Stanislas Nordey

  • Profil mis à jour le 01/03/2012
  • Nationalité :
    Français
  • Sexe :
    Homme

La biographie de Stanislas Nordey

  • IL A DIT " Le théâtre n'est pas mort. On peut faire un vrai théâtre public qui marche " Fluctuat

Fils de la comédienne Véronique Nordey et du célèbre cinéaste Jean-Pierre Mocky, Stanislas Nordey est né à Paris en 1966.

 

Il poursuit ses études au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique avant de faire ses premiers pas dans l’univers artistique en tant qu’acteur pour le septième art; il joue, en 1986, dans le film On a volé Charlie Spencer ! de Francis Huster.

 

S’il met, dès lors, sa carrière cinématographique entre parenthèses pour sept ans (jusqu’en 1993 avec Trois couleurs : Bleu de Krzysztof Kieslowski), il entame un autre chemin, celui du théâtre, dans lequel il sera productif, épanoui et inspiré.

 

Il met en scène, en 1988, la Dispute de Marivaux au Théâtre Pitoëff à Genève. Ce sera le début d’une longue et passionnée histoire d’amour avec la mise en scène théâtrale.

 

Tout au long des années 90, il monte des pièces telles que La Conquête du Pôle Sud de Manfred Karge au Théâtre Vidy-Lausanne (1992), 14 pièces piégées d'Armando Llamas au Studio Théâtre du CDRC de Nantes (1993), Vole mon dragon d'Hervé Guibert (un de ses auteurs préférés) au Théâtre de la Bastille (1994), Le Songe d'une nuit d'été de William Shakespeare au Théâtre des Amandiers (1995), J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne de Jean-Luc Lagarce au Théâtre Ouvert à Paris (1997) et Mirad, un garçon de Bosnie d'Ad de Bont au Théâtre Gérard Philipe (1998) et Les Comédies féroces (1998) de Werner Schwab, un autre de ses favoris.

 

Mais le jeune metteur en scène s’illustrera surtout avec les pièces de Pier Paolo Pasolini, un auteur auquel il semble particulièrement attaché puisqu’il montera assez fréquemment ses textes, tout au long de cette décennie: Bête de style au Théâtre Gérard Philipe Saint-Denis (1991), Calderon (1993), Pylade au Théâtre Gérard Philipe (1994) et Porcherie au sein du même théâtre (1999).

 

Les années 90 marquent également son empreinte au sein du Théâtre Nanterre-Amandiers (de 1994 à 1997) en tant qu’artiste associé, ainsi que sa nomination à la direction du Théâtre Gérard Philipe (de 1998 à 2001), un théâtre dit «citoyen », qu’il quittera en 2001 en raison de sérieux problèmes financiers.

 

En 2000, Nordey publie, en collaboration avec Valérie Lang, un ouvrage d'entretiens intitulé Passions civiles, dans lequel il passe en revue sa carrière artistique et explique, notamment, les circonstances qui ont entouré son départ du Théâtre Gérard Philipe.

 

L’avènement du nouveau millénaire ne réduit en rien son activité, que ce soit sur les planches (Orgia de Pier Paolo Pasolini et mise en scène en 2003 par Laurent Sauvage, Pasteur Ephraïm Magnus de Hans Henny Jahnn et mise en scène en 2004 par Christine Letailleur…), à l’opéra (Le Balcon de Peter Eötvös en 2002, Les Nègres de Michael Lévinasen 2004…) ou en tant que metteur en scène (Deux morceaux de verre coupant de Mario Batista en 2004, Gênes 01 et Peanuts de Fausto Paravidino en 2006…).

 

En 2008, il joue dans La Ballade de la geôle de Reading d'Oscar Wilde, mis en scène par Céline Pouillon à la Maison de la Poésie et met également en scène Pélleas et Mélisande de Debussy, opéra pour lequel il est récompensé du Sir Laurence Olivier Awards à Londres.

 

Il occupe, actuellement, le poste de directeur pédagogique de l'Ecole Supérieure du Théâtre National de Bretagne.

> Personnalité du prénom Stanislas > Popularité du prénom Stanislas

Dernières news sur Stanislas Nordey

0