narcos saison 4
netflix

Un nouveau "parrain", un nouveau cartel, mais l'ADN de Narcos est toujours là.

Comme le dit si bien Netflix dans sa promo, pas besoin d'avoir vu les trois premières saisons pour se lancer dans Narcos : Mexico. Parce que cette saison 4 n'est pas, à proprement parlé, la suite des précédentes. C'est bien une nouvelle histoire de cartel qui se construit sous nos yeux. Attention spoilers !

Après Medellín et Cali, c'est l'ascension du Cartel de Guadalajara qui nous est contée ici, à travers le personnage fascinant de Félix Gallardo, un trafiquant quelconque de Sinaloa, au Mexique, qui a délocalisé son business sur les terres de Guadalajara, nettement moins surveillées par les forces de l'ordre. Un business qu'il va rapidement transformer en empire, malgré la présence sur place de la DEA (l'agence américaine anti-drogue) fraîchement créée, et incarnée par "Kiki" Camarena, un jeune agent particulièrement investi dans sa mission...

C'est toujours aussi incroyable. Au sens littéral. Vraiment, il est difficile de croire que tout ce qui se passe dans Narcos : Mexico est tiré d'une histoire vraie. Comme depuis le début de la série, on est subjugué par l'enchaînement des événements et des drames qui entourent le milieu de la drogue. Bien sûr, on a quitté la Colombie pour le Mexique. Mais Narcos reste Narcos et l'ADN du show est toujours là. 

Plus encore, en changeant de décor, il réussit à se renouveler. Même si les épisodes sont un peu longs (plus d'une heure chacun), le rythme est particulièrement intense. L'action est omni-présente. Et les rebondissements aussi dramatiques qu'inattendus (sauf si vous êtes incollable sur l'Histoire des trafiquants mexicains) vous invitent à un binge-watching total. Rien que le premier épisode, à couper le souffle, vous mettra dans l'ambiance pour les 9 heures à suivre, posant le décor d'un cartel nouveau-né, en train de prendre forme, lentement mais sûrement.

narcos saison 4
netflix

Un cartel incarné à merveille par Diego Luna (de Rogue One), "parrain" gringalet et glaçant, parce qu'il n'a plus rien à perdre. Un chef de bande bien différent de l'imposant Wagner Moura (Escobar dans les deux premières saisons). Moins charismatique, mais certainement plus angoissant. Face à lui, Michael Peña (le trublion d'Ant-Man) s'avère être un excellent choix de casting. Un agent attachant et émouvant, dans son combat contre Félix Gallardo. Un face à face magistral, qui marquera le début de la grande guerre contre la drogue, menée par les États-Unis.

Narcos : Mexico - 10 épisodes - à partir du vendredi 16 novembre 2018 sur Netflix.

A lire aussi sur Première