Nom de naissance Andonov
Genre Homme
Avis

Biographie

Methodi Andonov est un réalisateur bulgare.Bien que son parcours n’ait pas été très riche ni très actif, le réalisateur a tout de même marqué le monde du cinéma par ses œuvres et sa vision artistique des plus engagées.Il fait ses débuts dans l’univers artistique en portant à l’écran la nouvelle de Bogomil Raynov intitulée The White Room qui raconte l’histoire du scientifique Aleksandrov qui, hospitalisé dans un état très critique de maladie, se met à se remémorer toutes les étapes de sa vie dans une tentative probablement vaine et tardive de se remettre en question et d’évaluer, ou réévaluer, ses choix et son parcours. Le film sort en Bulgarie le 18 octobre 1968 et compte, parmi les membres de son casting, Apostol Karamitev, Elena Rainova et Dorotea Toncheva.Trois années plus tard, l’artiste présente, à l’âge de 39 ans, sa deuxième réalisation baptisée There Is Nothing Finer Than Bad Weather, une sombre histoire d’espionnage sur fond de guerre froide. L’œuvre est l’occasion pour Andonov de collaborer à nouveau avec l’écrivain Bogomil Raynov puisque le film est, là encore, une adaptation de sa nouvelle qui porte le même titre.Avec des noms tels que Georgi Georgiev-Getz, Elena Rainova, Kosta Tsonev et Georgi Partsalev à son affiche, There Is Nothing Finer Than Bad Weather est diffusé dans les salles obscures bulgares le 5 mars 1971.Mais c’est en 1972, que Methodi Andonov gagne enfin une reconnaissance critique et publique hautement méritée. Il fait appel, pour l’unique fois de sa carrière, à un écrivain autre que son ami Raynov (en l’occurrence à Nikolai Haitov), un risque largement récompensé par le grand succès et l’excellent accueil réservé à La Corne de chèvre. Le film relate la tragique histoire de Kara Ivan, un chevalier bulgare ravagé par le viol et le meurtre de sa jeune épouse par des agresseurs de l'occupation ottomane. Il s’exile alors dans la montagne parmi les chèvres afin d’y élever sa fille (qui a été le témoin traumatisé de la scène) dans un esprit de haine et de vengeance sanguinaire et violente. La corne de chèvre fait son chemin sur les grands écrans bulgares à partir du 5 octobre 1972 et est interprétée par Katia Paskaleva, Anton Gortchev et Milen Penev. L’exceptionnelle vision artistique de Methodi Andonov sera récompensée, cette année-là, par le Special Prize of the Jury au Karlovy Vary International Film Festival.En 1973, le réalisateur refait équipe avec son auteur fétiche (Raynov) à l’occasion de la dernière œuvre cinématographique de sa carrière : The Great Boredom.Le monde du cinéma bulgare perd Methodi Andonov le 12 avril 1974, date à laquelle il s’éteint à Sofia en Bulgarie. Il est alors âgé seulement de 42 ans.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
1972 La corne de chèvre Réalisateur -

Stars associées