DR

Disney, Fox et Warner arrosent leurs super-licences sur le paysage télévisuel américain... qu'ils possèdent presque entièrement.

Les Gardiens de la Galaxy 2, sorti cette semaine en salles, est déjà le 15e film de la franchise Marvel au cinéma. Un score qui grimpera à 22 en mai 2019, avec la sortie d'Avengers 4. En face, le DC Universe est un peu à la traîne, mais comptera tout de même une dizaine de longs-métrages, d'ici 2020. Les grands écrans sont indéniablement saturés par le phénomène des super-héros. Mais ce n'est rien comparé à ce qui se prépare sur le petit.

D'ici deux ou trois ans, la télé américaine pourrait compter une trentaine de séries dérivées des comics Marvel et DC. Une vague inarrêtable, méthodique, qui submerge les créneaux de diffusion, chaîne après chaîne, et qui répond à une logique économique implacable : les grands groupes de médias américains disposent tous des droits sur une foule de super-héros populaires et de nombreux canaux pour les exploiter. L'équation est simple.

DR

Disney et Marvel innondent ABC, Netflix et Freeform

L'exemple le plus flagrant, c'est Disney. The Walt Disney Company, pour être précis, a racheté le groupe Marvel en 2009, pour la coquette somme de 4 milliards de dollars. Depuis, il n'a cessé de développer une multitudes de super-séries, d'abord à destination de la grosse chaîne qu'il détient depuis 1996 : ABC. Un support idéal pour étendre l'univers des AvengersAgents of SHIELD est ainsi arrivé à partir de 2013 (dans la foulée du carton du film) sur ce network généraliste, qui a ensuite accueilli le préquel consacré à l'Agent Carter. ABC fera bientôt une place aux Inhumains. Et d'autres, actuellement en développement, sont à suivre, notamment Damage Control, qui devrait être la première sitcom Marvel. Autant de séries façonnées pour le grand public et destinées aux 18-49 ans, la cible prioritaire des grandes chaînes comme ABC.

Pour attirer un public plus averti et des sériephiles plus exigeants, Disney a ensuite signé un deal avec Netflix, lui permettant de sortir une pléiade de super-héros shows différents, de Daredevil à The Defenders, en passant par Jessica Jones, Luke Cage, Iron Fist ou encore The Punisher. Des dramas nettement plus sombres et complexes, où le "fuck" a toute sa place, et où l'on traite en toile de fond des sujets de société sensibles (viol, minorités, racisme, inégalités sociales...).

Mais ces derniers temps, la stratégie de Disney a pris une ampleur plus vaste encore. Le géant cherche à attirer dans ses filets un autre public, celui des jeunes adolescents. Le public type de sa chaîne Freeform (celle de Pretty Little Liars, par exemple), qui appartient au groupe aux grandes oreilles depuis 2001. Freeform verra donc débarquer sur ses antennes, dans les prochains mois, des super-séries au ton allégé et au traitement "young adult" évident. Les jeunes téléspectateurs suivront ainsi les aventures romantico-spectaculaires de Cloak & Dagger (personnages secondaires de l'univers Marvel), alias Tandy et Tyrone, deux ados qui se découvrent soudainement des pouvoirs et un lien venu de leur passé. Dans le même registre, Freeform prépare également une adaptation des New Warriors, une bande de super-héros ados, issus de l'écurie, emmenée par Squirrel Girl. Et pour être sûr de toucher TOUS les ados, Marvel prépare aussi, en parallèle, une autre super-teen-série, cette fois pour la plateforme Hulu (que Disney co-possède, à hauteur de 30%) : Runaways, par les créateurs de Gossip Girl (Josh Schwartz et Stephanie Savage), racontera les aventures d'un groupe d'adolescents qui découvrent que leurs parents font partie d'une organisation criminelle. Le tournage est déjà en cours.

La Fox et ses X-Men

Le mastodonte Disney a donc placé ses super-billes un peu partout. Mais il existe cependant tout un pan de l'univers Marvel, qui échappe encore à la Walt Disney Company : ce sont les X-Men. Les droits des mutants les plus célèbres du divertissement sont la propriété de 21st Century Fox. Et comme son concurrent, le groupe américain a justement quelques chaînes de télévision dans sa besace pour les exploiter... 

Ainsi - dans la foulée des cartons réalisés au cinéma par sa nouvelle franchise ciné - il a lancé la production d'une première série dérivée des X-Men, intitulée Legion, et consacrée au fils de Charles Xavier. Un coup d'essai, diffusé sur la chaîne la plus audacieuse du groupe : FX (celle qui diffuse American Horror Story, par exemple). Et le coup d'essai s'est transformé en coup de maître. Alors 21st Century Fox ne va pas se priver de renouveler l'expérience, à une échelle plus importante. Il prépare actuellement une nouvelle série adaptée des mutants Marvel, qui s'intitulera The Gifted (et réalisé par Bryan Singer, tant qu'à faire). Un drama tout public, qui sera programmé en 2017-2018, sur la grande chaîne généraliste de la société : la Fox.

Warner et ses licences DC

Face à cette profusion de séries estampillées Marvel, comment s'en sort le concurrent historique ? Pas d'inquiétude, DC Comics n'est pas en reste. Propriété de Warner Bros depuis près de 50 ans, les licences DC ont tout le loisir de s'exprimer, sur les chaînes du groupe Time Warner.

Avant même que Marvel ne lance Agents of SHIELD, le groupe dirigé par Jeff Bewkes avait décidé de porter quelques super-héros sur le petit écran, en commençant par Arrow. L'archer de Starling City a rapidement pris ses marques... et possession de la chaîne CW, le network Time Warner à destination du jeune public. Une foule de spin-off se sont ainsi déclinés sur l'antenne, ces dernières années, avec The Flash, Legends of Tomorrow et plus récemment Supergirl. Quatre super-séries, c'est bien. Cinq, c'est encore mieux. The CW diffusera dans les prochains mois un autre drama DC : Black Lightning, un show familial, qui racontera l'histoire de Jefferson Pierce, ex-super-héros capable de créer et de manipuler des champs électromagnétiques, obligé de reprendre du service, pour sauver sa fille.

DR

Ne possédant par de grande chaîne généraliste, comme ses concurrents, Time Warner cherche aujourd'hui à contourner le problème, pour dispatcher ses licences DC vers une cible plus large (que celle de la chaîne pour ados CW). Elle utilise d'abord son énorme studio de production, Warner Bros. Televison (à qui l'on doit notamment Friends, Urgences, The Big Bang Theory, À la Maison Blanche...) pour développer et proposer des séries DC à d'autres chaînes. C'est ainsi qu'on retrouve Gotham et ses personnages issus de Batman sur la Fox, la comédie Powerless sur NBC et prochainement la série Krypton - qui racontera la vie des ancêtres de Superman - sur la chaîne Syfy (propriété de Comcast, le groupe derrière NBCUniversal). Time Warner compte aussi utiliser le Web au maximum et a ainsi mis la main sur Machinima, fin 2016. Trois super-séries sont d'ores et déjà en développement pour la plateforme, dont des adaptations de Dial H for Hero et Static Shock. Et ces derniers jours, Warner est même allé un peu plus loin, en annonçant la création d'un tout nouveau service digital, dédié entièrement aux produits DC. Une plateforme qui sera mise en service en 2018, avec en tête de gondole une autre super-série, évidemment : Titans, une sorte de Justice League junior, emmenée par Robin.

Et HBO dans tout ça ? La prestigieuse chaîne à péage du câble américain, fierté de l'empire Time Warner, n'a, pour l'instant, pas encore été envahie par les super-héros. Pas encore. Car si Warner sait bien qu'il n'est pas vraiment possible d'imposer Batman, Superman ou Wonder Woman au public HBO, il peut piocher un peu plus loin dans son catalogue DC pour trouver... les Watchmen ! Le comics culte fait, en effet, l'objet d'un développement soigné, depuis un peu plus d'un an, pour la chaîne premium.

Tous les comics sont exploités

Oui, si les grands groupes américains risquent de doucement épuiser le filon des super-héros, entre le petit et le grand écran, il leur restera toujours dans leurs cartons de comics, bon nombre de licences Marvel ou DC parfaitement exploitables. Des adaptation de Vertigo Comics (célèbre filiale de DC) et Icon Comics (propriété de Marvel) sosnt d’ailleurs déjà en train de pulluler sur les petites et les grandes chaînes du câble : Preacher (sur AMC) et iZombie (sur CW) sont bien installées, et seront suivies dans les prochains mois par Scalped (pour WGN America), Scarlet (pour Cinemax), Y: The Last Man (pour FX), DMZ (pour Syfy) ou encore Amped (pour USA Network). D'ici peu, les deux mastodontes du comics US seront partout, absolument partout, à la télé américaine.