On a vu la saison 2 de Stranger Things, et c'est toujours aussi cool ! (critique)

stranger things 2

L'ode aux années 1980 des Duffer Brothers a gagné en maturité et en terreur, ce qu'elle a perdu en fraîcheur.

Autant, la surprise était totale, l'an dernier, lorsque nous sommes tombés sur Stranger Things, véritable bombe pop, hommage au cinéma des 80's. Autant, nos attentes étaient beaucoup plus élevées, cette année, lorsqu'on a lancé la saison 2. C'est bien connu : confirmer est toujours plus dur qu'épater. Et là, on est vraiment impressionné. Stranger Things, c'est définitivement "bath" ! Attention spoilers !

On retrouve toute la petite bande de Hawkins, un an après les événements de la saison 1. Mike dépérit alors qu'Eleven reste portée disparue. Dustin et Lucas tombent sous le charme d'une petite nouvelle, très à l'aise dans ses baskets. Quant à Will, son retour à la réalité est particulièrement difficile. Le "zombie boy" du bahut, dont tout le monde croit qu'il s'est perdu une semaine dans les bois, souffre encore de l'Upside Down. Régulièrement, il est frappé par des visions de cette sombre dimension parallèle, dans laquelle il aperçoit au loin le terrifiant "Shadow Monster"...

Forcément, Stranger Things ne bénéficie plus du charme inattendu de la saison 1. La fraîcheur de la découverte a été largement éventée depuis un an, avec la "hype" gigantesque qui a accompagné le succès de la série. La candeur de ses personnages 80's a été inévitablement abîmée par la surexposition du casting, aux Oscars, aux Emmys, aux Golden Globes et sur un millier de tapis rouges. Dans un tel contexte, comment ne pas redouter une nouvelle plongée dans l'univers de Hawkins ? Comment ne pas craindre la répétition d'un concept limité par la nostalgie ? Comment ne pas tomber dans le piège ultime de l'auto-référencement, quand on est une série construite sur des références ?

Pour jouer à Stranger Things, il y a les jeux de société !

Le tour de force des Duffer Brothers - encore inconnus il y a un an - est bluffant. Sans jamais donner l'impression de refaire du Stranger Things, ils ont su donner à cette saison 2 une toute autre profondeur, en investissant beaucoup d'énergie sur le véritable atout du show : son casting ! Car le vrai coup de maître de la série, ce n'est pas tant d'avoir su faire revivre les années 1980 ou d'avoir introduit une nouvelle mythologie SF effrayante, c'est d'avoir su choisir une bande d'acteurs ébouriffante. Hormis Finn Wolfhard (Mike) - dont le rôle est moindre, en lien avec la disparition d'Eleven - chaque personnage de la série est propulsé, cette année, dans une autre dimension, sur le devant de la scène !

stranger things 2 eleven

Gaten Matarazzo, notamment, crève l'écran dans la peau de Dustin Henderson, apportant la touche fun et attachante indispensable, pour donner un peu de légèreté à un drama devenu nettement plus dark (on y revient juste après). Millie Bobby Brown (Eleven) est toujours aussi intense et émouvante. Caleb McLaughlin utilise à merveille l'expension du rôle de Lucas Sinclair, tellement secondaire dans la saison 1. Noah Schnapp, qu'on avait finalement peu vu l'an dernier (Upside Down oblige), s'avère incroyablement bouleversant, pour jouer un Will Byers perdu et terrifié. Et mention spéciale à Steve Harrington (joué par Joe Keery), qui est incontestablement l'une des stars de cette saison 2 ! Quant aux nouveaux, ils s'intègrent incroyablement bien à la bande, de l'adorable petite rebelle, Max (Sadie Sink), en passant par son taré de grand frère (Dacre Montgomery), jusqu'au gentil Bob Newby (Sean Astin) ou l'insaisissable nouveau Docteur du "Labo" (Paul Reiser). C'est bien tout le casting qui irradie au fil des 9 épisodes. Chacun des personnages a la place de s'exprimer, une storyline pour s'amuser, des dialogues pour briller et de nouvelles relations à explorer. Inévitablement, on se prend d'affection pour l'intégralité de la bande.

Dès lors, il est beaucoup plus facile d'accepter le manque de rythme de la première partie. Car oui, Stranger Things 2 démarre lentement. Les Duffer mettent au moins quatre épisodes à installer la suite de leur histoire, passant le temps - avec une jubilation parfois ostentatoire - en jouant facétieusement avec l'année 1984, la grande époque des salles d'Arcades (oui, avant de jouer aux jeux vidéo sur son smartphone, on mettait de la petite monnaie dans de grosses bornes), des caméras JVC, des VHS ou encore des Ghostbusters au cinéma. Même s'il sent un peu le réchauffé, le gros délire 80's de Stranger Things est toujours aussi cool. Et il s'appuie cette année - peut-être encore plus que l'an dernier - sur une énorme bande originale, dopée par quelques classiques de la décennie qu'on redécouvre avec bonheur (de Duran Duran à Toto en passant par Queen ou The Police), et portée par un thème "synthé" omniprésent, presque envoûtant.

stranger things 2 dark

On se laisse donc doucement transporter, au fil des premiers épisodes, en attendant que la pression monte. Mais ça vaut le coup d'être patient. Car quand la saison 2 lâche les chevaux, elle ne relâche plus l'accélérateur, jusqu'au bout du final. La deuxième partie est à couper le souffle, avec un climax fantastique dans les deux dernières heures. Elle est surtout incroyablement angoissante. Oui, Stranger Things a pris un virage dark incontestable cette année. Sans tomber dans l'horreur totale, elle livre quelques scènes assez redoutables, plus gores que l'an dernier, et certainement plus stressantes. La réalisation des Duffer Brothers et de Shaw Levy (accompagnés cette année par Andrew Stanton, réalisateur du Monde de Némo ou de WALL-E) va clairement dans ce sens. Laissant globalement de côté la référence systématique au cinéma Amblin (même si on trouvera évidemment quelques clins d’œil ici et là), elle prend une nouvelle direction plus sombre et plus personnelle.

Si elle s'est fait un nom en s'inspirant largement des classiques 80's, Stranger Things a trouvé son propre style, dans cette saison 2. Naturellement, et sans oublier de faire plaisir aux téléspectateurs en quête d'un peu de nostalgie avec des épaulettes. On peut vous le dire : c'est "tip top" !

La saison 2 de Stranger Things - en 9 épisodes - sera mise en ligne ce vendredi 27 octobre, sur Netflix.


PROCHAINEMENT AU CINÉMA

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Les bourreaux meurent aussi
Chérie, je me sens rajeunir
le bonhomme de neige