Molière

  • Profil mis à jour le 28/03/2014
  • Nationalité :
    Français
  • Date de naissance :
    15 janvier 1622
  • Date de décès :
    17 février 1673
  • Sexe :
    Homme
  • Professions :
    Ecrivain, Dramaturge

La biographie de Molière

  • IL A DIT Le théâtre n'est pas fait que pour être vu Fluctuat

Fils de Jean Poquelin, richissime tapissier attitré du roi, et de Marie Cressé, Jean-Baptiste Poquelin, connu sous le pseudonyme de Molière, est à la France ce que Shakespeare est à l'Angleterre et Goethe à l'Allemagne. Décédé à 51 ans le 17 février 1673, sa date de naissance exacte n'est pas connue. Néanmoins, on sait qu'il a été baptisé le 15 janvier 1622.

L’enfant perd sa mère à l’âge de dix ans (en 1632) et intègre, l’année suivante, le très prestigieux collège jésuite de Clermont. Il y demeurera six années (jusqu’en 1639) et s’y distinguera dans une multitude de disciplines aussi différentes que les lettres et arts (latin, philosophie et danse), les sciences (mathématiques et physique) et le sport (escrime). Reprenant le flambeau de l’affaire familiale, il prête, le 18 décembre 1637, le serment de tapissier royal, se retrouvant ainsi au service de Louis XIII. C'est son grand-père qui l’initie en premier au monde de l’art en l’emmenant voir diverses représentations artistiques ; des pièces de théâtre à l’Hôtel de Bourgogne, aux improvisations sur canevas des Italiens, en passant par les farces comiques de Gaultier-Garguille.

En 1640, il rencontre les Béjart, une famille de comédiens et tombe amoureux de leur fille, Madeleine. La même année, il poursuit des études de droit à l’Université d’Orléans afin de devenir avocat. Deux années plus tard, ayant obtenu sa licence de droit, il retourne à Paris et intègre, durant six mois, le barreau. Désireux d’amadouer son père qui s’oppose au maintien de ses rapports avec Madeleine et, plus généralement, avec les Béjart, le jeune homme consent à le remplacer à la cour de Louis XIII à Narbonne. Sa véritable vocation ne tardera pourtant pas à faire irrépressiblement surface.

La fondation de l'Illustre-Théâtre

C’est en 1643 qu’il finit par abandonner la bien prestigieuse fonction d’avocat, l’échangeant contre la précarité du métier d’acteur. Il fonde alors, avec sa maîtresse, la famille de celle-ci et quelques autres comédiens, une compagnie de théâtre baptisée l’Illustre-Théâtre dont il prend la direction. C’est dès lors que Jean-Baptiste Poquelin prendra le pseudonyme de Molière. La raison de ce choix demeure, encore aujourd’hui, un mystère connu de lui seul. La troupe connaît des débuts très difficiles, essuyant plusieurs échecs de suite en dépit de deux années assez actives entre la province et la capitale française.

En 1645, l’Illustre Théâtre, croulant sous les dettes, fait faillite entraînant, au mois d’août de la même année, l’emprisonnement de Molière. Ce sera le père de ce dernier qui acquittera ces dettes et libèrera le jeune artiste au bout de deux jours. Loin de le traumatiser, cette expérience ne rebute en rien son enthousiasme et sa passion puisqu’il quitte Paris, presque aussitôt, avec la troupe de Charles Dufresne, pour une tournée dans le sud et l’ouest français qui s’étendra sur près de treize années. Cinq années plus tard (1650), Molière devient, à 28 ans, le directeur de la troupe. Il sera parrainé en 1653 par le Prince de Conti.

Premières oeuvres

L’artiste fait ses débuts de dramaturge en 1655 en écrivant sa toute première pièce intitulée L’Étourdi, puis l’année suivante, Le Dépit Amoureux. Ayant désormais gagné ses galons d’artiste respecté, Molière retourne à Paris et joue en la présence de Louis XIV la pièce Le Docteur Amoureux. Outre la protection du frère du roi qui lui est déjà accordée, il obtient de plus les bonnes grâces du roi lui-même qui autorise la troupe à partager la salle du Petit Bourbon avec les Comédiens-Italiens de Tiberio Fiorilli, plus connu sous l’illustre nom de Scaramouche. Le succès est dès lors au rendez-vous. Molière enchaîne les pièces écrites et jouées telles que Précieuses ridicules (1659), Sganarelle ou le Cocu imaginaire (1660), L’École des maris et les Fâcheux (1661), etc.

Le scandale de son mariage, en 1662, avec Armande Béjart la fille de sa maîtresse Madeleine, n’empêche pas Molière de faire un réel triomphe avec la comédie L’École des Femmes qui explore un côté social révélateur d’une maturité artistique toute nouvelle. L’œuvre lui attire pourtant les foudres de la critique ainsi que celles des auteurs moralistes traditionnels qui n’en apprécient guère le style et le thème innovateurs. Peu soucieux de ces farouches oppositions, le dramaturge continue sur la lignée d’une production des plus actives ; La Critique de l’École des femmes et l’Impromptu de Versailles en 1663 (pièces dans lesquelles il se fait un plaisir de railler sans scrupules ses adversaires), Le Mariage forcé, La Princesse d'Élide et Tartuffe en 1664… Inquiet de voir le cercle des détracteurs de Molière s’agrandir d’année en année, le roi Louis XIV rebaptise, en 1665, la compagnie de l’artiste La troupe du Roi, rendant ainsi officielles la protection et la préférence qu’il lui a toujours accordées. La troupe du Roi produit cette année-là deux pièces ; Dom Juan et L’Amour médecin.

Molière quitte la scène

Désormais à l’abri grâce au trône royal, le dramaturge enchaîne les œuvres à énorme succès public ; Le Misanthrope, Le Médecin Malgré Lui et Melicerte (1666), La Pastorale comique et Le Sicilien ou l’Amour-peintre (1667), Amphitryon, Georges Dandin et L’Avare (1668), Monsieur de Pourceaugnac (1669), Le Bourgeois Gentilhomme (1670), Psyché, La Comtesse d’Escarbagnas et Les Fourberies de Scapin (1671) et Les Femmes Savantes (1672).

Le 10 février 1673, Molière monte son Malade Imaginaire au Palais-Royal. Le dramaturge y tient, comme dans la majorité de ses pièces, un rôle majeur ; celui d’Argan. À la quatrième représentation (le 17 février), l’artiste est pris de convulsions et est transporté chez lui où il succombera, suite à une hémorragie, à une congestion pulmonaire. La profession de comédien (considérée comme immorale par l’Église) que Molière n’aura jamais abjurée, manquera d’expédier sa dépouille dans la fausse commune, n’aurait été l’intervention d’Armande Béjart auprès du roi. Il sera enterré au cimetière Saint-Joseph, au pied de la croix, de nuit et sans cérémonie, mais accompagné jusque-là par un large cortège composé de gens du peuple et de nombreux amis.

> Son signe astro > Personnalité du prénom Molière > Popularité du prénom Molière

Dernières news sur Molière

Photos et vidéos de Molière

> Toutes les vidéos
0

La filmographie de Molière