Nom de naissance Walters
Nationalité Américain
Genre Homme
Profession(s) Réalisateur, Acteur
Avis

Biographie

A ne pas confondre avec l'acteur Walter Charles.Danseur et chorégraphe à Broadway, il entre en 1942 à la MGM, où il règle les ballets de La Du Barry était une dame, le Chant du Missouri, Ziegfeld Follies, Belle Jeunesse, etc. Parrainé par le producteur Arthur Freed, il signe en 1947 l'exubérant Vive l'amour (Good News), pour lequel il conçoit une des premières chorégraphies en plein air. La comédie musicale, alors à son apogée, lui doit quelques-uns de ses joyaux : la Parade du printemps (Easter Parade, 1948), où Fred Astaire joue les Pygmalions auprès de Judy Garland, Entrons dans la danse (The Barkleys of Broadway, 1949), qui l'associe pour la dernière fois à Ginger Rogers, la Belle de New York (The Belle of New York, 1952), qu'il soustrait aux lois de la pesanteur, et, surtout, la Jolie Fermière / la Vallée heureuse (Summer Stock, 1950), où Judy Garland quitte veaux, vaches et cochons pour Gene Kelly et sa troupe de comédiens. Autant de « défenses et illustrations » du genre : le conflit entre la réalité et l'illusion, la nature et l'artifice s'y résout toujours au profit du « show-business ». Fondant ses marivaudages sur l'attraction des contraires, le cinéaste se plaît à célébrer le monde du spectacle en convertissant à sa magie, à son art de vivre un personnage qui lui est étranger ou même réfractaire. Après Lili (id., 1953), gracieuse invitation au rêve et subtile éducation sentimentale d'une orpheline séduite par un marionnettiste, il se tire honorablement de deux fantaisies nautiques avec Esther Williams (Traversons la Manche Dangerous When Wet, 1953 et Désir d'amour Easy to Love, id.), d'une version musicale du conte de Cendrillon (la Pantoufle de verre The Glass Slipper, 1955) et d'une comédie douce-amère avec Frank Sinatra (le Tendre PiègeThe Tender Trap, id.). On lui doit, dans un registre plus grave, toujours à la MGM, deux mélodrames : la Madone gitane (Torch Song, 1953), où la danseuse Joan Crawford s'éprend d'un pianiste aveugle, et Anna et les Maoris (Two Loves, 1961), où Laurence Harvey se suicide pour Shirley McLaine. Le vibrato lyrique, les demi-teintes intimistes, les romances désenchantées s'accordent bien à sa sensibilité ; il paraît en revanche désarçonné par l'excès de moyens. Son talent ne peut sauver ni la Plus Belle Fille du monde (Jumbo, 1962), ni la Reine du Colorado (The Unsinkable Molly Brown, 1964), pièces montées trop somptueuses. Il avait auparavant tourné, sans être crédité, quatre des plus beaux ballets de Gigi (V. Minnelli, 1958).

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2015 Une Fille Très Avertie Réalisateur -
2015 Entrons Dans La Danse Réalisateur -
2015 Vive l'amour Réalisateur -
2015 Traversons La Manche Réalisateur -
2015 La Belle De New York Réalisateur -

Stars associées