Fosse/Verdon
Fx

"Sam Rockwell et Michelle Williams sont dingues et en passe de tout rafler aux Emmy Awards."

C'est une nouvelle série limitée prestigieuse en huit parties que vient de lancer la chaîne américaine FX. Fosse/Verdon est un biopic racontant le partenariat sur cinq décennies entre le chorégraphe et metteur en scène Bob Fosse (joué par Sam Rockwell) et sa danseuse fétiche : Gwen Verdon (Michelle Williams). Un duo légendaire de Broadway, qui crève l'écran, et qu'on retrouvera sur Canal + Séries  dès le 14 avril prochain en France. Alors qu'en a pensé la presse américaine ?

Indiewire est enthousiaste et explique que Fosse/Verdon est une série qui parle "en fin de compte, de la fabrication de divertissements. Et les producteurs ont fait un travail remarquable pour souligner les difficultés individuelles que le processus implique, ainsi que la façon dont les personnes qui y consacrent leur vie sont affectées."

Le Wall Street Journal est tombé sous le charme de Michelle Williams : "Il n'y a rien qu'elle puisse faire, rien qu'elle puisse dire, qui pourrait atténuer le lustre de sa performance dans cette série, qui lui doit tout, ainsi qu'à Sam Rockwell, et aux numéros musicaux enthousiasmants, bien que trop brefs."

Le Los Angeles Times a aussi apprécié et vu un "drame biographique séduisant et intelligent (...) Ce qu’ils ont bien fait, c’est de ne pas jouer avec la légende ou la réduire. Il y a un soupçon sur le talent et le charisme du duo, certes, mais ce qui intéresse le plus Fosse/Verdon, c’est le travail, les "90% de transpiration" qui, ajouté à un peu d’inspiration, donnent ce qu'on appelle le génie".

Vulture reconnaît que "tout est produit somptueusement mais avec un esprit lourd et peut-être trop immersif (...) La série se pose dans un sillon ambitieux et prestigieux de chaîne câblée, qui ressemble à un cousin de Mad Men plus lustré, plus lent et moins thématique.

Le Hollywood Reporter est aussi quelque nuancé et avance : "Si vous connaissez les chorégraphies de Bob Fosse, les gens de Broadway des années 60 et 70 et que vous pouvez chanter l'intégralité de Cabaret, alors il y a beaucoup à apprécier ici, à commencer par Rockwell et Williams. Au-delà de cela, les premiers épisodes de Fosse /Verdon s’appuient trop sur des clichés relatifs aux génies autodestructeurs et aux femmes en souffrance qui les aiment. L'histoire d'amour de Bob Fosse et de Gwen Verdon aurait dû devenir quelque chose de plus grand qu'une simple saga anti-héroïque prestigieuse. Jusqu'à présent, ce n'est pas le cas."

TVLine reconnaît de son côté que "Rockwell et Williams sont dingues et en passe de tout rafler aux Emmy Awards. C’est vrai. Mais le matériel qui leur est donné ici n'est jamais à la hauteur de leurs performances."

Collider, finalement, est le plus sceptique et confie : "Les épisodes passant, le temps passant, une grande partie de Fosse/Verdon semble léthargique et non essentielle. Rockwell est bon en Fosse, mais Fosse lui-même est ennuyeux. Il faudrait plus de Verdon, et moins de Fosse s'il vous plaît."