netflix

Une overdose de Nostalgie et quelques bons moments.

Un bon gros tas de VHS, un Tamagotchi, un beeper à la place d'un iPhone, un Baladeur CD sur les oreilles, Alanis Morissette qui chante "Ironic" et les répliques de Pulp Fiction qui cartonnent... Vous avez bien révisé vos années 90 ? Alors c'est parti pour Everyhing Sucks!, la nouvelle teen série de Netflix, qui vous renvoit en 1996, dans un lycée américain situé à Boring (oui, ça existe), au fin fond de l'Oregon.

L'histoire nous raconte l'arrivée en seconde de trois losers, amis depuis l'enfance : Luke, McQuaid et Tyler tentent de se faire une place et rejoignent le club audiovisuel. Là, ils vont croiser la route de la jolie mais très réservée Kate, qui fait tout de suite chavirer le coeur de Luke. Les deux jeunes gens, qui découvrent les affres de l'amour, vont rapidement se rapprocher. Sauf que l'adolescente mal dans ses baskets est aussi la fille du gentil principal...

Autant le dire tout de suite, Everything Sucks! coche, une à une, toutes les cases de la nostalgie, pour titiller la corde sensible des téléspectateurs. Avec la même subtilité qu'un tube d'Ace of Base, la série cherche à nous soutirer, toutes les deux un minutes, un gros "Ah ouais, c'est vrai !" Malgré ces clins d'oeil en pagaille, les auteurs ne font mouche que trop rarement, même s'il faut avouer que, côté son, la bande originale, 100% "90's" (de Weezer à Spin Doctors en passant par Oasis, Tori Amos, The Cardigans ou Bloodhound Gang), est à tomber par terre !

netflix

Pure "coming of age story", comprenez une série adolescente qui raconte le difficile passage à l'âge adulte, Everything Sucks! a le malheur d'arriver juste après Stranger Things, The end of th F *** ing World ou encore Big Mouth. Elle souffre ainsi de la comparaison. On a beaucoup trop vu, ces derniers temps, la bande du "losers club", qui lutte pour trouver sa place dans l'école. D'autant qu'ici, les jeunes personnages sont loin d'être assez consistants. Autour de Luke et Kate, les seconds rôles ont bien du mal à exister. Il n'y a guère que la séductrice Emaline (Sydney Sweeney) pour réussir à sortir du lot, tandis que les autres sont franchement sacrifiés sur l'autel du cliché. Les acteurs en herbe, pas toujours très convaincants, n'ont pas la fraîcheur espérée. Et en prime, le principal Messner (Patch Darragh) est tout bonnement improbable. On croirait voir revenir l'absurde Mr Belding de Sauvés par le Gong, dans une version non parodique...

netflix

Pour autant, même si elle n'est pas d'une grande originalité, Everything Sucks! a une grande qualité pour elle : cette petite comédie dramatique respire la sincérité. Avec pas mal de maladresse, certes, mais avec une honnêteté manifeste, la série cherche à raconter l'éclosion sexuelle de ces ados un peu perdus, sans candeur ni romantisme. Passés les premiers épisodes poussifs, l'histoire se met véritablement en place, les références 90's se font moins grossières et comme par magie, on commence enfin à s'attacher à Kate, Luke et à leurs camarades de classe. Dix épisodes de 25 minutes plus tard, le bilan est inégal mais le charme de Boring mérite bien un rapide "binge watching".

Everything Sucks! - saison 1 - sur Netflix depuis le 16 février 2018

Prochainement au Cinéma