Marcello Mastroianni
Avis: 
Date de naissance: 
05 septembre 2015 (âge : 45 ans)
Date de décès: 
01 janvier 1970
Sexe: 
Homme

Biographie: 

Il fait ses études à Rome avec son frère cadet Ruggero, qui va devenir un célèbre monteur. Depuis 1938, il apparaît comme figurant dans quelques films dont Marionette (C. Gallone, 1939), la Couronne de fer (A. Blasetti, 1941), Les enfants nous regardent (V. De Sica, 1944). Pendant la guerre, il travaille comme dessinateur, et il débute ensuite au théâtre avec une troupe d'amateurs. En 1948, il entre dans une troupe professionnelle et il est remarqué par Luchino Visconti qui l'engage et lui fait interpréter des pièces de Shakespeare, Tennessee Williams, Alfieri, à côté d'acteurs connus comme Ruggero Ruggeri, Paola Borboni, ou débutants comme Vittorio Gassmann, Gabriele Ferzetti. La même année, il retrouve le cinéma : l'Évadé du bagne (R. Freda, 1948) ; l'Inconnue des cinq cités, puis apparaît dans Un dimanche d'août (L. Emmer, 1950). Avec ces petits rôles de chauffeur de taxi ou d'agent romain, il crée les premiers contours du personnage de bon garçon prolétaire honnête et un peu naïf qu'il perfectionnera dans une longue série de comédies et mélodrames populaires, dont Dans les coulisses (Steno et M. Monicelli, 1950), Contro la legge (Flavio Calzavara, 1959 RÉ : 1950 ; Acte d'accusation (Giacomo Gentilomo, 1950)  ; Paris est toujours Paris (Emmer, 1951) ; les Fiancés de Rome (id., 1952) ; Il viale della speranza (D. Risi, id.) ; Sensualità (Clemente Fracassi, id.) ; Penne nere (Oreste Biancoli, 1953) ; Gli eroi della domenica (M. Camerini, id.). Entre 1951 et 1956, sa carrière théâtrale sous la direction de Visconti est riche en succès, dans des pièces de Goldoni, Tchekhov, A. Miller ; mais sa popularité lui vient surtout de la simplicité et de la sympathie de ses personnages cinématographiques avec qui le grand public s'identifie aisément. C'est son style de « non-récitation » détendue et très moderne qui s'affirme dans des films comme Febbre di vivere (Claudio Gora, 1953), Chronique des pauvres amants (C. Lizzani, 1954), l'épisode très loué Il pupo de Quelques Pas dans la vie (Blasetti, id.), La schiava del peccato (R. Matarazzo, id.), la Maison du souvenir (Gallone, id.), Jours d'amour (G. De Santis, 1955), et surtout dans Dommage que tu sois une canaille (Blasetti, id.), où il forme un couple parfait avec la belle Sophia Loren, couple que l'on reverra par exemple dans Par-dessus les moulins (Camerini, id.) et dans la Chance d'être femme (Blasetti, id.) ; pendant qu'il continue à interpréter ses rôles habituels, Visconti lui fait jouer le personnage introverti de l'employé dostoïevskien dans Nuits blanches (1957) ; c'est un saut ambitieux dans sa carrière. Il se fait peu après remarquer par un rôle très différent mais tout aussi complexe, celui d'un petit voleur dans le Pigeon (Monicelli, 1958). Son visage est moins serein et son jeu est plus conscient quand Fellini fait de lui l'exemplaire journaliste-témoin de La dolce vita (1960) : c'est le passage à la maturité et à la célébrité internationale. Il est désormais employé par des réalisateurs qui lui offrent des rôles ambigus : le Bel Antonio (M. Bolognini, id.) ; Adua et ses compagnes (A. Pietrangeli, id.) ; la Nuit (M. Antonioni, 1961) ; l'Assassin (E. Petri, id.) ; Fantômes à Rome (Pietrangeli, id.) ; Divorce à l'italienne (P. Germi, id.). Pour le personnage hilarant du Baron sicilien, il reçoit le prix Nastro d'Argento et une nomination à l'Oscar. Après Vie privée (L. Malle, 1962) et Journal intime (V. Zurlini, id.), il devient le sosie de Fellini dans Huit et demi (1963). Il sait alors changer de ton et passer de l'épopée historique les Camarades (Monicelli, id.) à la farce contemporaine (Hier, aujourd'hui, demain, De Sica, id., où il retrouve sa partenaire idéale Sophia Loren), au mélodrame (Mariage à l'italienne, De Sica, 1964), à la comédie érotique (Casanova 70, Monicelli, 1965), à la science-fiction (la Dixième Victime, Petri, id.), au grotesque Break-up (M. Ferreri, id.), et au drame politique (l'Étranger, Visconti, 1967).

Dernières news sur Marcello Mastroianni

La Dolce Vita
29/05/2017 - 15:35

Le plus beau film du monde revient ce soir sur France 5

La soirée hommage à Ettore Scola en replay sur Arte
26/01/2016 - 14:45

Hier soir, Arte rediffusait deux classiques du cinéaste italien décédé mardi dernier, disponibles encore quelques jours sur le site de la chaîne franco-allemande.

Une journée particulière
25/01/2016 - 12:00

La chaîne franco-allemande rend hommage au cinéaste italien disparu la semaine dernière en diffusant ce soir Une journée particulière et Affreux, sales et méchants.

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Nos dossiers du moment

Les plus vues