Nom de naissance Hermina Tyrlova
Naissance (118 ans)
Nationalité Tchèque
Genre Femme
Profession(s) Réalisatrice, Réalisateur/Metteur en Scène, Scénariste
Avis

Biographie

L’ artiste, animatrice et réalisatrice Hermína Týrlová est l’une des fondatrices du cinéma d’animation tchèque, et l’une de ses plus grandes personnalités.

Elle naît le 11 décembre 1900 à Březové Hory en Bohême centrale. Son père est ouvrier mineur, mais a également une passion d’amateur pour la sculpture sur bois et passa sa vie à créer une crèche gigantesque qui finit par occuper le gros de la salle de séjour familiale. Týrlová perd ses parents très jeune et trouve son premier emploi au théâtre Urania, en bordure de Prague. Elle y fait du ballet, prend des cours de chant et apparaît dans de petits rôles. Elle y rencontre Karel Dodal qui deviendra son mari.

Les débuts

En 1925, Dodal, qui rêve de créer un jour des dessins animés tchèques de haut niveau, est invité à intégrer la section des actualités filmées Elekta Journal des studios cinématographiques praguois A-B pour y produire des dessins animés publicitaires destinés à être projetés en salles avant le programme principal. Le succès grandissant de ces petits films – parmi les premiers dessins animés tchèques – mène Dodal à faire de son épouse son assistante pour pouvoir répondre aux nombre croissant de commandes et aux délais souvent draconiens. Au début, ils dessinent encore sur du papier posé sur une plaque de verre éclairée fortement par le bas pour être filmée image par image. Ce n’est que plus tard qu’ils peuvent utiliser des celluloïds. Leur travail pour le Journal Elekta trouve probablement son apogée dans le film de fiction de 10 minutes Les Tristes Aventures de Bimbo (1930), fortement inspiré par la série Out of the Inkwell de Max Fleischer, et dans lequel on peut voir Týrlová, enjouée, faire signe à la caméra.

Des échecs... et des succès

Frustré par des travaux majoritairement commer- ciaux, Dodal se lance dans un projet de création de studio d’animation indépendant, et Hermína prend sa place au Elekta Journal où elle tourne entre autres son premier film de fiction, le dessin animé L’Ondin amoureux. Cependant, le projet de Dodal n’aboutit pas faute de financements, et parallèlement, Elekta Journal fait faillite. Týrlová réussit à recevoir quelques commandes mal rémunérées de dessins animés éducatifs de la part du ministère de l’Agriculture. Cette période de grandes difficultés financières est marquée par la séparation des époux Dodal.

La seconde épouse de Karel Dodal, Irena, s’avère être une habile productrice et lorsqu’en 1933, ils fondent ensemble la société de production de dessins animés IRE films, ils invitent Týrlová à venir travailler avec eux. Ils produisent toujours des films publicitaires, mais d’un niveau technique bien plus élevé et souvent d’un métrage plus important. IRE films gagne en prestige et sa réussite financière permet à la société de lancer enfin une production de films artistiques expérimentaux, comme par exemple Fantaisie érotique (1936) ou La Pensée à la recherche de la lumière (1938), tous deux présentés au Festival de Venise (et auxquels Týrlová participa comme animatrice). Influencée par Le Nouveau Gulliver d’Alexandre Ptouckho, Hermína souhaiterait réaliser un film d’animation avec marionnettes, mais n’a que le temps de s’y essayer avec les films publicitaires Le Mystère de la lanterne et Les Aventures de Je-sais-tout réalisés par les époux Dodal (qui invitèrent également Jiří Trnka à travailler avec eux pour le second). A l’approche des nazis, les Dodal décident de s’exiler – Irena Dodal était juive – et Hermína Týrlová trouve un emploi comme suppléante d’un des principaux auteurs tchèques de bande dessinée de l’époque, René Klapač, auprès du journal Punťa (elle signe parfois ses bandes dessinées H. Tearlová).

La reconnaissance

En 1941, elle est engagée par les studios de cinéma Baťa dans la ville de Zlín et c’est là qu’elle peut créer son premier film d’animation de fiction avec marionnettes – le premier de l’histoire du cinéma tchèque (bien avant que Trnka ne se lance dans le cinéma). Elle hésite entre plusieurs thèmes : celui du récit de Noël (on retrouve là le souvenir de la crèche créée par son père, qui se reflète dans nombre de ses films, dont Les farces du diablotin), celui du livre pour enfants Les Aventures de Lucie et Lucas [Broučci] de Jan Karafiát... Finalement, elle opte pour une adaptation de la bande dessinée populaire d’Ondřej Sekora Ferda la fourmi. Après quoi, elle souhaite réaliser un film qui combinerait animation de marionnettes et jeu d’acteurs : en 1944, elle tourne Rêve de Noël sur lequel elle emploie comme animateur Karel Zeman. Hélas, le film achevé brûle lors d’un incendie en pleins bombardements de Zlín et, exténuée et déprimée, Týrlová est hospitalisée. C’est Zeman seul qui réalise la seconde version de Rêve de Noël (en collaboration avec Bořivoj Zeman pour les parties avec acteurs) et qui remporte avec ce film le Prix du meilleur court métrage à scénario au Festival de Cannes. Týrlová se rattrape rapidement puisqu’elle est primée coup sur coup pour deux autres films combinant animation et jeu d’acteur : à Venise et Bruxelles en 1947 avec La Révolte des jouets (qui n’est pas sans rappeler Gulliver) et à Venise toujours en 1948 avec Berceuse.

Ce dernier fut projeté de par le monde entier dans le cadre d’un programme d’aide aux enfants souffrant de la faim. Il est intéressant de remarquer que ces deux films conservent des traces de l’expérience de Týrlová dans la publicité, puisqu’ils eurent un effet publicitaire sensible pour la fabrique de jouets Fatra napajedla. Enfin, dans Le Pantin raté, elle fait interagir des marionnettes animées avec un chat.

Le passage à la postérité

Au cours des années 1950, elle tourne une série de contes classiques (Boucle d’or, Le Petit Gardeur de porcs...) et contemporains (Conte du dragonLe Petit Train Kolejáček...), se ressouvient de ses débuts au théâtre à travers des films basés sur le chant et la danse (Une Couronne de chansons, Kalamajka...), toujours en animant des marionnettes. Enfin – partant de l’idée que la marionnette ne remplace pas l’homme en tant que personnage à l’écran, mais qu’elle représente un signe dramaturgique à part entière – Týrlová crée des œuvres remarquables d’innovation dont les protagonistes sont des objets animés : un nœud fait à un mouchoir, une lettre, un seau, une bille, des pelotes de laine... Parfois, ceux-ci fonctionnent comme les personnages d’un récit, parfois comme des symboles de notions abstraites (un tablier, une colombe, un nuage...) tels que le bien, le mal, la liberté, etc., et dont la sémantique est souvent renforcée par un jeu réfléchi de couleurs (bleu, blanc, noir...).

Pour rééquilibrer l’absence d’expressions faciales, Týrlová développe également le travail avec l’éclairage, les angles, l’optique et les mouvements de la caméra, ainsi que la musique (un de ses collaborateurs stables fut le génial compositeur de musique de films Zdeněk Liška). En ce sens, elle a ouvert la voix aux expérimentations du cinéaste surréaliste Jan Švankmajer, par exemple. À la fin des années 1960 et au cours des années 1970-80, elle en revient souvent à une conception de la marionnette plus classique, mais plutôt que de créer des marionnettes, à base de tissu, de laine, de bois etc., les matériaux eux- mêmes prennent la forme de personnages : en laine (Conte de la laine, L’Etoile de Bethlehem...), en feutre (Drôle de canard, Un sacré garnement), en tricot (la série Contes du chat aux yeux bleus), en pâte à pain (Chanson pour dormir, Les farces du diablotin)... A la fin des années 1970, Týrlová revient une fois encore au personnage de Ferda la fourmi dans une série de quatre films. Hermína Týrlová est morte le 3 mai 1993 à Zlín. Elle est, aux côtés de Věra Chytilová et Věra Plívová-Šimková, l’une des plus importantes réalisatrices tchèques.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2011 L'Atelier enchanté Réalisateur -
1982 Drôles de cigognes ! Réalisateur -
1977 Les Nouvelles Aventures de Ferda la fourmi Réalisateur -
1973 Ferda la fourmi Réalisateur -
1971 Les Contes de la ferme Réalisateur -