Sacha GUITRY

  • Profil mis à jour le 22/05/2013
  • Nationalité :
    Français
  • Date de naissance :
    21 février 1885
  • Date de décès :
    24 juillet 1957
  • Sexe :
    Homme
  • Voir la discographie complète de Sacha GUITRY sur Music-story.com

La biographie de Sacha GUITRY

Sacha Guitry est un auteur dramatique, scénariste, réalisateur et comédien de théâtre et de cinéma français. De son nom complet Alexandre Georges-Pierre Guitry, il est né le 21 février 1885 à Saint-Pétersbourg en Russie.

Ses parents sont des comédiens de théâtre célèbres, Lucien Guitry et Renée Delmas, également connue sous les noms Renée de Pont-Jest ou Renée de Pontry.

Ayant vu le jour en Russie, Sacha Guitry découvre la France en 1890. À l’école, il ne montre que peu d’intérêt pour les cours, désirant dès son plus jeune âge marcher sur les pas de ses parents.

Il s’essaie alors à l’interprétation, puis à l’écriture de pièces qu’il se charge lui-même de monter. Parmi ses premières créations, on retrouve notamment Le Page en 1902, Le K.W.T.Z. en 1905 et Nono la même année, un spectacle en trois actes très apprécié.

Deux années plus tard, Sacha Guitry signe La Clef, mais celle-ci se solde par un relatif échec. Dépité, il pense abandonner la scène, mais c’est sans compter sur le pouvoir de persuasion de l’écrivain et journaliste Octave Mirbeau, qui, convaincu de son talent, l’incite à renouer avec l’écriture.

Reprenant de plus belle, il dévoile une série de nouvelles pièces telles que Petite Hollande (1908), Le Veilleur de nuit (1911), Deux Couverts (1914), ou encore Faisons un rêve (1916), dans laquelle Raimu fait ses débuts.

 

Alors que commence la Première Guerre mondiale, Sacha Guitry connaît sa première expérience du cinéma. Il réalise un court-métrage documentaire, mettant en scène plusieurs artistes français parmi lesquels les peintres Auguste Renoir et Claude Monet, et le sculpteur Auguste Rodin. Baptisé Ceux de chez nous, ce film de vingt-deux minutes sort en 1915 en réponse à un document de propagande allemand faisant l’apologie de la culture locale.

S’il poursuit ses activités cinématographiques (L’Illusionniste, Le Mari, la Femme et l’Amant, Le Comédien, Une petite main qui se place), il préfère néanmoins consacrer la majeure partie de son temps et de son énergie au théâtre. Ce n’est qu’au milieu des années trente qu’il décide d’utiliser plus sérieusement la caméra.

En 1935, Sacha Guitry présente le film Pasteur, dans lequel il immortalise le scientifique Louis Pasteur (1822-1895). Il s’agit d’une œuvre créée en hommage à son père, Lucien Guitry, qui avait occupé le rôle-titre de la pièce éponyme.

L’année suivante, il dirige sa troisième femme, Jacqueline Delubac, dans Le Nouveau Testament. Ce film est adapté de sa pièce créée en 1934. Comme dans la grande majorité de ses créations, Sacha Guitry y interprète le personnage principal. Quant à la réalisation de ce film, il la partage avec Alexandre Ryder.

Il tient par la suite la vedette dans son long-métrage Le Roman d’un tricheur, avant d’incarner un père de famille pris de remords dans Mon père avait raison, qu’il réalise aussi en 1936. En 1937, Sacha Guitry dirige et interprète Quadrille. Campant un journaliste, il donne la réplique à Gaby Morlay et son épouse Jacqueline Delubac.

Il divorce de cette dernière deux ans après le tournage. Toutefois, il ne reste pas seul bien longtemps puisqu’il se marie avec Geneviève de Séréville en quatrièmes noces.

 

Peu de temps avant que la Seconde Guerre mondiale n’éclate, Sacha Guitry est élu à l’Académie Goncourt. C’est également à cette époque qu’il met en scène et joue dans Ils étaient neuf célibataires. Entouré des acteurs Max Dearly, Elvire Popesco et Saturnin Fabre, il joue le rôle de Jean Lécuyer, un homme rusé qui s’emploie à arranger des mariages blancs.

Alors que l’armée d'Hitler occupe Paris, le cinéaste n’est que très peu inquiété par les nazis, car il sait se montrer discret. Cette posture lui vaut les foudres de certains résistants qui, lui reprochant son manque d’engagement antifasciste sous l’Occupation, s’empressent de le faire emprisonner le 23 août 1944. Après deux mois de prison sans motif d’accusation valable ni procès, il est finalement libéré avant d’obtenir un non-lieu en 1947.

 

Libre, mais blessé par cette injustice, il peut enfin reprendre le cinéma. Il imagine un scénario qu’il soumet à Fernandel, Adhémar ou le jouet de la fatalité (1951). Réalisé par ce dernier, le film connaît un succès que Sacha Guitry a du mal à accepter, ce qui l’amène à poursuivre Fernandel en justice sans obtenir gain de cause.

Malgré ce nouveau coup dur, il signe plusieurs fictions qui contribuent à redorer son blason. Dans la comédie dramatique La Poison, il fait jouer un comédien de trente-sept ans qui commence à faire parler de lui, Louis de Funès. Il est accompagné de l’acteur suisse Michel Simon.

 

Passionné d’histoire, il s’attaque à l’un de ses plus grands projets, Si Versailles m’était conté. Projeté pour la première fois en 1954, ce film franco-italien réunit une pléiade d’artistes confirmés ou en devenir : Gaston Rey, Claudy Chapeland, Louis Arbessier, le chanteur Tino Rossi, Bourvil, Édith Piaf, Jean Marais, Orson Welles, Brigitte Bardot, etc. Sacha Guitry incarne pour sa part le roi Louis XIV, tout en étant le narrateur du film.

 

Le cinéma selon Sacha Guitry se distingue notamment par un humour grinçant, corrosif, qu’illustre parfaitement son long-métrage de comédie Assassins et voleurs (1957). Aux côtés de Michel Serrault, Jean Poiret et Magali Noël, on y découvre Darry Cowl qui n’en est qu’à sa deuxième année dans sa jeune carrière au cinéma.

La même année, il présente son dernier film en tant que réalisateur, Les trois font la paire, produit par Clément Duhour. Celui-ci se charge de donner suite à son ultime scénario, La Vie à deux, que Sacha Guitry ne peut réaliser. Le dramaturge et cinéaste s’éteint en effet le 24 juillet 1957 à Paris, après cinq mariages, près d’une quarantaine de films, cent vingt-quatre pièces de théâtre, ainsi qu’une série d’ouvrages, de sculptures, de toiles et de caricatures. Il est inhumé au cimetière de Montmartre.

> Son signe astro> Personnalité du prénom Sacha> Popularité du prénom Sacha

Dernières news sur Sacha GUITRY

Photos et vidéos de Sacha GUITRY

> Toutes les photos> Toutes les vidéos
0