Toei animation

La dernière création d'Akira Toriyama a finalement été une réussite. Elle a même totalement relancé la franchise.

Nous sommes bien en 2018 et oui, Dragon Ball, c'est cool. La série a retrouvé toute sa "hype". Plus de 20 ans après la fin de Dragon Ball Z et plus de 30 ans après la création du petit Son Goku, la saga imaginée par Akira Toriyama est de retour au premier plan de la culture manga. Les 131 épisodes de Dragon Ball Super ont enthousiasmé les fans du monde entier, aussi bien au Japon qu'en France ou aux Etats-Unis. Et pourtant, le pari était loin d'être gagné.

Dragon Ball Super : ces questions qu'on se pose après la fin

Parce que depuis deux décennies, le monde de l'animé a sacrément évolué, grandit, vivant au rythme de One Piece, de L'Attaque des Titans et autre Naruto. Les nouvelles références du genre, au ton nettement plus moderne, ont relégué depuis longtemps le vieux Dragon Ball au rang de relique rétro des années 90. Après le flop du spin-off Dragon Ball GT, quelques jeux vidéo redondants, et deux OAV pas très réussis, la franchise semblait arrivée au bout de sa vie. Et quand les premiers épisodes de Dragon Ball Super ont été diffusés, on a rapidement craint le pire.

Toei animation

Des dessins bâclés, une animation foireuse, une histoire sans imagination, sans ambition, carrément pompée sur les films Battle of Gods (2013) et La Résurrection de ‘F’ (2015)... Ce Dragon Ball Super avait tout de la mauvaise idée. Du genre de celles qui peuvent ruiner vos souvenirs d'enfance. Mais passée cette première année compliquée, la série a fini par trouver sa voie : celle d'un multiverse épique, complexe, et certainement audacieux. En élargissant les horizons de Goku & co de manière spectaculaire, en développant une vaste mythologie structurée autour des ces 12 Univers, de leurs Dieux, de leurs Anges, et du grand créateur Zen'ô, la franchise a su se renouveler entièrement. Elle a ouvert des pistes réellement inédites (pour une fois), dans la longue histoire de la saga.

Elle aussi permis d'introduire de nouveaux personnages excitants, des adversaires de choix pour de nouveaux fights dantesques. C'est ainsi qu'Akira Toriyama nous a présenté Hit, Jiren, Toppo, Brianne de Chateau, Caulifla, Bergamo, ou encore Whis, Beerus, Champa et bien sûr le Dieu suprême, Zen'ô. Une foule de combattants, qui ont notamment permis à nos héros de s'éclater durant les 55 épisodes consacrés au "Tournoi du Pouvoir". Car les auteurs ont fait le choix de ne pas bouder le fan service. Et ils ont eu raison ! On a jubilé de voir Tortue Géniale retrouver une nouvelle jeunesse, et montrer toute l'étendue de sa puissance. On a adoré revoir la vieille complicité entre Piccolo et Gohan. On a rigolé en voyant ce cher Krilin user de sa basket sale pour déconcentrer l'adversaire. On a explosé en assistant à l'union impensable de Freezer et Goku, pour venir à bout de Jiren... 

Mais c'est indéniablement avec l'Arc Trunks du Futur (diffusé en 2016), que Dragon Ball Super a retrouvé ses lettres de noblesse. On s'est passionné pour le mystère du Black Goku, les conséquences du voyage dans le temps, et une puissance dramatique jamais vue dans la série depuis Cell. L'histoire offre d'ailleurs une suite improbable à l'Arc des Cyborgs de Dragon Ball Z... et ce en seulement 21 épisodes !

Parce que Dragon Ball Super a aussi appris des erreurs du passé et n'a pas hésité à mettre du rythme, multipliant désormais les chapitres courts (à l'époque, la saga Freezer sur la planète Namek avait duré près de 70 épisodes), et les combats abrégés. Et ainsi, conquérir de nouveaux adeptes.

Toei animation

Aujourd'hui, la franchise connaît donc un nouvel engouement mondial, qui se traduit dans tous les rayons. Le film, qui sortira en décembre prochain au cinéma, fait déjà l'objet d'une énorme attente. Le manga Dragon Ball Super est un carton, avec près d'un million de copies vendus rien qu'au Japon (en France, les trois premiers tomes sont déjà disponibles chez Glénat, et le tome 4 est attendu pour le 4 juillet 2018). Et le jeu vidéo Dragon Ball FighterZ, sorti en début d'année, a dépassé la barre symbolique des deux millions d'exemplaires écoulés en seulement une semaine. Jamais un jeu vidéo Dragon Ball (et on en compte une trentaine au total) ne s'est si bien vendu. Preuve que l'oeuvre culte d'Akira Toriyama est vraiment de retour au top de sa forme. Dragon Ball Super a vraiment bien fait le job.