DR

"Fucking" True Detective : la saison 2 abuse-t-elle du "F-word" ?

Cette année,  True Detective fait dans le polar noir façon James Ellroy et joue à fond avec les codes du genre. Dans cette ambiance glauque et dépressive, Nic Pizzolatto s'amuse avec les clichés des flics ripoux et des gangsters en costumes. Peut-être un peu trop par moment, car le dernier épisode 3, "Maybe Tomorrow" est quand même passé tout proche de la caricature pure et simple, question dialogues."Go Fuck" ceci ! "It's not my fucking" cela ! Nic Pizzolato a usé et abusé du putain de "F-word", jusqu'à l’écœurement. Au total, on en compte exactement 46 tout au long de cet épisode de 56 minutes. Cela veut dire qu'un personnage balance un gros "fuck" toutes les 73 secondes. Oui, ça commence à faire beaucoup.>>> True Detective, saison 2 : le trailer noir de l'épisode 4D'accord, on est sur HBO et les scénaristes américains, tellement brimés sur les grands networks (où le moindre gros mot donne lieu à une polémique monstre), prennent tous un malin plaisir à jouer avec cette totale liberté de vocabulaire. Il n'empêche, Pizzolato ferait bien de se méfier : sa série va finir par ressembler à une grosse parodie de polar US, un peu comme celle tournée par Les Inconnus, il y a 25 ans :

Prochainement au Cinéma