le choix d'un petit groupe social représentatif par rapport à la notion de masse et utilise avec virtuosité les richesses et les possibilités techniques du plan séquence, parce que sa longueur permet de subtiles variations sur le rapport espace-temps, autorise même parfois le télescopage de deux moments historiques distincts, en éclairant de manière imprévue ou évidente, le passage du mythe à la réalité...Angelopoulos et la tragédie grecqueEn bref, le cinéaste sait brasser dans un même mouvement de caméra diverses composantes du récit. Cette ambition pourrait conduire à la confusion ou à l'intellectualisme abscons si elle n'était portée par une intelligence lucide et par une constante exigence formelle. On retrouve cette liturgie très personnelle qui n'est pas sans évoquer certaines règles de tragédie grecque dans Alexandre le Grand (1981), fable moraliste et amère sur un bandit justicier, figure quasi légendaire vénérée par le peuple, qui devient, par intransigeance et radicalisation, tyran mégalomane, et dans le Voyage à Cythère (1984) où, à travers l'histoire d'un vieux combattant communiste de la guerre civile exilé en URSS et qui à son retour dans la mère patrie s'aperçoit qu'il n'y a plus de place ni pour lui ni pour ses idéaux, le cinéaste s'interroge sur les rapports du temps, de l'histoire et de la mémoire.Il réalise en 1986 l'Apiculteur avec Marcello Mastroianni, d'un style plus réaliste et plus intimiste, en 1988 Paysage dans le brouillard, admirable voyage initiatique et poétique de deux enfants en quête d'un lien paternel et affectif, en 1991 le Pas suspendu de la cigogne (avec Mastroianni, à nouveau, et Jeanne Moreau) et, en 1995, le Regard d'Ulysse, splendide dérive à travers les Balkans d'un cinéaste d'origine grecque qui tente de retrouver le premier film mythique tourné à l'aube du siècle par les frères Manakias qui remporte le Grand Prix du Festival de Cannes.Une trilogie inachevéeTrois ans plus tard, en 1998, il reçoit la Palme d'Or pour sa fameuse oeuvre, L'éternité et un jour. Il fait ensuite une pause cinématographique avant de revenir en 2004 avec le premier volet d'une trilogie, Eleni. En 2008, il présente le deuxième volet, Poussière du temps.Malheureusement, le réalisateur ne pourra finir sa trilogie : il meurt renversé par un motard le 24 janvier 2012.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2013 La poussière du temps Réalisateur, Scénariste -
2011 HH, Hitler à Hollywood Acteur lui-même
2007 Chacun Son Cinéma Réalisateur -
2004 Eleni Réalisateur -
1997 L'Eternité Et Un Jour Réalisateur, Scénariste -

Stars associées