Nom de naissance da Silva
Genre Homme
Avis

Biographie

António José da Silva est un dramaturge brésilien. Il est né en 1705 à Rio de Janeiro. Il est issu d’une famille juive à une époque où cette communauté est pourchassée, condamnée et forcée de se convertir au catholicisme, aussi bien au Portugal que dans ses colonies. Sa mère Lourença Coutinho ayant été déportée au Portugal pour y être jugée par l’Inquisition, António José da Silva s’installe dès l’âge de huit ans au Portugal avec son père, poète et avocat qui a réussi à cacher sa foi judaïque.Il poursuit des études de droit à l’Université de Coimbra et développe un fort intérêt pour l’écriture et le théâtre. Il commence par être avocat, mais se tourne très rapidement vers l’art dramatique.Auteur prolifique, alliant ironie, audace et ingéniosité, il rédige des pamphlets contre les absurdités de la société portugaise de son temps, sans épargner les hautes sphères du pouvoir, à l’image du roi du Portugal Jean V et ses conquêtes féminines. Pour cela, António José da Silva agit de manière imagée à travers des figures mythologiques empruntées à la culture grecque et aux auteurs antiques. Ce qui lui vaudra bien évidemment beaucoup d’ennemis et des condamnations diverses.Dans ses pièces se trouve également une composante lyrique et musicale importante, avec beaucoup d’orchestrations et de parties chantées. La seule musique qui nous soit parvenue a été composée par António Teixeira. Ses pièces sont assez vives, joyeuses, truffées de quiproquos, aux intrigues emmêlées. Bien que peu régulières, elles dévoilent une certaine poésie, témoignent du renouveau du théâtre de marionnettes et s’inscrivent nettement dans le registre du vaudeville comique et burlesque.On peut mentionner, parmi ses œuvres, Vida do Grande D. Quixote de La Mancha e do Gordo Sancho Pança en 1733, Esopaida ou Vida de Esopo en 1734, Os Encantos de Medeia l’année suivante, Anfitrião ou Júpiter e Alcmena, Labirinto de Creta en 1736, As Variedades de Proteu et Guerras do Alecrim e da Manjerona en 1737.António José da Silva, qui aura traversé l’une des périodes les plus douloureuses de l’Histoire du Portugal, torturé, emprisonné, et jugé à maintes reprises par les tribunaux de l’Inquisition, avec sa mère et même son épouse Leonor Maria de Carvailo, meurt étranglé et brûlé sur le bûcher à Lisbonne, après sa condamnation à mort pour judaïté en 1739. Ses pièces, restées anonymes jusqu’au dix-huitième siècle, sont connues comme étant les œuvres du Juif, et seront réunies sous les titres Théâtre Comique Portugais et Théâtre du Juif. Elles continuent à être régulièrement jouées au Portugal.En 2001, son théâtre est édité en français par la maison Antoine Vitez, et des pièces comme Les Guerres du Romarin et de la Marjolaine ou Les Métamorphoses de Protée ont été représentées lors de Festivals et à la salle Gaveau en 2007.Bernardo Santareno publie le roman Le Juif, inspiré de l’histoire d’António José da Silva. En 2005, il sort un film sur sa vie sous le titre Le Juif, avec Jom Tob Azulay dans le rôle du dramaturge.