Nom de naissance Hussein
Genre Homme
Avis

Biographie

Ebrahim Hussein est un poète et auteur dramatique tanzanien. Il est né en 1943 dans la ville de Kilwa, située au sud de la Tanzanie. Son père est un riche commerçant et prédicateur musulman originaire de la province côtière du Lindi.Ebrahim Hussein fait d'abord ses études à Dar es-Salaam, l'ancienne capitale du pays (la nouvelle capitale étant Dodoma). Il se rend par la suite en Allemagne pour intégrer l'université Humboldt de Berlin, où il prépare et obtient son doctorat sur le développement du théâtre en Afrique orientale.Tout en poursuivant sa formation, il publie et fait jouer sa première pièce en swahili, Kinjeketile, en 1969. Cette pièce, mise en scène par le professeur allemand et spécialiste du théâtre brechtien Joachim Fiebach, analyse les liens entre le théâtre épique et les idéaux nationalistes, notamment en Tanzanie. Contrairement aux héros présentés habituellement et sur lesquels se basent les porteurs d'idées politiques nouvelles, celui de Kinjeketile est en proie à l'incertitude, s'éloignant ainsi de l'image du leader charismatique telle qu'on la conçoit. Cette première publication rencontre un grand succès aussi bien auprès du public que des critiques, et devient rapidement la création dramatique tanzanienne la plus connue.Deux années plus tard, Ebrahim Hussein dévoile une autre pièce phare de son oeuvre sous le titre Démons (Mashetani), à travers laquelle l'auteur dénonce l'influence du capitalisme véhiculée par les colonialistes sur les sociétés africaines, et les nouvelles formes d’oppressions qui en découlent. À l'opposé de Kinjeketile, Démons ne fait pas l'unanimité parmi les observateurs littéraires tanzaniens, et doit patienter six mois avant d'être portée sur scène.À trente-cinq ans, Ebrahim Hussein décide de quitter l'Europe pour regagner sa Tanzanie natale où l'attend un poste de professeur universitaire. En 1980, il publie Mariage (Arusi). C’est le récit d'un village kenyan déserté par les hommes. Ceux-ci y abandonnent leurs femmes tout de suite après le mariage; certains prennent la direction du Golfe pour trouver du travail, d'autres préfèrent prôner les principes socialistes auprès des voisins tanzaniens. Par le biais du personnage principal faisant partie de la deuxième catégorie de migrants, Ebrahim Hussein dresse la satire du mode de vie de la communauté dont il est question et de l'hypocrisie qui en régit certains aspects. Si elle est d'abord mal comprise, cette pièce se joint pourtant à ses autres oeuvres présentées comme des références, non seulement pour les étudiants tanzaniens, mais aussi à leurs homologues de culture swahilie.Douze années après avoir entamé sa carrière d'enseignant à l'université, Ebrahim Hussein choisit de prendre sa retraite de professeur en 1990 et de s'installer dans un quartier populaire de Dar es-Salaam.L'ouvrage intitulé Théâtre swahili et nationalisme tanzanien, écrit par le journaliste français Alain Ricard, s'intéresse largement au travail et aux idées d'Ebrahim Hussein, qui préfère aujourd'hui laisser l'écriture théâtrale de côté pour se consacrer essentiellement à la poésie.