premiere

Le scénariste américain a offert une passionnante MasterClass aux festivaliers lillois, hier soir.

A 55 ans, Chris Brancato n'est pas le showrunner le plus connu du petit écran US. Pourtant, c'est aujourd'hui l'un des plus reconnus à Hollwyood. Le créateur américain, à qui l'on doit notamment Narcos pour Netflix, est le Président du Jury de Séries Mania 2018. Et hier soir, à Lille, il a offert une suprenante MasterClass au public, riche et pleine de sincérité.

"Voir toutes ces séries internationales, c'est un bon moyen pour moi de sortir de ma petite province américaine", rigole Brancato en ouverture. Avec beaucoup d'honnêteté, il avoue "qu'il y a pu avoir une certaine arrogance de la part des Américains, à une époque, par rapport aux créations du reste du monde. Aujourd'hui, toutes les séries internationales sont désormais accessibles facilement aux USA et ça change tout."

Ce fan de Braquo, dont il a même tenté de faire un remake US à un moment donné, n'a pourtant pas vraiment débuté sa carrière avec l'âme d'un grand artiste. Sans honte, il avoue avoir eu la vocation d'écrire par sa mère, auteur de roman Young Adult. "Je savais que j'écrirais, mais je ne savais pas exactement quoi. Et puis un jour un livre de ma mère a été adapté en téléfilm. J'ai vu l'aspect financier de la chose. Au départ, ma vocation c'était celle d'un mercenaire. J'ai vu qu'il y avait de l'argent à gagner en écrivant pour la télévision."

Chris Brancato explique ensuite avoir fait peu à peu évoluer sa vision du job, et sa façon d'imaginer les histoires. "Au début, j'ai essayé de faire des œuvres que le public aurait envie d'aimer. Mais en fait, la qualité en pâtit, comme ma première série First Wave. J'ai voulu créer une œuvre de science-fiction qui pourrait potentiellement plaire au public, mais ce n'est pas une bonne idée de fonctionner comme ça."

Bien avant First Wave, c'est avec Beverly Hills 90210, en 1992, que Brancato a fait ses premières armes. "C'est une série que les gens adoraient, partout dans le monde, mais qui n'avait aucun respect à Hollywood, qui n'y voyait là qu'un teen soap drama." Avec un petit sourire, et pas mal de fierté, il se souvient avoir écrit cet épisode marquant, dans lequel Dylan embrasse Kelly, pour la première fois. "J'étais convaincu que c'était le meilleur couple possible, et j'ai réussi à convaincre la production aussi. Je pensais que c'était le bon truc pour faire plaisir aux fans. Mais peu après la diffusion, on a reçu plein de courriers au studio, et les gens détestaient !"

Après avoir ensuite travaillé sur de nombreuses autres séries dont X-Files, Chris Brancato a tenté de passer au grand écran (il a notamment écrit La Mutante 2), "mais il faut bien comprendre que dans les années 90, la télé était très mal vue. On était méprisé par le monde du cinéma."

Netflix

Une décennie plus tard, le showrunner est arrivé sur la production de Narcos, et se souvient avoir été appelé par José Padilha, le réalisateur. Netflix voulais faire une grosse série au Brésil, avec des acteurs sud-américains, mais manquait un peu de savoir-faire, au niveau de la production. Avec toute son expérience, Chris Brancato a donc repris le projet. "Quand je suis arrivé, j'ai complètement repris le script du pilote et j'ai tout réécrit. Les auteurs originaux ont donc décidé de partir. Mais s'imposer, c'est la seule façon de faire pour gérer une série et avoir vraiment des auteurs qui travaillent pour vous." Le créateur s'est ensuite complètement immergé dans l'ambiance, en partant vivre 8 mois en Colombie, pour rédiger la suite de l'histoire. "Avec José Padilha , on a même été voir le président de la République de Colombie, et la ministre de la Culture", raconte Brancato. "Là-bas, les gens se disaient : "Oh ! Encore un truc sur Pablo Escobar !" Le Président nous a alors surtout demandé de dépeindre aussi une certaine Colombie, celle qui n'a pas accepté Escobar et qui s'est battu."

Devant des festivaliers ravis, le scénariste a finalement donné quelques conseils aux auteurs en herbe présents dans la salle, et a ainsi conclu sa MasterClass. Il est ensuite retourné en projection, avec ses camarades du jury, pour voir les dernières séries en compétition officielle, et déterminer le palmarès, qui sera dévoilé samedi prochain , au cours de la cérémonie de clôture de ce Séries Mania 2018.