Genre Homme
Avis

Biographie

Joueur de foot très talentueux ou icône commerciale très rentable ? Tel est le dilemme qui a longtemps terni la carrière d'Hidetoshi Nakata.  Pourtant, lorsqu'il débute avec le club de Bellmare Hiratsuka en J-League en 1995, à tout juste dix-huit ans, c'est bien ses qualités exceptionnelles qui attirent les recruteurs. Deux ans plus tard, il est même sélectionné pour la première fois en équipe nationale pour un match face à la République de Corée.  Mais c'est son transfert à Pérouse en 1998 qui éveille les doutes. A son arrivée, on parle plus des retombées commerciales de son recrutement que de son rendement. Comme un David Beckham, il doit prouver sur le terrain qu'il est plus qu'une starlette de magazine.  Nakata va alors faire taire toutes les critiques, dans la foulée de prestations lumineuses qui ont participé à la première qualification de son pays pour une Coupe du Monde. Pour sa première saison dans le Calcio, il marque 10 buts en 33 matches, et s'envole six mois plus tard en janvier 2000 pour rejoindre l'AS Roma. Là encore, les persifleurs tentent de le déstabiliser.  Et Nakata n'a encore une fois qu'une seule réponse pour eux : la classe sur le terrain. Son apport au sein de l'effectif romain est indéniable, et il contribue à la conquête en 2001 du tant attendu Scudetto en marquant un but décisif face à la Juventus. Deuxième Japonais a évolué en Italie après Kazu Miura, Nakata a cette fois définitivement fait taire les critiques. Son sens de la passe juste, sa vision font merveille et remportent maintenant l'adhésion de tous.  Malheureusement pour le Nippon, la suite est moins rose. Transféré à Parme dans la foulée du titre, il peine à trouver ses marques dans un club qui glisse lentement vers les bas fonds du classement. Bologne et la Fiorentina l'accueillent ensuite sans plus de succès.  Prêté à Bolton à l'été 2005, Nakata connaît des difficultés d'adaptation au jeu physique de la Premiership, symbolisées par une expulsion peu coutumière face à Blackburn. Les six derniers mois sont malgré tout bien meilleurs, mais ses critiques en fin de saison sur le jeu pratiqué par son équipe auraient dû précipiter son retour à Florence.  La sélection niponne repart dernière de son groupe sans la moindre victoire. Et à 29 ans, Nakata annonce la fin de sa carrière professionnelle. "Il y a environ six mois que j'ai pris ma décision", déclare-t-il sur son site internet. "Je savais que la Coupe du Monde serait mon chant du cygne."