DR

Elle fera ses débuts demain à la télé américaine et déjà, les critiques démolissent cette nouvelle adaptation de film.

Quelques mois après avoir lancé Limitless, la chaîne américaine CBS va dévoiler sa deuxième série-tirée-d'un-film de la saison. Rush Hour, franchise déclinée en trois longs-métrages entre les années 1990 et 2000, avec Chris Tucker et Jackie Chan en vedette, devient donc un cop show, porté par deux quasi-inconnus, Justin Hires (21 Jump Street) et Jon Foo (Tekken). Le résultat est globalement navrant et les critiques US s'en donnent à coeur joie, détruisant au passage le manque de créativité criant des executives des grands networks.

The Hollywood Reporter n'y va pas par quatre chemins et s'amuse en rappelant que la franchise ciné n'était déjà pas géniale : "La série de CBS est mieux que Rush Hour 3 !" Elle explique que "ce qui marche le moins, c'est le casting, puisque le génie de Chan n'a pas été remplacé de manière adequat (...) Idéalement, l'affinité latente des personnages et l'action divertissante devaient au moins ressortir du pilote. Mais au lieu de ça, Rush Hour passe son temps à essayer de se faire une place, avec une marque quelque peu douteuse en 2016. Et voilà pourquoi le show se retrouve balancé au beau milieu du mois de mars !"

Deadline enfonce le clou est estime que Rush Hour est "coincé dans un embouteillage (jeu de mots) de banalités et de tricks usés. Cette série pompe tout ce qu'il y avait dans les films et on se retrouve avec un clone tiédasse. Honnêtement, si vous aimez le mélange arts martiaux et comédie, sortez tout de suite de cette voie de garage et allez (re)voir le film original de 1998". Le journaliste précise qu'avec "des stéréotypes raciaux, sexuels et culturels à gogo, qui paraissaient déjà dépassés à l'époque de Bill Clinton, quand le premier film Rush Hour est sorti, la série a une tonne de lacunes à combler."

Variety fait le même constat est explique que "la formule du héros asiatique parachuté dans un monde occidental est bien connue. Cependant, elle véhicule inévitablement des stéréotypes blafards, même si Hires, comédien de stand-up, en fait moins que Chris Tucker à l'époque".

Le Pittsburgh Post-Gazette parle, lui, d'une comédie d'action tellement calibrée, qu'on dirait "une peinture aux numéros ! (...) Ce Rush Hour ressemble à un fantôme des vieilles séries d'action procédurales de CBS, venu tout droit du passé (on pense directement au Flic de Shangai)".

Entertainment Weekly conclut finalement avec une remarque sobre et cinglante : "On a le droit, avec Rush Hour, à une nouvelle série policière de Network bien fade".

La saison 1 de Rush Hour débutera ce jeudi 31 mars sur la chaîne américaine CBS.