Terence Stamp

Terence Stamp

Terence StampTerence Stamp
  • Profil mis à jour le 28/08/2013
  • Nationalité :
    Britannique
  • Date de naissance :
    22 juillet 1939 (âge : 75 ans)
  • Sexe :
    Homme
  • Profession :
    Acteur

La biographie de Terence Stamp

  • IL A DIT Les 70's, pour moi, c'est de la merde ! Cinema Teaser n°24 (mai 2013)

Terence Stamp est un acteur britannique né le 22 juillet 1939 à Londres, célèbre pour ses rôles dans les films L'obsédé, Théorème, Priscilla, folle du désert, Ma femme est une actrice, Walkyrie,  ainsi que pour son rôle du Général Zod dans la saga Superman. Il incarne également Jor-El dans la série Smallville, également consacrée au super-héro. Il est le frère de Chris Stamp, manager des Who.

Icône des années 1960 ayant joué dans de prestigieux films, Terence Stamp est plus connu par le grand public pour ses rôles de méchants qui, comme il le déplorera par la suite, lui colleront à la peau.

Né d’un père anglais et d’une mère française (Ethel Ester née Perrott), Terence Stamp est l’aîné d’une fratrie de cinq enfants. Un de ses frères, Chris Stamp, s’illustrera d’ailleurs en tant que manager du célèbre groupe britannique de rock The Who. Il est élevé en grande partie par sa mère, sa grand-mère et ses tantes, dû aux déplacements fréquents de son père, capitaine dans la marine marchande britannique.

Rencontre avec une vocation

C’est d’ailleurs grâce à Ethel Esther qu’il sera très tôt initié à la passion du cinéma, et qu’il verra naître sa vocation d’acteur. A l’âge de trois ans, elle l’emmènera voir Beau geste (1939) avec Gary Cooper, film qui scellera sa destinée. Tout au long de ses jeunes années, il vouera également une grande admiration pour James Dean.

À quinze ans, il quitte ses parents et commence par travailler dans diverses agences publicitaires à Londres. Il n’abandonne pas sa passion pour le théâtre et s’inscrit à la Webber Douglas School, célèbre académie des arts dramatiques londonienne. Sa réformation du service militaire pour cause de problème aux pieds - et les deux années libres qui en résulteront- sera le déclic vers un engagement plus profond pour le métier d’acteur.

En 1962, il joue le rôle d’une forte tête notamment aux côtés de Simone Signoret et de Laurence Olivier dans Le Verdict de Peter Glenville. Cependant, c’est en jouant dans une comédie musicale en province qu’il fait une forte impression à Peter Ustinov, qui l’engage alors pour jouer dans Billy Budd (1962), d'après Herman Melville.

La reconnaissance du public

Grâce à ce film où il s’impose dans le rôle-titre, il explosera sur le grand écran, attirant une attention internationale et remportant le Golden Globe du Meilleur Jeune Espoir. Il sera également cité à l'Oscar du Meilleur Second Rôle en 1962. Son charisme et son physique à la beauté troublante et inquiétante lui permettent en effet d'endosser des rôles de personnages ambigus et énigmatiques.

Sa performance d’acteur dans L'Obsédé (1965) de William Wyler lui apportera d’ailleurs la consécration et le fera découvrir au grand public. Son rôle de collectionneur de papillons - amoureux éperdu d’une étudiante qu’il épingle au détour d’une rue et qu’il séquestre pour l’ajouter à sa panoplie - lui vaut un Prix d’Interprétation au Festival de Cannes et lui ouvre les portes d’une carrière internationale sous la gouverne des plus grands.

Qualifié d’ange du bizarre, il ne se cantonne cependant pas aux rôles ténébreux et enchaîne avec aisance des films aux registres variés. Il joue dans Modesty Blaise de Joseph Losey en 1966, dans Loin de la foule déchaînée de John Schlesinger en 1967 et dans Pas de larmes pour Joy (Poor Cow) de Ken Loach la même année.

Stamp et les cinéastes italiens

Il tourne fréquemment sous la direction de metteurs en scène italiens qui lui offriront ses plus beaux rôles, notamment Federico Fellini pour Histoires extraordinaires (1968) - tiré de l’oeuvre éponyme d’Edgar Allan Poe - et Silvio Narizzano pour El Gringo (1968), un western.

Mais c’est sous la houlette d’un autre italien illustre, Pier Paolo Pasolini qu’il déploiera toute la mesure de son talent, en campant le sulfureux rôle du visiteur dans le fascinant Théorème (1969).

Une retraite en Inde

C’est pourtant à cette même période, lorsqu’il acquiert un statut d’acteur quasi-légendaire, qu’il décide de se retirer en Inde pendant une dizaine d’années, suite à une rupture sentimentale difficile avec le mannequin Jean Shrimpton. Cette décennie ne sera ponctuée que de quelques productions (Une saison en enfer (1970), Hu-man (1976), The Black-out (1977) dont les réalisations médiocres ne permettent pas à l’acteur de briller.

Il revient sur le devant de la scène vers la fin des années 1970, sous le costume du Général Zod dans Superman I et II. Il figure au casting de Rencontres avec des hommes remarquables (1979) de Peter Brook et effectue un retour en force en 1984, dans le remarquable film de Stephen Frears, Le tueur était presque parfait.

Il incarne par la suite un anthropologue dans Link (1985), un escroc sans scrupules dans L'affaire Chelsea Deardon (1986) ; apparaît notamment dans Le Sicilien (1987) de Michael Cimino, Wall Street (1988) d’Oliver Stone et Young guns (1989) de Christopher Cain. En 1990, il passe derrière la caméra et réalise son premier et unique film Stranger in the House.

Reour en haut de l'affiche

Cependant, sa carrière végète dans des films où ne se retrouvent ni l’épaisseur ni la stature de ses anciens rôles. C’est dans l’étonnant contre-emploi que lui offre Priscilla, folle du désert (Stephan Elliott, 1994) qu’il regagne ses galons d’acteur et prouve sa capacité à jouer des rôles plus émotionnels. Il y campe Bernadette, un transsexuel, et rafle plusieurs récompenses.

En 1999, Steven Soderbergh lui destine tout spécialement le rôle principal de L’anglais. Le film et tout particulièrement la performance de Stamp sont unanimement salués par la critique, notamment au Festival de Cannes. Il est nommé dans la catégorie de Meilleur Acteur aux Independent Spirit Awards 2000, et comme Meilleur Acteur Britannique au London Film Critic Circle Awards (ALFS).

Retrouvailles avec l'univers de Superman

On le retrouve par la suite au générique de Star Wars - Episode 1 : la menace fantôme (1999), dans le rôle du chancelier suprême du Sénat galactique. Il fait une incursion dans le cinéma français avec Ma femme est une actrice (2001) d'Yvan Attal et participe notamment à September dawn (2005) de Christopher Cain, Wanted : choisis ton destin (2008), et à la comédie Max la menace (2008).

La carrière de Terence Stamp ne semble pas se ralentir au fil du temps, bien au contraire. En 2009, il incarne un officier allemand dans Walkyrie de Bryan Singer et prône la "Yes Attitude" dans Yes Man de Peyton Reed. Après un rôle dans L'Agence en 2011 - année où son rôle de Jor-El, qu'il tient depuis 2003 dans la série Smallville, prend fin -, il rejoint en 2013 le casting du film Song for Marion.

> Son signe astro> Personnalité du prénom Terence> Popularité du prénom Terence

Dernières news sur Terence Stamp

0

La filmographie de Terence Stamp