Nom de naissance Arlt
Genre Homme
Avis

Biographie

Roberto Arlt est un auteur argentin né le 2 avril 1900 à Buenos Aires, de parents tous deux immigrés. De famille pauvre, il est très tôt exposé à une existence difficile. N’étant pas en bons termes avec son père, il quitte rapidement le toit familial pour vivre par ses propres moyens. Pour survivre, Roberto Arlt se lance dans plusieurs petits boulots, avec pour seul bagage quelques années d’école primaire et une petite formation de technicien. Peu à peu, il se tourne vers le journalisme, et devient correspondant à l’étranger. La publication en 1962 de son premier roman, Le Jouet enragé, crée l’évènement au sein du milieu littéraire argentin, annonçant ainsi la naissance d’un nouveau genre dit « urbain », en totale rupture avec le classicisme de l’époque. Roberto Arlt écrit en parallèle pour les journaux Critica et El Mundo, pour lesquels il rédige des chroniques journalières à succès, qui seront éditées plus tard dans les ouvrages intitulés Aguafuertes porteñas (1933) et Aguafuertes españolas (1936). L’auteur produit un autre roman en deux parties, Les sept fous en 1929 et Les Lance-flammes en 1931, considéré son plus grand chef-d’œuvre. Roberto Arlt y fustige la société argentine, en se servant de l’itinéraire de ses personnages aliénés qu’il fait évoluer dans un univers déshumanisé. Il poursuit en 1933 avec La Danse du feu et un recueil de nouvelles, Le Petit bossu. Cet ouvrage comprend cinq récits dans lesquels il continue de traiter de son thème de prédilection, la critique acerbe de la société, en usant d’histoires de personnages délurés et immoraux, mais surtout victimes d’un système. On peut ainsi y retrouver des prostituées, des criminels ou encore des fantômes. La même année, il publie un autre recueil de nouvelles intitulé L’éleveur de Gorilles, par lequel il trouve le moyen de guider le lecteur dans un univers africain aussi chaotique que dans les précédentes œuvres. Roberto Arlt avait en effet effectué un certain nombre de voyages dans le cadre de ses activités journalistiques pour le compte du magazine El Mundo. Il s’est ainsi rendu en Afrique orientale, au Chili et en Espagne. Certaines œuvres qu’il écrira par la suite vont porter la marque de ses périples, à l’image du roman Un terrible voyage, paru en 1941. Roberto Arlt s’est également essayé à l’écriture théâtrale. Il compte à son actif les pièces Saverio le cruel et L’île déserte, publiées respectivement en 1936 et 1938. Le 26 juillet 1942, l’auteur décède à la suite d’une crise cardiaque.