discours emmy awards 2018
capture nbc

Henry Winkler jubile, 40 ans après Happys Days et les "Reparation Emmys" réparent des injustices.

Les deux grands moments qui resteront de ces Emmy Awards 2018 seront incontestablement la victoire de Game of Thrones, plutôt inattendue, et cette improbable demande en mariage sur scène.

Pour le reste, la soirée été bien calme. Peu de séquences cultes à se mettre sous la dent, à l'image de l'ouverture : un discours très sage des deux présentateurs, Michael Che et Colin Jost, qui ont globalement moqué les scandales post-Weinstein, sans grande originalité. Pas un mot sur Trump (de toute la soirée d'ailleurs), mais quelques vannes amusantes tout de même :

Ce qui marquera certainement plus l'Histoire des Emmys, c'est leur petite vidéo "Reparation Emmys", un sketch pré-enregistré, dans lequel Michael Che donne un Emmy rétroactif aux acteurs noirs qui l'auraient mérité selon lui, à l'époque, comme Jaleel White de La Vie de famille ou Tichina Arnold de Tout le monde déteste Chris... avec une apparition guest star hilarante de Bryan Cranston, qui n'aurait "jamais eu le trophée pour Breaking Bad, s'il n'avait pas été blanc !"

Sur scène, ce sont Sandra Oh et Andy Samberg, qui ont fait le plus beau coup, lors de la remise du trophée pour la Meilleure Ecriture pour une Comédie. La star de Killing Eve a fait semblant de paniquer, a déchirer l'enveloppe avant d'improviser, pour se moquer des Oscars : "Le gagnant est LaLa Land !"

Finalement, le moment le plus fort fut le sacre de Henry Winkler, pour son Second Rôle dans Barry. L'acteur culte de Happy Days avait déjà été nommé 5 fois par le passé, sans jamais l'emporter (dont trois fois pour Happy Days dans les années 70). Cette fois, c'est la bonne. Winkler n'a pas caché sa joie et a conclu son discours par un superbe : "Vous pouvez aller vous coucher les enfants, papa a gagné !"