Jean Gabin
Avis: 
Date de naissance: 
16 mai 1904 (âge : 72 ans)
Date de décès: 
14 novembre 1976
Nationalité: 
Français
Sexe: 
Homme

Biographie: 

Jean Gabin, de son vrai nom Jean Alexis Moncorgé, naît le 17 mai 1904 à Paris, au 23 boulevard Rochechouart. Il est célèbre pour ses rôles dans Quai des brumes ou Touchez pas au Grisby et a travaillé en duo avec Michel Audiard. Il  décède le 17 novembre 1976.

Son père, Ferdinand Joseph Moncorgé, est tenancier de café et devient Joseph Gabin quand il monte sur scène en tant que comédien d’opérette. Sa mère, Hélène Petit, est chanteuse de café concert. Il a six frères et soeurs aînés.Jean Gabin passe son enfance et une grande partie de son adolescence à la campagne (pour laquelle il gardera toute sa vie une profonde affection) dans le bourg de Mériel dans le Val d’Oise chez sa sœur aînée Madeleine. En 1910, alors âgé de 10 ans, un coup reçu lors d'un combat de boxe lui écrase le nez.Lorsqu’il perd sa mère, à 15 ans, mauvais élève, il quitte le lycée Janson-de-Sailly à Paris pour travailler comme garçon de bureau, cimentier, magasinier ou encore vendeur de journaux. A 17 ans il désire, à l'instar de son grand-père maternel, devenir conducteur de locomotive à vapeur (sa maison de Mériel était située à côté d'une voie ferrée). C’est alors sous la contrainte de son père qu’il va rejoindre le milieu de spectacle, tout d'abord comme figurant. Agé de 18 ans, il se retrouve sous la tutelle du grand comique troupier Charles Joseph Pasquier, surnommé Bach, dans le célèbre cabaret Les Folies Bergères.En 1925, âgé de 21ans, Gabin épouse Camille Basset, une admiratrice, alors qu’il est encore dans l’armée et qu’il effectue son service militaire dans la marine. Le couple n'aura aucun enfant.

Les débuts sur les planches

Un an plus tard, Jean Gabin montre sa véritable nature d’homme de scène et s'illustre en artiste de music-hall et chanteur d'opérette. Il fait des imitations de Maurice Chevalier, le célèbre dandy frivole à l’accent faubourien, et fait une grande tournée avec son spectacle musical en France et en Amérique du Sud durant plus de deux ans.En 1928, après s'être séparée de Maurice Chevalier, Mistinguett devient sa partenaire au Moulin Rouge ainsi qu’au théâtre des Bouffes Parisiens tenu par Albert Willemetz.Dès le début du cinéma parlant, en 1929, il se voit confier des rôles de jeune premier dans des opérettes, notamment Les Aventures du Roi Pausole ou encore Flossie (toutes deux sur des paroles d'Albert Willemetz) où il partage la scène avec Jacqueline Francell. Une aventure avec cette partenaire va lui coûter son mariage et le comédien finit par divorcer de Camille. Il se mariera pour la seconde fois en 1933, avec la danseuse du Casino de Paris Jeanne Mauchain, surnommée Doriane. Son père meurt quelques jours avant son mariage.Sa carrière au cinéma commence un an plus tard, en 1930, deux ans après l'arrivée en Europe du cinéma parlant. Il joue aux côtés du chanteur Jean Sablon et de son ex-femme dans le film Chacun sa chance de Hans Steinhoff et René Pujol. Il s'agit d'un des premiers films français du cinéma parlant.

Les premiers succès au cinéma

Gabin devient une célébrité à partir de 1936, quand il joue les rôles principaux dans les films de Julien Duvivier. L'acteur incarne alors Jeannot, un ouvrier parisien au chômage dans La Belle équipe. Dans Pépé Le Moko, il interprète le personnage de Pépé, un chef de bande et braqueur de banques. Ce genre de personnage va lui coller à la peau. Il enchaîne alors des films à grands succès, en jouant des rôles de personnages populaires à la fois romantiques et tragiques.Le film de Marcel Carné, Quai des brumes en 1938, dans lequel il figure aux côtés de Michèle Morgan, assoit sa notoriété. C'est dans ce film que Gabin susurre à l'actrice le célèbre : "T'as d'beaux yeux tu sais", laquelle réplique : "Embrassez-moi". Il retrouve Morgan en 1939 sur le tournage de Remorques du réalisateur Jean Grémillon. Ils auront une brève idylle.En 1941, à l’instar d’autres artistes français, tels que Jean-Pierre Aumont, Charles Boyer, Julien Duvivier et Jean Renoir, refusant de tourner pour les Nazis durant l'Occupation, Gabin quitte la France et s’expatrie aux États-Unis. Il joue alors dans deux films sans grand succès, Moon Tide et The Impostor.Après une aventure avec l’actrice américaine d’origine allemande Ginger Rogers, Gabin rencontre Marlène Dietrich qui sera sa maîtresse jusqu’en 1947.En 1943, il se sépare de sa seconde épouse, Jeanne Mauchain, qu’il avait épousé en 1933. Jean Gabin est très attaché à la France et à son devoir de patriote. Célèbre, l'acteur n’hésite pas à s’engager dans Les Forces Françaises Libres du Général de Gaulle et participe même à la victoire des alliés comme second maître chef du char Le Souffleur, du régiment blindé des fusiliers marins de la 2è DB du Général Leclerc. Il est décoré de la médaille militaire et de la croix de guerre. L'acteur restera très attaché toute sa vie à la marine.Il fait son retour dans le monde du spectacle en 1945. Il se marie 4 ans plus tard avec Christiane Fournier, surnommée Dominique, mannequin chez le couturier Lanvin. Le couple aura trois enfants : Florence Moncorgé-Gabin (en 1949), Valérie (en 1952) et Mathias (en 1956).

Le cinéma... mais pas seulement

Il participe en tant que narrateur à la pièce musicale de Léo Ferré (lequel dirige l'orchestre et les coeurs de la radio nationale) et Madeleine Rabereau, De sac et de corde.En 1952, Jean Gabin réussit à faire de son rêve d’enfant une réalité, il se lance alors dans l’élevage de près de trois cents bovins et d'une quinzaine de chevaux. Pour ce faire, l'acteur investit toute sa fortune dans le "domaine e la Pichonnière" à Moulin-la-Marche dans l'orne, en Normandie, sur lequel il fait construire "La Moncorgerie".Mais la retraite n’est pas encore d’actualité. Il n’arrête pas de tourner, notamment dans le film Touchez pas au Grisby de Jacques Becker, L’air de Paris de Marcel Carné et French Cancan de Jean Renoir. Il connaît alors un succès immense. Sa rencontre avec Michel Audiard, le célèbre dialoguiste et réalisateur, est à l’origine de plusieurs de ses répliques les plus célèbres.Alors qu’il était sur le plateau de tournage du film Les vieux de la vieille de Gilles Grangier en 1960, il reçoit le titre d’Officier de la Légion d’Honneur.Septs cents agriculteurs normands encerclent son domaine de "La Pichonnière" en Normandie dans la nuit du 27 au 28 juillet 1962 pour protester contre la centralisation des terres. Ils se servent de la notoriété de l'acteur pour médiatiser les problèmes et les malaises propres au monde agricole. Gabin restera profondément blessé par cet évènement et se sentira rejeté par la communauté paysanne normande à laquelle il avait à coeur de faire partie.Avec Fernandel, il crée en 1963 la société de production Gafer pour le film L'Age ingrat de Gilles Grangier. Il meurt le 15 novembre de l’année 1976, à 72 ans, suite à une leucémie.Le César d’Honneur lui est remis à titre posthume en 1987. Un prix Jean Gabin est alors créé pour lui rendre hommage. Il récompense les meilleurs espoirs masculins du cinéma français. Dans sa commune du Val d’Oise, à Mériel, un musée lui est dédié.

Films avec Jean Gabin

Dernières news sur Jean Gabin

Le Chat avec Signoret et Gabin
16/10/2017 - 15:55

Quand un chat vient semer la discorde dans le couple Gabin-Signoret.

Jean Gabin Michèle Morgan Le Quai des brumes
23/01/2017 - 15:15

Avec Michèle Morgan, sa partenaire du Quai des Brumes, il a remis le premier César du meilleur film en 1976.

 

Raisons d'Etat
24/01/2016 - 12:30

Robert de Niro, Liam Neeson, Jean Gabin : il y a du lourd ce soir sur le petit écran.

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Nos dossiers du moment

Les plus vues