miracle workers
tbs

Simon Rich envoie Steve Buscemi au Paradis, pour une série théologique particulièrement drôle.

Il y a quatre ans, Simon Rich, tout jeune écrivain trentenaire, issu du Saturday Night Live, éclaboussait le monde des séries d'une douce folie créatrice, celle de Man Seeking Woman. Même si elle n'a jamais rencontré un grand succès populaire, cette comédie romantique exceptionnellement atypique a marqué le genre, par sa narration improbable, quasi-expérimentale. Forcément, on est ravi de voir Rich revenir sur le petit écran. La petite chaîne américaine TBS a lancé, hier soir, Miracle Workers, sa toute nouvelle comédie, un peu moins déjantée, mais toujours aussi drôle.

Elle nous emmène cette fois au Paradis. Littéralement, puisqu'on y suit des employés de Heaven Inc., comprenez l'usine divine qui fait marcher le monde. A sa tête, c'est évidemment Dieu qui tient les rênes. Mais le tout puissant est passablement déprimé depuis un ou deux millénaires... La faute au réchauffement climatique, aux guerres, aux dérives en tout genre, et donc aux humains, que Dieu juge désormais irrécupérables. "A quoi bon ?", lance-t-il à un Ange désespéré, venu lui demander d'exaucer une prière. Selon lui, le monde est désormais impossible à sauver, alors il envisage de détruire la Terre, purement et simplement, pour débuter un nouveau grand projet ailleurs. Pendant que les employés du Paradis vident leurs bureaux, deux anges de bas niveau veulent encore y croire et vont tenter de réaliser un miracle, pour convaincre le Grand Patron que la Terre mérite d'être épargnée...

miracle workers
tbs

Avec ses 7 épisodes de 20 minutes qui défilent à un train d'enfer, la première saison de Miracle Workers a quelque chose d'une gourmandise éphémère, qu'on dévore avec délectation, en sachant qu'il n'y en aura bientôt plus... et que c'est sûrement aussi bien comme ça. Chaque séquence lunaire ressemble a une bulle de savon insaisissable, qui s'envole dans le ciel saturé des séries télé.

Un conte théologique délicieusement perché - adapté directement du livre "What in God's Name", écrit par Simon Rich lui-même (en 2012) - qui n'a pas véritablement d'ambition métaphysique. Non, il ne faut pas chercher de réponses existentielles dans Miracle Workers, qui n'a visiblement qu'un seul but : nous faire marrer. Et c'est là qu'elle fait des miracles.

Dans une ambiance loufoque tellement jubilatoire, on se prosterne devant le timing comique brillantissime de Steve Buscemi, impayable en Dieu dépressif. Devant ses anges, des seconds rôles à crever de rire, à commencer par l'excellent Karan Soni, déjà hilarant en chauffeur de Deadpool. Le duo Daniel Radcliffe / Geraldine Viswanatha s'occupe d'apporter la touche d'humanité et d'affecte nécessaire, qui donne finalement à Miracle Workers ce petit côté terriblement attachant... De quoi nous faire monter au 7e ciel.

Miracle Workers, saison 1 en 7 épisodes - Sur la chaîne américaine TBS et bientôt en France sur Warner TV.