Nom de naissance Robert Hossein
Naissance (90 ans)
Paris, France
Nationalité Français
Genre Homme
Profession(s) Réalisateur, Acteur, Scénariste
Avis

Biographie

Acteur, scénariste, réalisateur, metteur en scène et dialoguiste, Robert Hossein, né Robert Hosseinoff, voit le jour le 30 décembre 1927 à Paris. En plus de 60 ans de carrière, il est devenu un monstre sacré du cinéma français, notamment grâce à ses rôles dans les films Du rififi chez les hommes, Angélique marquise des anges, Le Casse, Le Professionnel, Les uns et les autres ou encore Le Grand Pardon et Un Homme et son chien.Né d'un père compositeur d'origine ouzbek, André Hossein, et d'une mère d'origine ukrainienne, Robert Hossein grandit à Paris où il suit les enseignements de René Simon et Tania Balachova. Très vite, il met en pratique ce qu'il a appris et décroche des apparitions dans des films comme Le Diable Boiteux (S. Guitry - 1948), Aux yeux du souvenir (J. Delannoy - 1948), film qui lui permet de côtoyer Michèle Morgan et Jean Marais.Mais au cinéma, Robert doit attendre l'année 1955 pour se voir confier un véritable rôle. C'est Jules Dassin (le père de Joe) qui lui permet de faire véritablement ses preuves, dans son film Du rififi chez les hommes. La même année il est également à l'affiche du film Série Noire de Pierre Foucaud.Grâce au succès de ces deux derniers films, Robert Hossein se lance un nouveau défi : passer derrière la caméra. Il engage alors Henri Vidal, Serge Reggiani, Marina Vlady, Marthe Mercadier, Roger Hanin et Lucien Rainmbourg (cousin d'André Raimbourg, alias Bourvil) pour Les Salauds vont en Enfer. Si pour ce premier long métrage il s'occupe lui-même du scénario en collaboration avec Frédéric Dard, il confie la mise en musique du film à son père, son partenaire privilégié jusqu'à la mort de celui-ci en 1983.Le film, à sa sortie, reçoit un accueil plutôt mitigé de la part de la presse qui préfère s’intéresser à l'époque au mariage de Robert avec Marina Vlady, le 23 décembre 1955. Un mariage qui donnera naissance à deux fils : Pierre et Igor.En 1956 Robert réalise son second long métrage, Pardonnez nos offenses, avec Marina Vlady et Pierre Vaneck, puis renfile le costume de comédien pour le Crime et Châtiment de Georges Lampin. A la fin des années 1950, le public peut le retrouver à l'affiche de films comme Sait-on jamais... (R. Vadim - 1957), Méfiez-vous fillettes (Y. Allegret - 1957), La Sentence (J. Valère - 1959), Des femmes disparaissent (E. Molinaro -1959) ou encore Du rififi chez les femmes (A. Joffé - 1959). A cette époque il continue également à réaliser des films, notamment Toi, le venin (1959), Les Scélérats (id.) ou encore La Nuit des Espions (id.).Un acteur incontournableDésormais devenu incontournable, Robert Hossein continue d'enchaîner les tournages à un rythme fou, sortant trois à cinq films par ans durant les années 60. On le voit chez Gérard Oury dans La Menace (1960), chez Maurice Labro dans Les Canailles (1960), chez Christian-Jaque dans Madame Sans-Gêne (1961), chez Roger Vadim dans Le repos du guerrier (1962) et Le Vice et la vertu (1963) ou encore chez Claude Autant-Lara dans Le Meurtrier (1963). A cette époque on le retrouve également à l'affiche des films Chair de poule (J. Duvivier - 1963), Les Grands Chemins (C. Marquand - 1963) mais surtout dans le film Angélique Marquise des Anges de Bernard Borderie en 1964. Il interprète alors Joffrey de Peyrac, rôle qu'il retrouve en 1966 pour Angélique et le Roy, en 1967 pour Indomptable Angélique et en 1968 pour Angélique et le sultan. Brigade Anti-gangs (B. Borderie - 1966), L'homme qui trahit la mafia (C. Gérard - 1967) et La Musica (M. Duras et P. Seban - 1967) sont autant de films dans lesquels Robert Hossein exprime tout son talent.A cette époque, divorcée de Marina Vlady, il créé la polémique en épousant Caroline Eliacheff, âgée de seulement 15 ans, en 1962. Caroline est la fille de Françoise Giroud et du producteur de cinéma Anatole Eliacheff. Avec Caroline, il aura un fils, Aaron, qui deviendra plus tard rabbin.Il continue encore et toujours à réaliser ses propres films : Le Jeu de la vérité (1961), Le Goût de la violence (id.), La Mort d'un tueur (1964), Les Yeux Cernés (1964), Le vampire de Dusseldorf (1965) ou encore J'ai tué Raspoutine (1967). On peut aussi le voir en 1969 au casting des films Maldonne et Le Temps des Loups de Sergio Gobbi puis la même année aux génériques de La Bataille d'El-Alamein de Giorgio Ferroni et de La vie, l'amour, la mort de Claude Lelouch. Cette année-là il réalise également Une corde, un colt puis en 1970 le film Point de chute pour lequel il fait confiance à Johnny Hallyday.Retour aux fondamentauxDurant les années 70 et 80 Robert délaisse quelque peu sa casquette de réalisateur pour son concentrer sur sa carrière d'acteur. Jean Girault l'engage pour Le Juge (1971), Henri Verneuil pour Le Casse (1971), Roger Vadim pour Hellé (1972) et Don Juan 73 (1973), Denys de la Patellière pour Prêtres Interdits (1973) et Roger Hanin pour Le Protecteur (1974) et Le Faux-Cul (1975).Divorcé de Caroline Eliacheff, il entretient pendant un temps une relation avec l'actrice Pascale Rivault puis une autre avec l'actrice Michèle Watrin. Seulement cette dernière trouve la mort dans un accident de voiture en 1974. Il se remarie donc en 1976 avec l'actrice Candice Patou.Il inaugure la décennie 80 sous la houlette de Claude Lelouch dans Les uns et les autres (1981) puis traque Jean-Paul Belmondo dans Le Professionnel (1981) de Georges Lautner. En 1982 il est à l'affiche du film Le Grand Pardon d'Alexandre Arcady puis l'année suivante retrouve Vadim pour sa Surprise Party. En 1984 il joue dans la comédie Liberté, égalité, choucroute de Jean Yanne. En 1986 il retrouve Lelouch pour Un homme et une femme, vingt ans déjà puis Gérard Oury pour Lévy et Goliath. Si au cinéma il se consacre principalement à son métier d'acteur, il réalise tout de même Les Misérables en 1982 et Le Caviar Rouge en 1986.Durant les années 90 il se fait plus rare au cinéma. Il devient le narrateur de L'inconnu dans la maison de Lautner en 1992 puis tourne une nouvelle fois sous la direction de Gobbi dans L'Affaire (1994). L'année suivante Lelouch lui offre un petit rôle dans son adaptation des Misérables puis apparaît en 1997 à l'affiche du film Le Masque de cire de Sergio Stivaletti. En 1999 il joue dans Vénus Beauté (institut) de Tonie Marshall puis quatre ans plus tard, en 2003, donne la réplique à Gérard Depardieu et Gérard Lanvin dans San-Antonio. En 2006, il accepte de jouer dans le long métrage de Sophie Marceau, La disparue de Deauville. En 2009 il joue également au côté de Jean-Paul Belmondo dans Un Homme et son chien de Francis Huster.Hossein sur scèneSi Robert Hossein a eu une carrière pleine au cinéma, s'illustrant notamment dans les rôles de flic obscure, il est surtout connu pour être un grand acteur et metteur en scène de théâtre. Dès 1949 il s'illustre sur les planches des plus prestigieux théâtres parisiens, interprétant avec talent les textes d'André Gide, de Georges Simenon, de Jean Genet, de Frédéric Dard, de Jean-Paul Sartre et de Jean Anouilh. Dès le début de sa carrière il s'est attelé à la mise en scène, adaptant les œuvres de Dostoiëvski, de Shakespeare, de Steinbeck , de Rostand ou de Hugo.Hossein aime aussi adapter des classiques en spectacles pharaonique qu'il présente la plupart du temps au Palais des Sport de Paris. Ainsi il adapte Notre-Dame de Paris, Les Misérables, Jules César ou encore Ben-Hur. Ses mises en scène sont dignes des productions hollywoodiennes, livrant au public des fresques historiques épiques.En 2012, après plus de 60 ans de carrière et à l'âge de 84 ans, Robert semble s'être mis quelque peu en retrait du monde du cinéma et du théâtre. Il reste néanmoins dans l'esprit des français comme un des acteurs les plus doués de sa génération. Quand Delon jouait les charmeurs, Belmondo les baroudeurs, Robert Hossein, lui, excellait déjà dans les rôles sombres, parfois inquiétant même.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2015 Des femmes disparaissent Acteur ROSSI Pierre
2015 Serie noire Acteur Jo
2015 Mefiez-vous fillettes Acteur RAVEN
2015 La Nuit Des Espions Réalisateur, Scénariste -
2007 La Disparue De Deauville Acteur Antoine Bérangère

Stars associées

Tania BALACHOVA
Pierre Foucaud
Henri Vidal
Marina Vlady
Odette MERCADIER Marthe(RUPERT
Roger Hanin
Lucien RAINBOURG
Pierre Vaneck
Georges LAMPIN
Roger Vadim
Claude Autant-Lara
Bernard BORDERIE
Caroline Eliacheff
Sergio GOBBI
Giorgio FERRONI
Johnny Hallyday
Jean Girault
Henri Verneuil
Pascale Rivault
Candice PATOU
Jean-Paul Belmondo
Georges Lautner
Jean Yanne
Sergio STIVALETTI
Tonie Marshall
Sophie Marceau
Georges Simenon
Jean Genet
Jean-Paul Sartre
Jean Anouilh
André Hossein
René SIMON
Sacha Guitry
Jean DELANNOY
Michèle Morgan
Jean Marais
Jules Dassin
Joe DASSIN
Serge Reggiani
Bourvil
Frédéric DARD
Yves Allégret
Jean VALERE
Edouard Molinaro
Alex JOFFE
Gérard Oury
Maurice LABRO
Christian-Jaque
Julien Duvivier
Christian Marquand
Charles Gérard
Marguerite Duras
Paul SEBAN
Françoise Giroud
Denys de La Patellière
Gérard Depardieu
Gérard Lanvin
Francis Huster
André Gide
Fiodor Dostoïevski
William Shakespeare
John Steinbeck
Edmond Rostand
Victor Hugo
Alain Delon
Alexandre Aja
Claude Lelouch
Monique MORISI
Alberto Bevilacqua
Yannick Bellon
Evelyne Dandry
Julien Carette
Jacques Castelot
Vanessa Larré
Antonella Lualdi
Marthe Mercadier
Richard Anconina
Barbara Schulz
Marie-Christine Barrault
Jean Carmet
Noëlle NOBLECOURT
Katia TCHENKO
Denis Lavant
Sabine Haudepin
Ged Marlon
Pascale Arbillot
Frédéric BOURALY
Sam Karmann
Perrette Pradier
Catherine Marchal
Pierre Lescure
Anémone
Michel Bouquet
Bruno Todeschini
Xavier Deluc
Cécile Bois
Robert Dalban
Roger Carel
Evelyne Bouix
Manuel Gélin
Sami Frey
Jean Gaven
Jacques Weber
Albert Minski