Genre Homme
Avis

Biographie

Lorsque Arsène Wenger déboursa environ 30 M€ pour le transfert de José Antonio Reyes, on se demanda si le manager d'Arsenal n'était pas tombé sur la tête. Spécialiste de la détection de futurs talents, le technicien français n'avait pas l'habitude de casser sa tirelire pour un joueur en devenir. Le jeune espagnol, pourtant, fut la priorité du recrutement des Gunners lors de l'hiver 2003/04.  Il faut dire que dans l'anonymat du FC Séville, les non initiés avaient peu de chances d'avoir ne serait-ce qu'entendu le nom de Reyes. L'Espagne, pourtant, suit les pas de son prodige depuis ses débuts. Dès l'âge de 11 ans, le gaucher éclabousse de son talent les sélections de jeunes de l'Atlético. Pupille, minime puis cadet, José Antonio saute ensuite la case junior pour intégrer directement l'équipe B et signe à 15 ans son premier contrat.  Après avoir fêté son premier match de Liga en janvier 2000, Reyes s'impose dans le championnat d'Espagne en 2001/02. Ses deux premières saisons sont pleines et ponctuées chacune de 8 buts. L'attaquant est parti sur les mêmes bases lorsque Arsenal se manifeste auprès du club sévillan. Les Gunners, qui ont supervisé plus de 50 fois le joueur vont faire une exception à la règle de Wenger qui ne veut pas réaliser de transferts majeurs lors du mercato hivernal. Reyes vient de signer un doublé avec la sélection espagnole, lors des qualifications pour l'Euro 2004, et le président de l'Atlético Madrid, Roberto Alès, a déjà refusé de nombreuses offres, dont celles du Real Madrid.  Arsenal parvient toutefois à conclure le transfert, pour une somme de 18 à 33 M€ selon les performances du joueur et du club. Les Gunners ne seront pas déçus puisque pour un de ses premiers matches, Reyes remonte à lui tout seul le score face à Chelsea, en Coupe d'Angleterre, grâce à un doublé. Malgré ce premier éclat, l'adaptation de l'Espagnol sera tout de même compliquée. Début 2005, des rumeurs faisant état d'un retour au pays circulent mais le joueur signe finalement une prolongation de contrat au mois de juillet après avoir fini la saison avec 9 buts et 10 passes décisives en Premier League.  Encore plus altruiste en 2005/06, Reyes s'impose définitivement comme une des pièces maîtresses du nouvel Arsenal, en positon de milieu ou en soutien de Thierry Henry. Sa place de titulaire en équipe d'Espagne n'est en revanche toujours pas acquise, mais le sélectionneur Luis Aragones fait de plus en plus confiance à ce fin technicien qui a brillé avec les Gunners au cours de la Ligue des champions 2005-06. A l'été 2006, les médias parlent beaucoup et envoient le jeune espagnol du côté du Real. Wenger doit bien s'y résoudre et prête son joueur talentueux en échange de Julio Baptista. Pourtant peu apprécié par les socios, Reyes plante 6 buts dont celui qui délivre le Real lors de la dernière journée et qui lui donne le titre de champion d'Espagne. Mais Jose Antonio doit revenir en Angleterre. Pour lui, cette période est terminée et il compte bien rester en Espagne et au Real. Mais jugé indésirable, l'attaquant est prié de plier ses gaules. Alors que l'OL s'intéresse au joueur, cez dernier clame que l'Espagne reste sa priorité. Pour 12 M€, il reste donc à Madrid, mais chez l'ennemi de l'Atlético. Depuis le début de saison, Reyes n'est pas forcément titulaire et ne marque pas non plus. Aurait-il fait le mauvais choix ?