Preacher, saison 2 : Seth Rogen explique pourquoi la série a changé

preacher_season 2

"Quand je lis que la série est ennuyeuse, ça me pique. Elle ne devrait pas être ennuyeuse."

C'est sûr, la première saison de Preacher n'était pas au niveau attendu. Malgré quelques bons moments, elle a laissé les fans du comics déjanté de Garth Ennis sur leur faim. Heureusement, Seth Rogen, Sam Catlin, et Evan Goldberg, ont compris leurs erreurs et ont esquissé une saison 2 nettement plus cool. Lancée il y a quelques jours sur AMC (et en France sur OCS), elle s'annonce complètement folle... et bien différente de la première.

Comment Preacher a passé la seconde avec la saison 2 (critique)

Dans une longue interview accordée à Vulture, Rogen explique justement comment ils ont repensé Preacher, durant la coupure :

"C'etait intéressant comme exercice. C'est la première fois que je travaille sur quelque chose, en ayant la possibilité de l'analyser a posteriori, de revenir en arrière. C'est la première fois que je peux me dire : 'Tiens, nous pourrions changer certaines choses'. On était très fier de la première saison, mais on s'est surtout demandé ce qui était vraiment unique dans Preacher, dans le paysage tellement vaste des séries aujourd'hui. De temps en temps, la série faisait des choses impossibles à faire ailleurs. Des trucs totalement fous, conceptuels, qui ne peuvent exister que dans Preacher. Ca nous a frappé quand on a revu la saison 1. Alors pour la deuxième saison, on s'est dit qu'on allait essayer de faire plus de choses comme ça. De trucs énormes. Pour rendre la série encore plus unique".

Le producteur et co-créateur du show détaille alors : "Je pense, par exemple, aux scènes de baston, comme celle de la chambre d'hôtel où les anges se régénèrent. Je pense à certains personnages, comme celui qui se fait exploser la bite. Je pense à cette idée que Jesse et Tulip se reconnectent après avoir assassiné ce gars, parce que c'est une chose de romantique pour eux... Ce sont des choses qui arrivaient une ou deux fois par épisode, l'an dernier. Alors on a décidé de doubler la dose, de booster le concept en lui-même et de modifier le ton, pour que la série puisse supporter plus de moments de folie comme ceux-là. On a donc fait quelque chose de drôle, où il y a de l'action, de l'horreur, du drame, et tout ça (...) On peut vraiment faire des trucs de fou dans Preacher. On a l'Enfer ! Si on veut, on peut ramener Hitler !"

Seth Rogen explique également tenir compte, dans une certaine mesure, de l'avis des fans, sur les réseaux sociaux : "Ca m'agace quand les gens me demandent pourquoi la série est différente des comics. On sait pourquoi on l'a fait. On l'a fait pour de bonnes raisons et Garth (Ennis) a été partie prenante du développement. En revanche, quand je lis que la série est ennuyeuse, ça me pique. Elle ne devrait pas être ennuyeuse. Du coup, je pense que les choses que nous avons tirées de la première saison, que nous avons glané de l'interaction avec les fans, c'est qu'elle a peut-être été un peu trop lente. Peut-être aussi un peu plus confuse qu'on le pensait. Il y a eu de bons mystères, mais aussi des choses pas très claires pour de mauvaises raisons."

Finalement, Rogen ne regrette pas la saison 1 de Preacher, parce qu'elle a aussi permis à la série d'être ce qu'elle est aujourd'hui : "J'ai revu toute la première saison et je pense qu'elle fonctionne très bien et qu'il était important d'établir une sorte d'authenticité avec ces personnages, avant d'entrer dans la mythologie des anges et des démons et des acteurs qui jouent à Dieu... Maintenant que tout ça est établi, ça nous donne la liberté de nous amuser avec cet univers."

Commentaires

Prochainement au Cinéma

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Sid Et Nancy
Léon Morin, Prêtre
Octobre