DR

Il s'est passé beaucoup de choses pendant que vous étiez en vacances. Notre bilan.

Si vous avez passé les mois de juillet et août à dorer sur une plage lointaine, vous avez certainement laissé ordi, tablette et smartphone à la maison. Et vous avez eu raison. Mais maintenant que la rentrée a sonné, il est temps de se remettre à jour. Voilà l'essentiel de ce qu'il faut retenir d'un été très animé, dans le petit monde des séries.

LA FIN D'UNE ÉRE ANNONCÉE

D'abord, ce fut une hécatombe. L'été 2016 a été foudroyant : Game of Thrones, Pretty Little Liars et The Vampire Diaries, trois des séries les plus populaires du XXI Siècle, s'arrêtent officiellement. Et dans la chaleur étouffante du mois d'août, on a tout à coup senti comme le souffle anxiogène d'une ère qui se termine. Pour les millions de fans d'abord, drainés par ces trois dramas, mais aussi pour les chaînes concernées, qui doivent désormais penser à l'avenir et trouver des remplaçants susceptibles de combler le vide, il y a de quoi avoir le vertige.

DR

Car oui, Game of Thrones, c'est bel et bien terminé. Pas tout de suite bien sûr, puisque 13 épisodes restent encore à diffuser. Mais le show médiéval, qui a permis à HBO de tenir la marée face à la vague Netflix, va bel et bien prendre fin, en 2018, au terme de la saison 8. Un choix de cœur, plus que de raison : "Je crois que les showrunners avaient un plan très spécifique du nombre de saisons qu'ils voulaient faire (...) Nous souhaitons les suivre dans leur désir et leur capacité de proposer la meilleure version possible de la série", confiait ainsi Casey Bloys, le nouveau directeur des programmes de la chaîne, qui espère maintenant que Westworld sera en mesure de prendre le relais.

La mission s'annonce au moins aussi compliquée pour la petite Freeform (anciennement ABC Family), qui laissera partir sa série phare, au printemps prochain. Les Pretty Little Liars feront leurs adieux après 7 saisons très riches (155 épisodes au total) et surtout hyper-commentées sur les réseaux sociaux : "Il sera difficile de dire au revoir à un show qui a eu un tel impact sur le jeune public et a été un tel porte-parole", commentait la créatrice, Marlene King, en confirmant la fin de son teen-drama. Il faut dire que PLL fait tout simplement partie des séries les plus tweetées au monde, ces dernières années (juste après Walking Dead, Empire et Game of Thrones). En 2015, elle a ainsi généré quelque 2.27 millions de messages sur le site de micro-blogging.

Tout comme elle, The Vampire Diaries s'est appuyée pendant près d'une décennie sur sa vaste communauté de fans. Dans la foulée du buzz Twilight, la série lancée en 2009 sur la chaîne CW est rapidement devenue un phénomène auprès des ados, en pleine mode des suceurs de sang-beaux gosses. En témoignent ses 24 millions de fans sur Facebook, qui la classent dans le top 5 des séries encore à l'antenne sur le réseau social. Mais les vampires n'ont plus la cote. La télé américaine est entrée dans l'ère des super-héros (la chaîne CW compte désormais 4 super-séries) et sans grande surprise, Julie Plec a annoncé la fin de Vampire Diaries, à la Comic Con de San Diego. Le chapitre sera définitivement clos en 2017, au terme de la saison 8.

NETFLIX CARTONNE AVEC STRANGER THINGS ET LA NOSTALGIE 80'S

Pendant que les vieilles séries stars de la télé US préparent leurs adieux, de nouvelles sont déjà là pour prendre leur place. À l'image de Stranger Things, le tube de l'été 2016 !

"Ils m'ont demandé de regarder Poltergeist, Stand By Me et Les Goonies. D'ailleurs, si vous mettez tout ça dans un mixer, vous obtenez Stranger Things". En quelques mots, Millie Bobby Brown a parfaitement résumé sa série et son succès. Révélation du show fantastique créée par les Duffer Brothers, cette petite britannique, tout juste âgée de 12 ans, s'est imposée en 8 épisodes, comme une véritable star en devenir.

Dans la peau d'Eleven, étrange et touchante fillette dopée aux pouvoirs télékinétiques, elle a conquis le monde, en rejouant une partition sacrément bien ancrée dans la mémoire collective : "Ils voulaient que ma performance soit un peu comme celle d'E.T. Ils voulaient reproduire cette relation entre E.T. et les enfants". Avec ces confidences faites à IndieWire, Brown a tout dit. Stranger Things, c'est le paroxysme de la nostalgie faite série. En quelques scènes épiques et autant de références à faire frémir la fibre cinéphile qui sommeille en chacun de nous, la série s'est transformée en énorme buzz estival. Et personne ne l'avait vue venir.

Sur les plages, sur les réseaux sociaux, sur les sites spécialisés, dans les talk shows, on n'a parlé que d'elle. Si Mr Robot était la sensation de la belle saison 2015, Stranger Things s'est imposée, à sa façon, comme LA série de l'été 2016. Un plébiscite critique et public qui a tout d'une surprise, à l'aune des flops détonant qui ont frappé la nostalgie au cinéma, pendant la même période.

DR

En effet, pendant que la madeleine de Proust de Netflix faisait son effet boeuf, le remake au féminin des S.O.S Fantômes (de Paul Feig) signait l'échec le plus retentissant des blockbusters de l'été, avec 400 000 petites entrées en France, et à peine 220 millions $ de recettes dans le monde. À croire que le raz-de-marée nostalgique des 80's se transforme en simple vaguelette, dès qu'il tente sa chance sur le grand écran.

Et ce n'est pas Steven Spielberg qui dira le contraire. Alors que Stranger Things a bâti son succès comme un vaste hommage aux productions Amblin, le réalisateur d'E.T. a connu l'un des plus gros flops de sa carrière, avec Le Bon Gros Géant, qui se contente de de 800.000 entrées en France et 160 millions de dollars dans le monde. Pendant que les gamins de Stranger Things cassaient la baraque en se nourrissant goulûment de l'oeuvre "spielbergienne", le cinéaste emblématique des années 80 encaissait son plus gros bide cinématographique depuis une décennie.

THOMAS GIBSON, LE SCANDALE DE L'ÉTÉ

L'été n'a pas été plus joyeux pour l'acteur vedette d'Esprits Criminels. Il aurait même été plutôt pire. Alors que le tournage de la vieille série de CBS commençait  tranquillement début août, la star, qui incarne l'Agent Aaron Hotchner depuis le tout premier épisode (diffusé en 2005), a pété les plombs sur le plateau et a été viré sans préavis par la production. On ne verra plus Thomas Gibson au BAU, après l'épisode 2 de la saison 12.

DR

Le comédien aurait tout simplement perdu son sang-froid et cogné un producteur, Virgil Williams, suite à un différend artistique. L'altercation de trop pour Gibson, qui s'était déjà battu sur le plateau de la série, en 2010, avec un assistant-réalisateur. Dans la foulée, il avait dû suivre un stage de "gestion de la colère"...

"J'adore Criminal Minds et j’ai mis mon cœur et  mon âme dans cette série au cours des douze dernières années de ma vie. J'avais espéré y participer jusqu'à sa conclusion, mais ce ne sera plus possible maintenant", a sobrement commenté la star, dans un communiqué, après son licenciement soudain.

Mais l'affaire, qui a tenu les fans en haleine durant tout l'été, ne devrait pas en rester là. Si Thomas Gibson a visiblement accepté l'idée de ne plus jouer Hotch, il a quand même engagé un cabinet d’avocat californien renommé. Il envisagerait des poursuites judiciaires, à l’encontre de la production.

Quoi qu'il en soit, les fidèles d'Esprits Criminels devront désormais faire sans lui. Et sans Shemar Moore, qui a lui aussi fait ses adieux à la série (mais de son propre chef cette fois), au printemps. Bilan des courses, il ne restera plus que trois membres de l'équipe du BAU originale dans la saison 12 (Matthew Gray Gubler / Spencer Reid, Kirsten Vangsness / Penelope Garcia et AJ Cook / JJ Jareau). Que serait l'été sans un bon gros scandale ?