DR

Une adaptation prometteuse... mais qui ne vous empêchera pas de dormir la nuit !

C'est le moment d'allumer vos feux anti-brouillard. The Mist, nouvelle série d'angoisse signée de la petite chaîne américaine Spike, vient de débarquer outre-Atlantique. Les premiers épisodes sont en ligne et même si on n'y voit pas encore très clair, ils sont prometteurs.

Dix ans après le film très réussi de Frank Darabont, on repart donc à Bridgton, dans le Maine (enfin ici, ça s'appelle Bridgeville). Et on retrouve cette brume qui s'abat sur la paisible commune, où les gens se détestent cordialement les uns les autres. En particulier Eve et sa famille. Mais très vite, les premières victimes ensanglantes les trottoirs et tout le monde cherche à se mettre à l'abris, dans le centre commercial et dans l'église locale. Si la tension croît dangereusement à l'intérieur, pas question de sortir : tous ceux qui affrontent le Mist finissent en morceaux...

Les grandes lignes du livre culte de Stephen King (publié en 1988) sont bien là, mais cette version télévisuelle réinvente totalement les personnages et étend le huis-clos, pour tenir la distance d'une saison entière, évidemment. Avouons-le, les premières minutes font un peu peur, et pas comme on aimerait. C'est une galerie de locaux bien stéréotypée, qui se présente devant nous, de la famille dysfonctionnelle au meilleur ami gay, en passant par le quarterack de l'équipe de foot, et la junkie rebelle, de retour dans sa ville natale. Enlevez le brouillard, rajoutez une coupole géante et on se croirait carrément dans Under the Dome ! Flippant hein ?

Heureusement, The Mist prend petit à petit ses marques et réussit à installer, dès la fin du premier épisode, une atmosphère poisseuse et intrigante, qui sera la grande force du show. La photo, ingénieuse et ensorcelante, permet de construire cette ambiance oppressante. Tout est dans l'horrible mystère qui se cache derrière ce Mist, et qui oblige les ennemis d'hier à devenir des alliés de circonstance, confinés dans un espace réduit. Autrement dit, une délectable poudrière.

DR

La mise en place tient donc parfaitement la route, même s'il faut un peu de temps (au moins deux épisodes) pour s'attacher aux personnages et vraiment vivre la brumeuse expérience à fond. Seul regret : une maîtrise de l'horreur un peu suspecte, qui peine à faire monter l'angoisse et à instiller la peur chez le spectateur. Hormis quelques "jump scares" faciles et attendus, ces premiers épisodes de The Mist ne risquent pas de vous empêcher de dormir la nuit. Mais le brouillard vient seulement de tomber...