youtube red

L'idée la plus surréaliste du petit écran a donné naissance à une vraie bonne série, kiffante et attachante.

En apprenant le développement de Cobra Kai, on s'est dit que quelqu'un chez YouTube avait trop regadé How I Met your Mother ! A maintes reprises, la sitcom de CBS fait référence au "vrai Karaté Kid", le pauvre Johnny Lawrence battu injustement en finale du tournoi de All Valley par Daniel Larusso. Cette façon improbable de voir le film était bien sûr signée Barney Stinson, et n'était rien d'autre qu'une grosse blague potache, pour surligner un peu plus la cruauté du garçon en costume. Pourtant, YouTube Red a visiblement pris tout ça au pied de la lettre et a décidé d'en faire une série !

Elle a donc lancé (le 2 mai dernier) les 10 épisodes de Cobra Kai, une suite étonnante du film culte de 1984. Une sorte de relecture, qui se déroule 34 ans plus tard. Johnny est un adulte loser, visiblement marqué depuis toutes ces années par sa défaite humiliante en finale du tournoi, contre Daniel LaRusso. Il faut croire que ce petit combat entre ados a carrément décidé de la vie des deux jeunes gens, puisque son rival a, lui, parfaitement réussi ! Il est désormais le patron d'une concession automobile luxueuse, heureux mari et père de famille comblé. Mais alors qu'il se fait agresser par une bande d'ados bourrés, Johnny retrouve ses réflexes de Karatéka et à la demande d'un lycéen harcelé à l'école, il décide de rouvrir le vieux Dojo Cobra Kai. Désormais "Sensei", il va lui apprendre tout ce qu'il sait, et notamment sa philosophie badass. Mais Daniel, encore traumatisé par les violences que lui a infligé Cobra Kai dans son enfance, refuse de laisser le Dojo renaître de ses cendres...

youtube red

Soyons clair, on n'attendait pas grand chose de cette petite série sans ambition, qui surfe grossièrement sur la vague 80's de la télé US, obsédée depuis quelques années par les adaptations en séries de vieux classiques (L'Arme Fatale, L'Exorciste...) Quelle ne fut pas notre surprise, en binge-watchant frénétiquement la première saison de Cobra Kai ! Sans jamais avoir été un fan absolu de Karaté Kid (que je n'avais d'ailleurs pas revu depuis au moins une décennie), on est resté scotché par cette histoire surréaliste, mais tellement cohérente. Indéniablement, cette suite est une adaptation très intelligente, qui sait jouer avec malice du facteur kitsch, tout en ayant réussi à faire évoluer ses personnages de manière plausible et attachante. 

Bien sûr, mieux vaut avoir déjà vu le film et aimer le genre, mais même si ce n'est pas votre cas, Cobra Kai arrivera sans doute à vous surprendre. Parce que la série raconte étonnamment bien les traumatismes du passé qui ne guérissent jamais vraiment, les conséquences dramatiques du harcèlement scolaire et jongle entre nostalgie et philosophie sur l'idée qu'on a de soi-même, la personne qu'on devient en prenant de l'âge et celle qu'on aurait aimé être. Tout en reprenant le modèle de l'original et en livrant quelques coups de pieds retournés bien sentis, Cobra Kai va plus loin et introduit de nouveaux personnages qui s'intègrent parfaitement à l'univers (le nouveau jeune apprenti est impeccable).

youtube red

Mais le vrai plus, c'est clairement William Zabka. L'acteur de 52 ans, qui a cachetonné toute sa carrière post-Karaté Kid et qui est resté associé depuis trois décennies au personnage de Johnny Lawrence, incarne à merveille le renouveau de la saga. Avec un timing comique indéniable (boosté par d'excellents dialogues) et un sens de l'auto-dérision très efficace, il est clairement le héros de Cobra Kai (même si le nom de Ralph Maccio apparaît encore en premier dans le générique). Dans une espèce de mise en abîme totale, il rejoue quasiment ses apparitions de How I Met, avec une vraie subtilité. Le Johnny adulte n'est plus un vilain bête et méchant comme celui du film des années 80, mais un simple type usé par la vie. Sans jamais essayer de réhabiliter le garçon, la série le rend totalement attachant, et dézingue de manière brillante le manichéisme simpliste du film. Ici personne n'est totalement bon ou totalement mauvais, et les choses les plus condamnables camouflent parfois les meilleures intentions.

Cobra Kai est donc notre nouveau plaisir coupable. Malgré ses airs de teen soap oubliable et une mise en scène ultra-classique, se cache derrière cette série une histoire de passage à l'âge adulte très réussie, déjà adoubée par la presse américaine et vue par 30 millions de personnes en ligne. D'ailleurs, YouTube Red a d'ores et déjà commandé la saison 2 !

Cobra Kai - saison 1 - 10 épisodes sur YouTube Red. Les trois premiers épisodes sont gratuites et ensuite 2,49 € par épisode.

Prochainement au Cinéma