DR

La meilleure série de l'année 2015 fait son retour demain soir, aux USA. Alors la saison 2 est-elle aussi bonne que le première ?

Elliot Alderson a fait exploser la planète série, l'an passé. Véritable phénomène, sacré Meilleur drama aux derniers Golden Globes, Mr Robot revient cette semaine, pour une saison 2 particulièrement attendue. Après avoir enthousiasmé le monde entier en 2015, Sam Esmail (créateur, producteur, scénariste et réalisateur de toute la série) a-t-il renouvelé l'exploit ? La réponse est oui, si l'on en croit la presse américaine, toujours aussi emballée par ce démentiel Mr Robot.

Variety prévient tout de même en ouverture : "Avec seulement deux épisodes disponibles pour la presse, il est encore difficile de dire si oui ou non Mr Robot sera en mesure de produire une deuxième saison aussi sauvage et séduisante que la première. Mais force est de constater que la série reste un formidable vecteur de notre cyber-paranoïa, qu'elle soit dirigée contre le gouvernement, ou le capitalisme, ou la technologie, ou même contre soi-même et la capacité des hommes à se trahir, en essayant de faire ce qui leur semble juste."

The Hollywood Reporter est certainement l'un des titres les plus dithyrambiques : "Le travail de Sam Esmail derrière la caméra continue de donner ce sentiment de désorientation aux téléspectateurs, sans jamais paraître usé. En fait, il y a même quelques grands moments dans les deux premières heures, qui sont brillamment conçus, associés à la manière dont le son est parfaitement utilisé dans la série. Mr Robot est toujours l'un des shows les plus remarquables de la télévision."

The Detroit News s'enflamme également et assure que "Mr. Robot demeure l'une des séries les plus vertigineuses, enivrantes et stimulantes du petit écran. Elle ose s'attaquer à la maladie mentale et l'éclat de la folie meurtrière, s'appuyant sur ce personnage tellement doux, mais tellement abîmé. Mr Robot pose de grandes questions importantes, sans avoir peur de les laisser sans réponse."

Collider est dans la même veine, jugeant la série "plus rusée et intelligente que jamais. Mr Robot dénonce sans détour la vacuité de nos existences, contrôlées par la publicité et leconfort d'une vie sur pilote automatique. Elle nous met au défit, nous interpelle, tout comme Elliot, qui se retrouve confronté à ses choix, voyant le mal qu'il a fait à son ancien patron, Gideon Goddard."

DR

TVLine, de son côté, est nettement plus nuancé. Le site américain semble avoir été dérouté par ce premier épisode et explique que cette saison 2 semble miser davantage sur la personnalité d'Elliot et sa folie, que sur une histoire de hack et de révolution mondiale : "Si Mr Robot aspire à plonger plus profondément dans l'étude de son personnage central et les aspects inquiétants de sa maladie mentale, si c'est là la préoccupation principale de Sam Esmail, désormais, je jetterai certainement un œil, par curiosité. Mais ceux qui ont besoin d'un script construit, d'un scénario captivant, risquent d'être un peu perdus devant ce premier épisode au bout duquel on n'a aucune idée de ce que va faire Elliot dans les prochaines semaines..."

Entertainment Weekly tempère aussi, en décrivant un début de saison 2 qui "souffre de ses prémisses, de personnages dispersés et de relations brisées, qui cassent quelque peu la résonance émotionnelle de la série. Mais il y a une telle abondance de génie et Rami Malek est tellement électrique, qu'on croit toujours fort dans le voyage d'Elliot."