Alain Robbe-Grillet

  • Profil mis à jour le 06/11/2009
  • Nationalité :
    Française
  • Date de naissance :
    18 août 1922
  • Date de décès :
    17 février 2008
  • Sexe :
    Homme

La biographie de Alain Robbe-Grillet

Alain Robbe-Grillet, cinéaste et romancier français, est né le 18 août 1922 à Brest dans le Finistère, dans une famille modeste. Il est considéré comme étant l’une des figures de proue du nouveau roman hexagonal. Son épouse est la romancière Catherine Robbe-Grillet, plus connue sous le nom de Jeanne Berg.

 

 

Après des études au lycée Buffon, au lycée de Brest et au lycée Saint Louis, Alain Robbe-Grillet obtient un diplôme en agronomie à l’Institut National Agronomique de Paris.

De 1949 à 1951, il rejoint l’Institut des fruits et agrumes coloniaux, ce qui le conduit à travailler dans différentes anciennes colonies françaises comme le Maroc, la Guinée française et les Antilles.

 

Dès son retour en France, il s’intéresse à la littérature. En 1949, Alain Robbe-Grillet écrit son premier roman intitulé Un Régicide qui, rejeté par plusieurs éditeurs, ne sera publié que trente années plus tard.

En 1953, il écrit Les Gommes, roman policier qu’il réussit à faire paraître aux Éditions de Minuit, dont il sera entre 1955 et 1985 le conseiller littéraire. Il devient ainsi le parrain des jeunes auteurs desquels il se sent proche.

 

Il poursuit dans l’écriture et publie, en 1955, Le Voyeur, un autre roman anticonformiste. Malgré les scandales et la polémique que déclenche ce livre, il reçoit le Prix des Critiques. Alain Robbe-Grillet est soutenu par des écrivains tels que Roland Barthes et Maurice Blanchot, qui voient en lui l’initiateur d’un nouveau genre romanesque. D’ailleurs, on lui attribue le titre de Pape du nouveau roman.

 

En 1957, il publie La Jalousie, qui se traduit par un échec commercial cuisant. Accusé d’aliénation, l’auteur est la cible des critiques les plus hostiles. Toutefois, ce roman rencontre un grand succès à l’étranger, notamment aux États-Unis, et sera traduit en une trentaine de langues. C’est après la publication de ce livre que le terme générique de nouveau roman apparaît dans l’un des articles du critique littéraire Émile Henriot.

 

Avec son essai Pour un Nouveau Roman, qu’il dévoile en 1963, Alain Robbe-Grillet réalise une sorte d’anthologie de ses articles sur son mouvement littéraire depuis 1955. Il y explique son approche qui bouleverse les habitudes littéraires élaborées depuis le dix-neuvième siècle. En effet, le rôle indistinct des personnages, la mobilité du regard, ou encore la sobriété de l’écriture contribuent à recréer le roman.

 

De 1965 à 1978, il enchaîne avec une autre série de romans : La Maison au rendez-vous, Projet pour une révolution à New York, Topologie d’une cité fantôme et Souvenirs du Triangle d’or. Cette période voit alors Alain Robbe-Grillet être affublé d’une étiquette d’auteur érotique et masochiste.

 

Entre 1966 et 1968, il prend part au Haut Comité pour la Défense et l’Expansion de la Langue française.

 

Conjointement à la littérature, Alain Robbe-Grillet s’est aussi consacré au cinéma. Il collabore d’abord au scénario du film d’Alain Resnais, L’Année dernière à Marienbad, sorti en 1961. Il s’essaie ensuite à la réalisation en signant une dizaine de films tels que L’immortelle (1962), Trans-Europ-Express (1966), L’Éden et après (1977), La belle Captive(1983), Un bruit qui rend fou(1995), coréalisé avec Dimitri de Clercq et Gradiva (2007).

Ses films, comme ses romans, n’ont pas une trame structurée, qui a pour but de dérouter le spectateur.

 

Entre 1972 et 1997, Alain Robbe-Grillet enseigne également dans plusieurs universités américaines, notamment à l’université de New York et à la Washington University de Saint-Louis, dans le Missouri. Entre temps, dans les années quatre-vingt, il est en charge du centre de sociologie de la littérature à l’université de Bruxelles. En 2003, il travaille avec l’Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine à Caen, là où il entrepose d’ailleurs ses archives.

 

Le 25 mars 2004, il est élu à l’Académie française, mais il ne rejoint pas son fauteuil, en raison de la répulsion qu’il a pour l’habit vert et les cérémonies qu’il juge désuets de cette institution.

 

C’est à Caen, dans la nuit du 17 au 18 février 2008, qu’Alain Robbe-Grillet décède à la suite d’une crise cardiaque, à l’âge de quatre-vingt-six ans.

> Son signe astro > Personnalité du prénom Alain > Popularité du prénom Alain

Dernières news sur Alain Robbe-Grillet

Photos et vidéos de Alain Robbe-Grillet

> Toutes les photos > Toutes les vidéos
0

La filmographie de Alain Robbe-Grillet