DR

Sam Esmail vous invite à suivre le lapin blanc au fond, tout au fond de son délire.

Vous trouviez la saison 1 de Mr Robot un peu barrée, voire même carrément dingue ? Vous n'avez encore rien vu. Attention spoilers !

Mr Robot et ces Geeks qui ont pris le pouvoir à la télé US

La saison 2, lancée la semaine dernière par un season premiere en deux parties, va plus loin, beaucoup plus loin, dans le trip schizo. Alors que son alter-ego vient de faire péter le monde capitaliste, on retrouve Elliot en proie à de sévères troubles psychologiques. Il ne se souvient plus de ce qu'il a fait, la nuit où il a fait sauter Evil Corp. Tyrell Willick est porté disparu et son cher Mr Robot refuse de lui dévoiler la vérité.

Alors pour se protéger, lui et le monde, il est retourné vivre chez sa mère. Il s'astreint à une routine drastique, jour après jour, depuis des mois, pour garder son double sous contrôle. Une routine qui consiste essentiellement à ne pas toucher un clavier d'ordinateur. Pendant qu'il essaye de retrouver ses esprits, l'Amérique et le reste de la planète tentent d'enrayer l'énorme crise provoquée par son hack. A la tête d'un mouvement de plus en plus structuré, Darlene se démène pour amorcer la phase 2, afin d'achever E-Corp. Mais le Diable est loin de s'avouer vaincu...

Bienvenue dans un monde de fous ! Après l'énorme succès de la première saison, on attendait avec impatience de voir comment Sam Esmail allait réussir à relancer la machine. Le créateur et réalisateur de Mr Robot a opté pour la descente aux enfers. Délaissant (dans ces premiers épisodes) l'aspect philosophique et politique, il a préféré plonger entièrement le téléspectateur dans la tête d'Elliot. Et l'immersion est véritablement asphyxiante. Dans le bon sens du terme, puisqu'on assiste ébahi à une excursion unique, dans les abysses de la schizophrénie. Qui est qui ? Qu'est-ce qui réel ? Et qu'est-ce qui sort directement de son esprit perturbé ? Le questionnement est permanent.

Mr Robot : la presse US s'enflamme pour la saison 2

Et la mise en scène électrique d'Esmail contribue grandement à nous faire vivre à fond le délire et la souffrance d'Elliot. Sans parler de la prestation à fleur de peau de Rami Malek, qui, dans un registre nettement plus froid que l'an dernier, crève à nouveau l'écran.

DR

Malgré tout, à vouloir absolument sombrer dans la folie, la saison 2 de Mr Robot devient tout à coup plus ésotérique, et paradoxalement, nettement moins anticonformiste. Le discours anarchique et brutalement anti-capitaliste de la première saison passe (pour l'instant) au second plan. On a du mal à retrouver le cri de colère contestataire, poussé si brillamment par Sam Esmail l'été dernier. Cette envie rafraîchissante de faire la révolution dans une société devenue esclave de l'économie et de la finance. A tel point qu'on se demande désormais si la saison 1 n'a pas été purement et simplement inventée par l'esprit malade d'Elliot.

On prie pour que la réponse soit non. Car Mr Robot est une superbe série "mentale", mais elle puise aussi sa force dans une dialectique idéaliste, pour le coup très terre à terre. Une histoire qu'elle ne doit pas sacrifier sur l'autel du psycho.