Avis: 
Date de naissance: 
05 septembre 2015 (âge : 2 ans)

Biographie: 

Inscrit à l'École supérieure du cinéma de Budapest, il y réalise un court métrage remarqué (Hommes d'équipe Polyamunkasok, 1957). Diplômé en 1959, il reçoit une bourse qui lui permet d'approfondir ses connaissances au Centro sperimentale de Rome. De retour en Hongrie, il fait partie des pionniers du Studio Béla Balázs fondé en 1958 et tourne plusieurs courts métrages documentaires comme opérateur (Tziganes, S. Sára, 1962) ou comme metteur en scène (Aller-retourOda-vissza, id ; Tisza, croquis d'automne Tisza, id.) avant d'aborder avec succès le long métrage (Remous Sódrásban, 1963). Dès lors, Gaál apparaît comme l'un des fleurons de la génération cinématographique « des années 60 ». Il signe successivement les Vertes Années (Zöldar, 1965), Baptême (Keresztel, 1968) et s'impose à l'attention internationale avec deux films : les Faucons (Magasiskola, 1970) et Paysage mort (Hólt videk, 1972). Le premier est une parabole sur la perversion du pouvoir, le second une méditation pénétrante sur les dangers de l'ordre individualiste et l'incommunicabilité aussi bien conjugale que sociale. Gaál se fait le porte-parole des jeunes Hongrois de l'après-guerre dont la maturation a été contrariée par une difficile intégration dans un ordre nouveau qui a imposé ses dogmes sans pour autant se préoccuper de renforcer la fraternité entre les hommes et les classes sociales. Les films de Gaál évoquent avec rigueur et une profonde honnêteté intellectuelle le choix difficile entre la vie citadine (et ses risques de déshumanisation) et la vie villageoise (et ses risques d'immobilisme), les épreuves liées à la solitude et au vieillissement, les écueils de l'âge adulte avec son train de compromissions et de petites lâchetés, thèmes qui hantent ses uvres ultérieures : Legato (1977) et Quarantaine (Cserepek, 1981). En 1985, il signe une adaptation de l'opéra Orphée et Eurydice (Orfeusz és Eurydiké). István Gaál est resté fidèle au documentaire : Chronique (Krónika, 1968) ; Dix ans de Cuba (Tíz éves Kuba, 1969) ; Béla Bartók, musiques nocturnes (Bartók Béla : Az éjszaka zenéje, 1970) ; Images de la vie d'une ville (1973-1975), Notre héritage (1975). Il a en outre réalisé pour la télévision : l'Autre Rive (Vámhatár, 1976), Deux Trains par jour (Naponta két vonat, id.), les Créatures de Dieu (Isten teremtményei, 1986), Peer Gynt (1988), la Nuit (Éjszaka, 1989), Sonatina Romana (Római szonáta, 1995), RacinesBéla Bartók (GyökerekBartók Béla, 1997-2000).

PREMIERE ACTU

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Nos dossiers du moment

Les plus vues